les néo pacifistes et l’Afghanistan

Le Part Socialiste Français qui n’a plus ni idées, ni propositions politiques cohérentes, ni stratégie, et qui n’existe que dans un discours de contestation tous azimuths, vient de se découvrir un espoir de trouver un terrain d’unité pour masquer les lignes de fracture qui le réduisent à un champ clos de désaccords sur tout et d’oppositions d’ambitions effrénées.

Ce terrain pour se donner l’apparence d’une unité, c’est l’opposition à l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan et l’anti-américanisme primaire, grace auquel il peut retrouver un discours commun avec l’ultra gauche (PC, trotzkystes, Verts),c’est à dire avec les mouvements « anticapitalistes ».

La stupéfiante unanimité qui s’est réalisée en quelques jours après les déclarations de N.Sarkozy en Grande Bretagne annonçant l’envoi en Afghanistan d’environ 900 soldats supplémentaires a très vite quitté le terrain du reproche de faire une déclaration sur la politique étrangère de la France en territoire étranger, et avant de l’annoncer aux députés (une critique de bonne guerre, justement), pour devenir l’affirmation que la politique française devenait la domestique de celle des Américains, en critiquant parallèlement la réintégration par la France de l’OTAN et l’intervention de l’OTAN en Afghanistan.

La déclaration la plus consternante est celle de Francois Hollande qui a qualifié les forces francaises en Afghanistan de « forces d’occupation » et non »pas de libération ».Ceci est un élément qui montre le degré de décomposition de la pensée politique et stratégique du PS.

Le PS renoue par là avec la période préMitterandienne, celle qui précédait le moment ou Mitterand a déclaré dans la polémique déclenchée par les pacifistes contre l’installation des missiles nucléaires Pershing en Allemagne face à la menace des missiles russes implantés en Europe de l’Est: « Les pacifistes sont à l’Ouest et les missiles sont à l’Est », indiquant clairement le côté irresponsable des positions pacifistes, quand ce n’était pas des positions , pour les communistes par exemple, cherchant manifestement à créer un rapport de forces stratégique et politique favorable à l’URSS. Cette déclaration avait, par la façon dont elle révélait clairement la nature manipulatoire des discours pacifistes, porté un coup d’arrêt très net à la confusion existant dans la gauche entre pacifisme, antiaméricanisme et soutien des ambitions expansionnistes soviétiques.

La deuxième circonstance ou Mitterrand avait tranché dans la confusion idéologique qui régnait à gauche avait été la première guerre d’Irak, consécutive à l’invasion par celui ci du Koweit. Contre la culture pacifiste et anti-américaine qui régnait dans une gauche fortement influencée par le PC, et pour qui le souvenir de la lutte contre l’intervention américaine au Vietnam formatait la vision de toute action armée américaine,il avait pris position avec netteté et fait basculer une opinion publique indécise et timorée à l’idée d’une action militaire, contre son ministre de la défense Chevènement,représentant de l’aile archaïsante du PS, souverainiste et pacifiste.

A l’opposé de ces moments de clairvoyance Mitterandienne, Hollande réactive les plus archaïques réflexes conditionnés de la gauche, ceux là mêmes que Mitterand avait au début de son premier mandat repris à son compte, dans la gauchisation de son discours d’alors, dans l’exemple caricatural du Salon de l’Aviation ou il avait fait enlever les bombes …des bombardiers (à quoi sert un bombardier sans bombes? ) démarche illustrant de façon dérisoire l’ambiguité politique de la gauche face à l’Armée.

Hollande, à qui le PS a emboîté le pas comme un seul homme, essaye de réenclancher les automatismes de pensée du »peuple de gauche »:Etat Unis =impérialisme, capitalisme,militarisme, etc.

Pour mobiliser contre le gouvernement,il essaye de développer l’assimilation entre guerre en Irak et guerre en Afghanistan, alors que les deux guerres sont de nature différente. En Irak, le gouvernement américain a pris la décision d’envahir un pays, au régime certes menaçant, mais sous le pretexte de sa collaboration avec Al Khaida, pretexte mensonger, comme étaient mensongères les allégations sur la possession d’armes de destruction massive. Il a renversé par la force une dictature féroce, mais a destructuré un pays et l’a plongé dans la guerre civile et le chaos politique.

En Afghanistan,qui était la base de toutes les forces d’Al Khaida, ou étaient toutes les bases arrières et les camps d’entraînement des terroristes, c’étaient les terroristes eux mêmes qui avaient pris le contrôle du pays, et qui narguaient la communauté internationale,en préparant leurs crimes à l’abri de l’appareil d’Etat.

Les forces de l’OTAN qui sont intervenues, selon la solidarité impliquée par le pacte de l’OTAN qui stipule que tout état membre attaqué doit être défendu par tous les autres -les Etat Unis avaient subi une attaque causant la mort de 4000 civils innocents-, l’ont fait à la demande du gouvernement afghan lui même attaqué par les forces des terroristes qui n’étaient que diminuées et non anéanties. La France y a pris sa part naturellement- et c’est absolument la moindre des choses , compte tenu du sacrifices de centaines de milliers d’américains pendant les deux guerres mondiales pour aider la France à se libérer. Les socialistes n’y ont élevé aucune objection à cette époque.

L’utilisation par Hollande du terme de troupes « d’occupation » insinue de façon insidieuse que ces troupes sont là malgré la volonté de la population, que l’intervention américaine est illégale sur le plan international. Il essaye d’induire l’idée que la participation aux combats contre Al Khaida n’est pas légitime, et que les Français vont faire une guerre d’exactions comme il en existe en Irak;

Pour déclencher une réaction anti gouvernementale, il défigure la collaboration avec un Etat qui se défend contre l’attaque directe de Al Khaida avec l’aide des pays d’Europe, il disqualifie la légitime défense contre le terrorisme et protège celui-ci contre la tentatve de l’endiguer.

Car si il existe une certaine confusion dans les esprits dans la population, il n’en existe aucune dans ceux de Hollande et des dirigeants socialistes. C’est tout à fait consciemment qu’ils disqualifient une guerre juste pour des intérêts de tactique politicienne . Les soldats français et les combattants afghans et européens sont pris en otage des manoeuvres de très bas étage de l’appareil dirigeant socialiste français préoccupé uniquement du positionnement de chacun dans la course à la direction du parti et des rapports de force internes en vue de la future campagne présidentielle.

Publicités
Explore posts in the same categories: actualité au proche orient

Étiquettes : , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :