Archive pour mai 2011

La « réconciliation » Hamas Olp prépare l’OPA islamiste sur le futur état palestinien

mai 7, 2011

Avec la réconciliation Hamas OLP , les Palestiniens et les Israéliens se rapprochent petit à petit d’un affrontement mortel avec , ce qui est un comble ,l’aide active de l’Onu ,pourtant chargé de défendre la paix mondiale , à travers le projet de reconnaissance d’un Etat Palestinien sans  accord  négocié préalable

Une reconnaissance d’un état palestinien dans les frontières de 1967 , sans négociation, figerait définitivement le conflit au lieu d’aboutir à un compromis , auquel il est vrai que les Israéliens n’ont pas donné beaucoup de chances dans la dernière période.

Elle donnerait légitimité à l’Etat palestinien sans la moindre obligation de sa part de reconnaissance  de l’Etat israélien , constituant le premier comme une base de départ  pour la reconquête de l’espace israélien.

Elle n’exigerait aucune concession sur le problème des réfugiés , dont le maintien de la revendication de retour en Israël équivaut clairement à une destruction de celui-ci , noyé dans la supériorité  démographique de la multiplication de la population arabe.

En fixant les revendications  des deux états dans l’ incompatibilité  absolue où elles se trouvent actuellement , elle ne laisserait qu’une seule issue à la contradiction: la guerre ,et il est évident que le monde arabe tout entier se rangerait derrière les Palestiniens , dans le rêve d’une éradication de l’ennemi abhorré ,et dans la conjonction des intérêts les plus glauques , des dictatures désireuses de faire diversion jusqu’au islamistes soucieux  d’éliminer  toute dissonance dans le concert de l’idéologie unique de l’Islam.

A cette hypothèse inquiétante s’ajoute  maintenant le coup de maître du Hamas qui , en acceptant de participer à un gouvernement d’union avec l’OLP ,vient de mettre le pied dans la place , sans céder un iota de ses positions extrêmistes, progressant ainsi vers une reconnaissance de fait par la communauté internationale , alors qu’il maintient ses objectifs de destruction de l’ Etat  Israélien.

Peu importe alors que ce ne soient que des « techniciens » qui participent à  ce gouvernement: de cette place il pourra accéder  aux forces de sécurité palestiniennes, y intégrer leurs propres forces militaires dont on à vu à Gaza  l’absolue supériorité sur celles de l’OLP ,les noyauter et paralyser leur coopération anti- terroriste avec Israël. Il pourra reprendre à son compte la stratégie du Hezbollah au Liban , demander progressivement des ministères clefs, et préparer des élections ou il profitera des éventuelles concessions raisonnables faites par l’OLP  pour apparaître comme le plus efficace défenseur du peuple palestinien. Une fois installé , il appellera ,en tant que gouvernement indépendant , l’armée iranienne à lui fournir matériels ,cadres, et éventuellement « volontaires » pour « se défendre face à l’ennemi sioniste ». La région se trouvera simplement dans la situation de l’Europe en 1939 au moment ou tout le monde voyait la guerre arriver sans rien pouvoir faire pour l’empêcher. L’Iran y trouvera un moyen  de  tenter de prendre la tête d’une croisade anti israélienne qui redorerait son blason terni par la montée des mouvements pro démocratie dans le monde arabe et même sur son territoire. Les islamistes palestiniens pourront prendre  , avec délectation , la tête d’un djihad anti- israélien . La guerre qui aura lieu  sera féroce à cause de la haine anti israélienne qui sévit dans le monde arabe , et du fait que l’Etat israélien , le dos au mur , se battra avec l’énergie du désespoir.

Il existe encore quelques esprits libres , en Europe et aux Etats Unis pour voir clair dans la manipulation diplomatique qui est en train de s’amorcer. Angela Merkel et Barack Obama ont exprimé leur désaccord avec cette hypothèse d’une reconnaissance inconditionnée., et leur inquiétude pour la paix dans un tel cas. La France affiche une attitude ambigüe , annonçant  « réfléchir » à cette éventualité , manifestement dans le but de pousser Israël à des concessions . Mais  si elle finissait par se ranger aux côtés des partisans de la reconnaissance de l’Etat Palestinien en septembre , ce serait un vrai renversement d’alliance  , et , au nom de la soi-disant « politique arabe » de la France , une trahison et un abandon  de l’Etat ami israélien , dont la gravité équivaudrait à la lâcheté de Munich, où les puissances occidentales avaient accepté le démembrement de leur ami tchécoslovaque et l’avaient livré sans moyen de défense au loup hitlérien. Nicholas Sarkozy  y perdrait l’honneur gagné dans les décisions courageuses  d’intervention en Lybie et en Côte d’Ivoire , contre les figures hideuses de la dictature ,de la xénophobie meurtrière , et du mensonge éhonté.

En attendant Palestiniens et Israéliens, bloqués dans leurs intransigeances, continuent leur course à l’abîme, que ni  le fanatisme religieux ni l’angélisme pacifiste ne sont prêts de stopper.

Ben Laden mort , le Hamas condamne l’action américaine qui a permis son élimination

mai 3, 2011

« Justice est faite « , comme l’ a dit sobrement Obama , en annonçant   sa mort, après une traque qui a duré 10 ans.  La bête criminelle  qui se terrait  au Pakistan a été débusquée et abattue , ce qui ne vaut pas pour autant un gage de mise hors de combat de  son organisation toujours à la recherche de moyens de meurtre de masse plus efficaces. Mais le prestige du djihadisme international , fondé sur sa capacité à tuer les innocents en masse et à en exploiter les retombées médiatiques , a pris un coup important.

