Gaza: l’étau israélien se resserre inexorablement sur le Hamas

Au 19 ème jour de l’offensive israélienne, la situation prend de plus en plus tournure: les troupes israéliennes pénètrent lentement et précautionneusement dans Gaza, en utilisant toute leur puissance de feu.

Elles ont réussi jusqu’à présent à subir  extrêmement peu de pertes (une dizaine de tués, dont 4 par un tir « ami »). Aucun soldat israélien n’a été enlevé comme le promettait le Hamas , les » pièges » annoncés par le Hamas n’ont piégé personne, et le nombre de roquettes lancées quotidiennement par le Hamas diminue progressivement, ce qui prouve à la fois la diminution de ses capacités et le fait que elles ne sont pas encore annihilées.

Les commentateurs de la presse commencent à dire que le Hamas a intérêt à négocier si il veut sauver une partie du pouvoir qu’il a encore à Gaza. Les rodomontades de son leader (« La victoire est plus proche que jamais ») sont interprétées comme le dernier rideau de fumée avant que le Hamas cède et concède dans la négociation les points qu’Israêl a fixés comme les conditions sine qua non d’un arrêt des combats:arrêt définitif des tirs de roquettes et coupure des réapprovisionnements en armes par les tunnels.

Il est bien sur trop tôt pour tirer les leçons de cette guerre, mais certains points commencent à se dessiner:

L’un d’entre eux est l’aveuglement profond des pacifistes israéliens, qui, si ils n’ont quasiment pas pu s’opposer au déclenchement de la guerre, tant la population était unanime à exprimer sa colère et sa résolution à obtenir la cessation des attaques contre elle, ont essayé de faire cesser l’offensive dès les tous premiers jours, alors qu’aucun résultat significatif n’était obtenu, et qu’il n’y avait aucun moyen d’aboutir à ce que le Hamas , puisqu’il pensait pouvoir s’en tirer à bon compte, et même « gagner » politiquement au moins, sinon militairement cède sur les points essentiels.C’est une vraie démonstration d’irresponsabilité et de parti pris idéologique qu’ils ont faite, et les israéliens s’en souviendront.

Un autre point est  la façon dont les différentes organisations de défense des droits de l’homme ont affiché un parti pris anti israélien très violent dans leur condamnation des victimes civiles occasionnées par l’offensive, développant une présentation très partiale de la situation: en effet non seulement ils passaient sous silence le fait que le mouvement terroriste avait délibérément choisi de se mettre au mileu des civils pour en faire des boucliers humains dont il espérait que les victimes seraient vécus comme des martyrs des israéliens, ce qui est contraire aux lois de la guerre, mais aussi qu’ils avaient installé des stcks d’armes, des bases  et des refuges dans les lieux proscrits par ces lois de la guerre: hopitaux, écoles, édifices religieux, tout ce qui pouvait produire des victimes susceptibles de produire encore plus d’émotion.

Surtout , ces associations, qui ne portent jamais plainte contre les actions terroristes, ont rejoint l’amalgame entre victimes latérales d’un conflit et meurtres intentionnels développé par les médias propalestiniens, et sont rentrés dans la stratégie du Hamas qui visait à faire interrompre l’offensive israélienne par le biais de la pression internationale. Il y a une dérive que l’on observe dans ces mouvements, investis par des individus dont les orientations sont souvent d’extrême gauche, et qui mélangent tiers mondisme,droit de l’hommisme,et « anti impérialisme » dans des positions dont les choix politiques sous -jacents sont cachés dans les plis d’un moralisme sourcilleux qui ferme les yeux sur certaines atteintes aux droits pour en souligner d’autres.

Un autre point est aussi la nécessité pour Israël de garder une autonomie de décision dans la conduite de sa politique nationale.La façon dont la plupart des nations ont pensé d’abord en termes humanitaires à protéger avant tout les populations civiles palestiniennes, sans proposer de solution pratique à l’agresion subie par les populations civiles israéliennes bombardées par le Hamas, laisse pensif sur la confiance qu’on peut leur accorder dans les crises internationales.

Il faut attendre la conclusion du conflit pour pouvoir en tirer tous les enseignements, et en particulier, quelles seront les retombées dans la confrontation électorale de février,mais, surement, quelque chose va changer dans la donne pour la région.

Publicités
Explore posts in the same categories: Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :