Archive pour décembre 2009

Le débat sur l’identité nationale:la Nation assure le dépassement des intérêts locaux pour atteindre des buts plus élevés

décembre 18, 2009

Le développement de l’Etat Nation français,son extension historique jusqu’à sa stabilisation à l’intérieur de frontières quasi naturelles, montre comment , avec une certaine avance sur l’Allemagne et l’Italie voisines, s’est constituée une forme stable d’unité entre une série de régions et de groupes sociaux ,dépassant des différences liées aux sphères culturelles différentes dont ils étaient issus, (monde méditerranéen et latin du Sud, celtique de la Bretagne,germanique de l’Est , etc.) La création de l’Etat centralisateur, non seulement a permis de dépasser les rivalités des grands féodaux qui suspendaient la vie politique à la lutte d’orgueil et de pouvoir des grands clans nobiliaires, mais il a donné des moyens, économiques, éducatifs,militaires,culturels, sans commune mesure avec ceux des époques antérieures.

La grandeur et le rayonnement de la France au 17ème et au 18ème siècle ,ont été liées autant à sa  puissance démographique (poids de la plus grande population européenne de l’époque), que à la cohérence des politiques publiques menées par des dirigeants préoccupés de construire les bases de la force de cet ensemble.

L’union a fait la force et a nourri les moyens d’un développement culturel, politique, qui a ébloui et bouleversé le monde. De cette unité sont nées les réalisations et les idées qui ont changé l’évolution du monde par la révolution des idées .

Le peuple français conserve la mémoire de ces moments historiques ou il a été le levier qui a  modifié  l’univers, donnant collectivement à chacun un pouvoir d’action sur la réalité qui surpasse de très loin tout ce qui pouvait se réaliser à l’échelle limitée des individus , des  régions ou des villes.

Ce levier donné à chacun par le multiplicateur qu’est la nation, incubatrice des idées dont elle fournit le milieu de culture ,et support de la force armée qui est parfois nécessaire pour  imposer les changements au monde qui s’y refuse, c’est ce qui fournit à chaque citoyen un moyen de s’élever au dessus  à la fois des petits intérêts personnels et du cercle à peine plus large des intérêts du clan, de la classe sociale ou de la corporation.

Cela a été valable à l’époque de la chrétienté dominante, ou la France a été à l’avant garde de l’ élan collectif spirituel , architectural avec les cathédrales,  guerrier avec  les Croisades . A l’époque de la Révolution Française , elle a collectivement renversé le plus intangible des ordres sociaux et des cadres de la pensée humaine.

Le contre exemple le plus évident actuellement, est celui de la faillite de nombreux états du tiers -monde, qui ne peuvent arriver à transcender l’esprit tribal ou clanique, et dans lesquels l’Etat n’est rien d’autre que une position de pouvoir accaparée soit par un individu, soit par un clan . Dans ces cas , la vie politique se réduit à cette lutte pour l’occupation d’une place génératrice d’avantages redistribués aux membres du groupe (ethnie,tribu, ) sur un mode ressemblant aux moeurs féodales avec leurs liens de clientèlisme et de népotisme , et la succession monotone d’abus qui anticipent sur les abus futurs des groupes concurrents.

Le recul de la religion dans le monde, du moins dans le monde occidental, avec celui d’une foi dans des buts autres que la simple satisfaction  pulsionnelle ,et de l’adhésion à des grands mythes universalisants, a laissé la place , en France , au 19 ème siècle et au début du 20ème à la « religion de la patrie » ( jusqu’à la guerre de 14-18 environ), qui a été la source d’une tension élévatrice transcendant les intérêts particuliers.

Le marxisme et ses retombées sociales ont joué un rôle dans la dévaluation  de cette vision unitaire d’un pays au profit d’une vision rétrécie aux intérêts d’une seule classe sociale ,justifiant  la guerre sociale intérieure (« classe contre classe »), contestant la valeur des ensembles nationaux uniquement identifiés par cette idéologie  à une mystification par les classes dominantes, prônant la solidarité d’une classe  à travers diverses nations au détriment de la solidarité entre différentes couches sociales dans un même ensemble national, historiquement, géographiquement et culturellement constitué. L’inquiétude ressentie en France devant le danger d’une « fracture sociale » , c’est à dire devant le danger d’un dénouage de la solidarité entre les groupes sociaux, montre rétroactivement l’importance que les Français accordent  à cette unité  et leur crainte des conséquences catastrophiques d’une dissolution de cette complémentarité essentielle;

Les deux guerres mondiales du XX ème siècle ont contribué, par l’horreur suscitée par la folie meurtrière  déclenchée par les nationalismes, à ce que « les nationalismes nous cachent la Nation », pour reprendre l’expression de Pierre Nora. La déconsidération de la politique coloniale qui a accompagné la décolonisation et la montée des nations nouvellement indépendantes accompagnant les défaites françaises ont participé à l’effacement de l’imaginaire guerrier qui était une des composantes de l’histoire française.

Le renouveau des régionalismes, et le sentiment de perte d’identité  lié au progrès de l’Europe, ensemble encore trop abstrait et trop administratif pour susciter le développement de valeurs propres, montrent que la Nation  a constitué un équilibre unique, à l’époque récente et actuelle, pour servir de support à la mobilisation d’énergies créatrices et d’idées qui vont au delà de la simple survie confortable.

Par là , la Nation donne forme et stimule une réflexion et une action collectives qui sans elle restent privées  d’ampleur et de moyens  dans un cadre plus petit (classe, clan…), ou bien  menacées par les impératifs de la politique de compromis entre les composantes dans les ensembles trop larges comme l’Europe actuelle, ou les empires multinationaux antérieurs.

Ce milieu fertile et fertilisant pour  le foisonnement de la pensée et des initiatives, né du creuset des  caractères de différentes régions et de différents milieux culturels et sociaux, ainsi que de la sélection des meilleurs, fait de la Nation ce qui est son immense avantage: un multiplicateur des talents et un  moteur de l’élévation des buts, tout en évitant l’abstraction de la pure universalité. Car la Nation garde quand même  quelque chose de  la relation affective des unités plus petites (famille, clan, , ethnie), par l’attachement affectif à un paysage historique, culturel,linguistique, etc. ce qui risque parfois de la faire verser dans les travers communautaristes: l’exclusion des Autres, le déni de justice à leur égard, le nationalisme agressif et belliqueux.

Elle reste pourtant actuellement le meilleur état d »équilibre entre l’abstraction universaliste détachée de tout ressort affectif et le particularisme plus ou moins tribal, position de repli en Occident ou point d’arrêt de la progression dans le Tiers Monde.

(Voir aussi sur le blog l’article : « Qu’est ce qu’une Nation? l’analyse du texte de Renan  , et « Mona Ozouf critique la conception de Ernest Renan de l’identité nationale »)

Publicités