Mais le relais est en passe d’être pris par d’autres fanatiques religieux : l’islamisme qui avait deux fers au feu : le djihadisme er l’islamisme des frères musulmans passe la main aux seconds , qui se renforcent avec le développement des révoltes arabes et qui se préparent à sortir de l’ombre. En Egypte , ils sont la principale force organisée et les élections vont leur permettre  d’augmenter encore leur conquête des positions clefs dans l’appareil politique , juridique  et diplomatique de l’Egypte.  A Gaza , le Hamas , émanation directe des Frères Musulmans , a entrepris ,par l’accord réalisé avec l’autorité Palestinienne,  sur le même mode que le Hezbollah l’a fait au Liban , la conquête d’une position , d’abord de veto sur tout ce qu’il contestera , puis de constitution de la force militaire dominante dans l’équilibre interne aux forces palestiniennes , en attendant de ne garder que des potiches en façade quand il dirigera vraiment le pays si ce pays est reconnu internationalement.

L’hypothèse qui se profile actuellement d’une reconnaissance par l’ONU à l’automne d’un état Palestinien dans les frontières de 1967 sans négociations , annonce la réalité tragique qui va suivre: la domination du Hamas face à l’Autorité Palestinienne disqualifiée  qui aura servi de fourrier à  la prise de contrôle du pays par un Hamas, qui ne reconnaissant pas Israël, préparera avec le soutien du Hezbollah , maître du Liban ,et de l’Iran et de la Syrie la guerre d’éradication d’Israël de la « terre sacrée arabe ».

L’ islamisme « rampant » , stratégie de grignotage des positions clefs d’un pays , commençant par la création d’un réseau d’aide sociale et médicale  se substituant aux systèmes officiels carents , puis la conquête de postes enseignants et religieux  commençant très tôt à modeler les idées des enfants  ou des étudiants avec des  thèmes manichéens et des stéréotypes haineux , et la pression exercée sur les médias et les moyens d’information , se termine par la conquête du pouvoir politique  qui peut préserver l’enveloppe extérieure d’un système démocratique tout en le vidant progressivement de son contenu.

Les deux exemples les plus frappants sont ceux du Liban et de la Turquie , montrant la souplesse d’adaptation des islamistes aux différents contextes.

Au Liban , le Hezbollah a réussi à constituer un état dans l’état , une armée plus puissante que l’armée de l’ Etat , elle même divisée entre pro et anti -Hezbollah de telle façon que elle est réduite à l’impuissance et que de toute façon , on hésite à trop bien l’équiper de peur que ces armes tombent directement dans les mains du Hezbollah.Parallèlement à sa lutte « légale » par laquelle il a  réussi à faire admettre son droit de veto de fait par la paralysie du gouvernement qu’il a créée pendant plusieurs mois , le Hezbollah n’a pas hésité , en synergie avec le pouvoir du parrain syrien , à faire assassiner le chef de l’Etat , Hariri, et à faire un chantage au coup de force pour obtenir que le propre fils du chef de l’état assassiné désavoue les travaux de la commission internationale dont tout le monde sait que elle va incriminer non seulement la Syrie , mais aussi le Hezbollah lui même, ce qui lui fait très peur.

On voit ainsi  , dans un des rares états arabes ou existe une sorte d’état de droit , celui ci  se faire annuler sous la menace d’un coup d’état, et l’organisation qui dirige cette opération imposer son candidat à la présidence de la République . Face à cela , on voit les forces d’opposition se coucher devant la force , des partis chrétiens faire alliance avec le Hezbollah , les Druzes de Joumblat faire aussi allégeance aux vainqueurs et la constellation politique libanaise se déplacer lentement vers une mainmise totale des islamistes sur le pays.

En Turquie ,les islamistes « modérés » de l’AKP , ont commencé à jeter le masque eux aussi. Elus démocratiquement après la déroute des partis classiques , corrompus et inefficaces , ils ont organisé le retour progressif des éléments islamiques que l’ Armée , garante de la laïcité avait interdit , et  sous prétexte de démocratie , tentent de désarticuler les institutions donnant à l’armée un pouvoir d’intervention pour défendre la laïcité.  Pendant l’affaire de la flottille de Gaza , ils ont soutenus les provocations islamistes et tenu un discours haineux anti-israélien, et surtout , ils ont développé une politique de rapprochement avec l’Iran , refusant de condamner la politique  d’armement nucléaire de celui-ci , sous prétexte que « ils n’étaient pas convaincus » , et multiplié les déclarations d’amitié avec la Syrie et sa dictature sanguinaire.

La stratégie « d’entrisme » des islamistes sous prétexte de « démocratie » est similaire à la stratégie communiste en Tchécoslovaquie après la guerre de 1945 : le pouvoir par les élections et  ensuite une dictature policière impitoyable  qui supprime tous les éléments de la démocratie  ou à celle de Hitler en 1933 :une nomination légale à la chancellerie qui donne tous les pouvoirs pour supprimer la démocratie  dans la phase suivante.

Le Hamas , comme les Frères musulmans après lui , ont dénoncé « l’assassinat »  de Ben Laden par les Américains , montrant par là , que au delà des divergences stratégiques , ce « combattant sacré », ce « saint guerrier », était bien un membre de la Famille , que le but poursuivi était le même  , les valeurs les mêmes et les ennemis les mêmes.

La solidarité des mafias fanatiques est respectée et les plus dangereux d’entre eux sont les plus hypocrites.

C’est probablement la prochaine opération de « blanchiment » à laquelle nous allons assister: celle du passage de la déconnexion entre Islam et terrorisme  à la déconnexion entre Islamisme et terrorisme. Or les mouvements armés islamistes (talibans au Pakistan , Hamas à Gaza , Hezbollah au Liban ) restent des organisations basées sur la violence , le meurtre , la domination par la peur , et l’idée d’imposer  une religion par la force ainsi que des moeurs barbares.