Le régime théocratico terroriste iranien a montré son vrai visage

Le trucage électoral massif suivi  de l’entreprise de terrorisation de la population quand elle tente de protester a montré quelle est la réalité du pouvoir iranien actuel: un clan extrêmiste, décidé à employer tous les moyens et principalement la terreur,  a écarté les éléments modérés, qui  croyaient que les 20 % de démocratie tolérés  comme caution démocratique à  côté des 80 % de dictature politique allaient permettre l’ existence d’une contestation de la ligne dure  représentée par Ahmadinejad.

Le pouvoir a dû jeter le masque et le « guide suprême » a été obligé de se montrer au grand jour comme le véritable inspirateur de cette ligne dure,  alors qu’il était camouflé en élément maintenant  un équilibre entre plusieurs tendances dont il pouvait jouer alternativement.

Ahmadinejad  est apparu sans plus aucune ambigüité comme le candidat  du » guide suprême » chargé d’une mission décisive: l’accès de l’Iran à l’arme nucléaire. C’est certes un affaiblissement du régime qui  pouvait, en faisant semblant de laisser un peu d’air aux couches modernistes (bourgeoisie, jeunes, intellectuels) laisser planer le doute sur sa nature profonde et  faire croire en une sorte de légitimité au moins « par défaut » ou par abstention.

Ce dévoilement le révèle tel qu’il est : une dictature terroriste qui a confisqué le pouvoir au profit des forces les plus rétrogrades de la société: garde prétorienne des « Gardiens de la Révolution,milices de nervis des « Bassidj », chargés de terroriser les manifestants par les meurtres de manifestants au couteau, au pistolet, ou à la matraque, police politique pratiquant des rafles débouchant sur emprisonnements, tortures et disparitions, menaces adressées à toutes les forces politiques dissidentes d’avec la ligne de confrontation avec l’Occident.

En même temps, l’espace politique des dirigeants iraniens s’est brusquement rétréci, par la coupure irrémédiable avec le peuple iranien qui a compris que ces gens ne le représentaient pas et voulaient engager leur pays sur une voie qui n’était pas celle de l’intérêt collectif, mais celle de la surenchère nécessaire à la survie politique du petit clan extrêmiste qui en a pris le contrôle.

Le pouvoir garde une assise dans certaines franges de la population (couches deshéritées flattées par le discours de Ahmadinejad,hiérarchie religieuse  intéressée au maintien de son pouvoir et de ses trafics économiques,intégristes religieux et troupes de choc du régime, mais il s’est clairement coupé de la majorité du pays, celle qui s’est sentie volée de son vote, et qui ne croit plus un mot des discours officiels.

En même temps, le régime s’est d’emblée disqualifié aux yeux de tous les Occidentaux, et cette disqualification va jouer un grand rôle dans la négociation qui doit s’engager avec les Etats Unis. Obama va devoir tenir compte de ce que  c’est la ligne extrêmiste  qui est la seule à être son interlocutrice, comme le montrent les rodomontades renouvelées de Ahmadinejad qui demande maintenant aux  Etats Unis de « s’excuser » d’avoir « voulu intervenir dans l’élection présidentielle iranienne ». Quel crédit accorder à ce tricheur électoral et à ce sinistre pitre.

C’est un soulagement partiel pour Israël que les Américains soient d’emblée désillusionnés sur leurs interlocuteurs, et qu’ils soient prévenus  quant au danger que représentent pour la paix l’extrêmisme, en rien atténué par le temps, de ceux qu’ils ont en face d’eux.

S’ il apparaît clair que la bombe reste l’objectif  fondamental des Iraniens, les manoeuvres dilatoires qu’ils utiliseront ne tromperont pas les Américains, et l’on se trouvera rapidement ramené à l’équation de départ: comment empêcher ces gens fondamentalement dangereux  pour la paix et la sécurité du monde de nuire. Peut on vraiment  parler avec des fanatiques religieux un autre langage que celui de la force ?

Quels sont les moyens de faire s’écrouler un régime fascisant, qui ne reculera devant aucune violence ni aucune escalade ( y compris un embrasement régional) pour assurer sa survie. Il est tout à fait possible que le clan Ahmadinejad mise sur un affrontement anti occidental pour susciter un réflexe nationaliste qui  solidariserait la population avec un régime qu’elle commence à vomir.

Publicités
Explore posts in the same categories: actualité au proche orient, guerre au proche orient, menaces iraniennes, nucléaire iranien

Étiquettes : , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :