L’affaiblissement de l’influence de l’Occident

 

 

L’évolution de la dernière décennie est marquée par le recul indiscutable de la primauté de la civilisation occidentale :

  • son incapacité à triompher de l’anarchie du Moyen Orient, la reconnaissance par Obama de la limitation de se moyens face à la barbarie de l’Etat Islamique, la démonstration de la limitation des moyens de la France qui ne dispose que de quelques milliers d’homme pour contrôler des territoire immenses en Afrique, les échecs répétés des interventions des Etats Unis (Afghanistan, Irak, Syrie,)
  • Son impuissance devant la politique expansionniste , hyper-nationaliste, et annexionniste de la Russie.
  • Sa timidité face aux prétentions hégémoniques de la Chine, adossée à une économie qui est en train de dépasser l’économie américaine , et à sa démographie de 1,3 milliards d’habitants.
  • La crise économique qui réduit sa puissance financière et industrielle.
  • La montée en puissance des idéologies contestant la valeur de la démocratie et prônant la légitimité des dictatures et leur efficacité par l’évitement des débats et de l’influence de l’opinion publique.

En fait, deux grands blocs se sont constitués pour contrer l’idée de démocratie et les libertés défendues par l’Occident :

Un bloc réalisé par les 2 grandes puissances de l’ex bloc socialiste, la Russie et la Chine qui ont instauré des dictatures traquant toute critique du régime qui conduisent les opposants soit à la mort sous les balles de tueurs aux ordres des services secrets, soit à de très longues peines de camp ou de prison. Ces régimes contrôlent tous les moyens d’information et trouvent un appui dans les grandes masses qui bénéficient de l’élan économique de la Chine et des retombées de la manne gazière et pétrolière pour la Russie. Ils s’appuient également sur le nationalisme et le désir de revanche de leurs population face à ce qui a été ressenti comme l’arrogance des pays occidentaux. L’un et l’autre tentent d’ancrer ce nationalisme dans une culture traditionnelle par la puissance mobilisatrice de la religion ( christianisme orthodoxe pour la Russie, bouddhisme pour la Chine.)

Tous les deux gardent du communisme son mépris pour la démocratie et ses habitudes de régime policier et de diatribes anti occidentales.

L’autre bloc est celui constitué par une partie des pays islamiques, et les différents mouvements fondamentalistes islamistes pour qui la démocratie est une insulte à Dieu et à sa toute puissance. Là c’est l’échec de ces cultures à fonder d’autres économies que des économies de rente, l’analphabétisme de masse, et la structure tribale de la société qui empêchent le développement d’un Etat compétent et au service de toute la population, plutôt que à celui d ’un clan.

Ce groupe est moins puissant économiquement et militairement que le groupe de l’ex camp socialiste, mais sa haine est absolue, sous-tendue par une foi religieuse détournée et instrumentalisée , tendue toute entière vers la destruction du monde occidental, a qui il a déclaré une guerre à mort.

Face à ces menaces, les Etats Unis hésitent à reprendre le rôle de gendarme du monde, ne veulent plus risquer la vie de leurs troupes, après l’avoir fait au prix de 50000 morts au Vietnam. L’Europe, quant à elle, paralysée par la crise dont elle n’arrive pas à se relever, minée par un doute grandissant sur sa pertinence, divisée à l’extrême devant les choix à faire, minée de l’intérieur par le flot d’une immigration qui s’amplifie et qui commence à peser sur ses choix, menacée par les séparatismes qui fleurissent de tous les côtés, voit son influence s’amenuiser comme sa part du commerce mondial.

Le risque existe d’une alliance entre les ennemis de la démocratie selon le bon vieux principe : les ennemis de mes ennemis sont mes amis.

En même temps, il existe des facteurs qui contredisent ces raisons d’être pessimistes :

Les Russes sont conscients d’une menace qui les vise aussi avec les pays de culture islamique de l’ancien empire soviétique, les Chinois également avec leurs minorités turcophones (Ouigours). La Chine fait preuve d’une volonté de puissance qui effraye, mais son gouvernement dictatorial reste rationnel, ce qui n’est pas le cas des fanatiques « fous de Dieu », qui sont autant capables de faire sauter la planète que eux-mêmes. Même Poutine, malgré la tentation de pousser ses avantages, reste un froid calculateur qui ne souhaite pas l’apocalypse finale.

L’ennemi principal de la sécurité du monde et de sa liberté reste donc l’islamisme, et la folie de son projet de soumettre le monde entier à sa règle démente et au règne de mollahs débiles qui ne connaissent de la vie que leur catéchisme de mort et de soumission totale.

Pourtant, dans le monde entier, l’aspiration à la liberté reste une flamme inextinguible, et les succès relatifs de l’obscurantisme peuvent n’être que une phase momentanée. Il y a 20 ans, certains pronostiquaient la victoire totale et définitive de la démocratie ( et même la fin de l’Histoire !). Cette époque paraît lointaine, mais…la roue tourne. Qui sait où nous en serons dans 10 ans ?

Que peut faire l’Occident devant ces dangers qui le menacent :

D’abord être lucide sur ces menaces, au premier rang desquelles l’Islamisme, qui nous annonce des attentats visant les Français (« méchants et sales ») ou qu’ils se trouvent. L’Islamisme doit être combattu sous toutes ses formes, et en particulier ses formes insidieuses : revendications communautaires, tentatives de jouer sur des imprécisions de la Loi, présentation victimaire jouant sur la mauvaise conscience, tentations électoralistes, grignotage de la laïcité, déclarations ambigües sur les actes

terroristes..
Ensuite, l’Europe doit tenter de retrouver une visibilité internationale en ayant une politique générale nette, et qui ne soit pas que l’expression de bons sentiments. Elle doit défendre les valeurs de liberté, même si cela doit déplaire à quelques potentats, mais aussi reconnaître que l’on ne peut imposer ses valeurs a des peuples qui en choisissent d’autres

Elle doit affirmer sa solidarité avec ses alliés américains, qui ont en charge le plus lourd fardeau sur le plan militaire.

C’est l’Occident tout entier qui doit continuer à croire en la lumière qui l’accompagne, et qui attire encore des masses qui débordent largement les politiques des gouvernements auxquels elle se confronte. L’Occident doit resserrer les rangs face à ses ennemis qui l’attaquent sur deux axes différents.. Surtout il doit chercher à conserver et accentuer sa suprématie scientifique et technologique, base de la suprématie économique. La crise économique et financière actuelle a fait douter les masses de la validité de ses principes économiques. Et quand l’économie va mal, les masses sont prêtes à jeter par dessus bord la liberté si chèrement payée pour être sures d’avoir du pain.

La partie n’est pas jouée, mais les adversaires de l’,Occident n’ont remporté aucun point décisif. Simplement,  ils ont relevé la tête, et le nombre de défis qu’ils lancent à sa domination augmente chaque jour.

Publicités
Explore posts in the same categories: actualité au proche orient, guerre au proche orient, identités collectives, islamisme, Les ennemis de l'Occident

Étiquettes : , , , , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :