L’ATTENTAT CONTRE ZEEV STERNHELL: L’EXTREMISME MENACE LA DEMOCRATIE

L’attentat commis contre l’historien Zeev Sternhell, membre fondateur du mouvement pacifiste « La Paix Maintenant »  constitue une nouvelle source d’inquiétude pour l’avenir du système politique démocratique israélien, déja lourdement obéré par la proportionnelle intégrale, qui donne un pouvoir de chantage démesuré aux petits partis religieux ou aux mouvements catégoriels, et par la corruption qui s’étend à un grand nombre d’hommes politiques.

Le développement d’une violence physique dans les rapports des colons avec les Palestiniens, le rôle de certains leaders religieux, qui au nom de visions théologiques qui refusent les réalités du monde actuel, encouragent l’extrêmisme, légitiment les violences et le refus de la légalité démocratique, et poussent les fidèles à la violence politique, constituent des signes alarmants d’une fêlure dans le consensus sur les valeurs qui constituent le socle de la société israélienne;

Cet attentat doit évidemment être condamné, ses auteurs traqués et punis, mais surtout le discours pousse au crime qui le produit doit être combattu par tous les défenseurs de la démocratie.

Cependant, le fait d’être une victime ne signifie pas nécessairement que l’on ait raison.Zeev Sternhell, connu pour ses prises de position contre la colonisation, reprises par « La Paix Maintenant », a parfois pris des positions extrêmistes lui même: proposant d’envoyer les chars contre les colons, et surtout, déclarant, ce qui a ébahi une bonne partie de ses lecteurs, que les Palestiniens feraient mieux de faire des attentats limités aux colons plutôt que frappant des victimes civiles partout dans les villes israéliennes.

Ce dérapage d’un pacifiste, conseillant aux terroristes  des cibles parmi les civils des colonies- cibles « raisonnables », choisies chez ses ennemis politiques, plutôt que des cibles « manquant de lucidité » parmi l’ensemble de la population israélienne, fait froid dans le dos, et montre , derrière le discours pseudo impartial, l’incapacité à penser la collectivité nationale et la solidarité naturelle face à un ennemi. C’est une des raisons essentielles du désintérêt  manifesté de plus en plus par la population israélienne pour cette organisation qui finit par opposer un bon peuple israélien,généreux et pacifique, fraternel avec les palestiniens, et un mauvais peuple, »colonialiste », oppresseur des faibles arabes. Ce discours , séduit par le discours palestinien destiné justement à séduire la gauche israélienne et internationale, oublie que les gouvernements de gauche, travaillistes, ont poursuivi la même politique d’implantation que la droite :car les enjeux de souveraineté territoriale ne se jouent pas au niveau des bons sentiments, mais dans des rapports de force comprenant tous les domaines: stratégiques, diplomatiques,médiatiques, ou chaque partie a ses points faibles et ses points forts

Zeev Sternhell ne s’est pas limité à ces déclarations ébouriffantes. Il a mis sur le même plan, au point de vue des conséquences de blocage du processus de paix, le terrorisme palestinien et les entraves à la circulation créées par les barrages israéliens ou les réquisitions de terres.

Il a défendu la solution politique d’une imposition par la force, par les grandes puissances, de leur solution de paix, par le biais d’une occupation militaire imposée aux Israéliens comme aux  Palestiniens, puisque « ni les uns ni les autres ne sont capables de gérer leurs extremistes ». Ceci reviendrait de fait à désarmer l’Etat Israélien et à remettre son destin entre les mains de grandes puissances _ pourquoi pas l’ONU tant que l’ on y est-dont les intérêts peuvent être très éloignés ( pétrole, géostratégie mondiale, etc.)de ceux de  l »Etat hébreu et de sa souveraineté (voir les périodes antérieures).

En même temps, dans une interview toute récente à l’Express, il reconnaissait que, alors que il a passé 25 ans de sa vie politique à essayer de rétablir des relations de confiance et de reconnaissance entre Palestiniens et Israéliens,  les Palestiniens et les Arabes ,si ils en avaient la possibilité,  jetteraient les Israéliens à la mer avec un grand plaisir.

Comme quoi, tous les bons sentiments humanistes , généreux , et politiquement corrects, ne résistent pas à cette réalité: quand on a un ennemi, d’abord on ne lui sert pas la soupe, et ensuite, pour la réconciliation, on attend que la guerre soit finie. La fraternisation, qui soulagerait tellement la conscience des pacifistes, n’est pas l’angle sous lequel on peut examiner la situation politique et stratégique actuelle. Se gagner les bonnes graces de quelques coeurs purs ne peut pas être  la ligne à suivre quand deux nationalismes s’affrontent pour la même terre. Les pacifistes font la démonstration, à travers les discours du type de celui de Sternhell, qu’ils préfèrent le risque d’une guerre civile à celui d’une guerre avec les palestiniens pour éviter le malaise de leur mauvaise conscience. Le compromis qui devra être trouvé sera froid, dicté par la raison, ou il ne sera pas. La fraternisation ne peut être envisagée de façon réaliste dans les décennies à venir, compte tenu du développement d’un islamisme radical, qui situe dans la sphère du sacré les revendications territoriales et qui n’envisage aucun compromis avec les israéliens, seulement des trèves en attendant leur expulsion finale.

Publicités
Explore posts in the same categories: actualité au proche orient, Israël et sionisme, Nation et nationalisme, Uncategorized

Étiquettes : , , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :