POURQUOI L’ISLAMISME S’ETEND-IL TELLEMENT ?

Que veulent vraiment les islamistes?

La réponse paraît simple à une question aussi directe Ils veulent instaurer une théocratie, c’est à dire un système politique ou le pouvoir politique est constitué par les instances religieuses, même si quelques coquilles creuses sont laissées pour garder les formes apparentes de la démocratie. Ce système politique souhaite faire table rase de toute forme de démocratie, considérée comme une insulte à la toute puissance divine, et remplacer les lois inspirées par le désir de liberté et de justice par les interprétations données par les autorités religieuses de textes attribués à l’inspiration divine du prophète. Toute manifestation de la pensée doit se justifier non par les arguments qui la fondent, mais par la preuve de sa ,conformité avec des textes écrits il y a 15 siècles et parmi lesquels ces autorités auront sélectionné ceux qui vont dans le sens de leur radicalité extrémiste Ainsi, face à l’échec d’une culture à intégrer la modernité qui a libéré la pensée de ses carcans moyen-âgeux, les islamistes ont choisi la fuite en arrière : restaurer l’Inquisition, rétablir la peine de mort pour le blasphème et l’apostasie, les mutilations comme punitions, réinstaller la suprématie des hommes sur les femmes dans la vie quotidienne, faire régner la terreur par les mariages forcés, les viols et la pratique de l’esclavage

Tenter de faire revenir la civilisation à l’époque du moyen âge est d’abord apparu comme un projet tellement fou que l’on a pensé que très peu de gens seraient tentés de les suivre. Mais la réalité oblige à reconsidérer cette opinion.

Une minorité certes, mais une minorité non négligeable de la population musulmane adhère plus ou moins à ces conceptions, et tente de réparer une identité dévaluée par ses échecs économiques et politiques( dictatures grotesques, masses violentes et haineuses, situations de misère malgré la manne pétrolière, absence de la scène scientifique, et artistique depuis des siècles, sauvagerie des modes politiques, terrorisme, guerres civiles féroces, etc…

Ce qui est sidérant, c’est justement de voir le phénomène ne pas rester limité à quelques esprits faibles, mais au contraire prendre sans cesse plus d’ampleur. L’entrée dans le système de pensée islamiste se fait par au moins trois voies de pensée :

L’entrée par l’activation de la religion qui devient le centre de gravité de l’individu et qui règle une part de plus en plus grande de son comportement. Le désir d’unité intérieure se place sous le signe de l’adhésion intérieure de plus en plus étendue et de la mise au poste de commandement de la religion, ce qui veut dire des commandements indiscutables et qu’il n’y a qu’à appliquer à la lettre pour avoir un guide dans toutes les circonstances. Comme dans beaucoup de conversions, à une période d’errance dans le domaine des idées auxquelles arrimer ses choix succède une période ou l’impétrant a le sentiment que tout s’éclaire, que tout se met en ordre Les adolescents cherchant sous quelle bannière se ranger pour mettre de l’ordre dans leur vie sont évidemment des personnes toutes désignées pour cet embrigadement religieux. Les petits délinquants entrés dans la carrière délinquante par les petits trafics de l’économie parallèle trouvent aussi dans ce passage au militantisme religieux le moyen de se refaire une virginité morale et de se rehausser à leurs propres yeux.

A partir de ce passage au militantisme religieux, la voie est ouverte pour l’influence des « prêcheurs de haine », qui expliquent au candidat au perfectionnement religieux que la conséquence de son engagement doit être l’entrée en guerre contre les ennemis de l’Islam et la propagation par tous les moyens de sa religion. L’essentiel de la mutation est opéré, il ne reste plus qu’à fignoler la haine de l’Occident pour parfaire le parcours. C’est le travail des « imams » radicaux qui peaufinent la haine de la société occidentale, par discussions personnelles ou prêches pré enregistrés.

La deuxième voie d’entrée est la révolte contre les dictatures sanglantes qui parsèment le monde arabe et les répressions abominables dont sont coutumiers ces régimes. Le catalogue des horreurs dont sont victimes ces peuples dépasse ce qui est humainement soutenable ( en Syrie, la férocité du régime de terreur instauré par le régime rejoint celle de l’ex régime de Sadam Hussein ( tortures abominables de membres de familles devant leurs proches, affamement de villes entières, bombardements aveugles et utilisation des gaz contre les civils, etc…

La révolte est légitime, simplement les Islamistes oublient de mentionner les exactions de leurs propres groupes (attentats aveugles contre les populations civiles, assassinats, mutilations, viols, vente en esclavage,  terreur religieuse.

Ces nouvelles « Brigades Internationales » suscitent le désir de s’enrôler, chez les jeunes désireux d’action qui y voient un sacrifice noble susceptible de redonner une valeur et une dignité à une vie qui à leurs yeux en est dépourvue. Là encore, la face qui leur est cachée, c’est la mainmise réussie par les mouvements extrémistes religieux sur ces combattants, la transformation de la volonté idéaliste de combat contre les régimes de terreur en chair à canon et à attentats au service de groupes fanatiques visant à instaurer d’autres dictatures au moins aussi horribles que celles qu’ils combattent. Certains s’en rendent compte une fois sur place, d’autres meurent avant de comprendre, et certains sont convertis à cette violence extrême. En tout cas, les volontaires affluent.

La troisième voie d’entrée dans le djihadisme c’est le ressentiment contre la société d’accueil. Le décalage dès l’entrée à l’école, suivi pour beaucoup par une trajectoire d’échecs scolaires, puis de chômage et de difficultés à trouver une place dans la société malgré parfois des diplômes obtenus par beaucoup d’efforts et de sacrifices ,vécus comme des signes de rejet de cette société à leur égard, entraînent une conviction grandissante que l’égalité des chances que cette société fait miroiter n’est qu’un leurre et qu’ils sont l’objet d’une ségrégation humiliante. Quand ils commencent à lire la société avec cette grille victimaire, la pente augmente rapidement, les contre exemples sont balayés, et une trame persécutrice et haineuse se constitue qui fait le lit d’une haine de l’Occident qui établit vite un lien avec les autres ennemis de l’Occident, promoteurs d’une « supériorité » des musulmans qui leur réchauffe le cœur.

Ainsi, ce que l’on décrypte dans cette situation va très au-delà de pathologies individuelles, évoquées au départ du phénomène.

C’est la « désidentification » des masses musulmanes , confrontées à l’incapacité de leurs structures sociales et politiques à rentrer dans la modernité, à quelques exceptions près, qui crée leur repli sur la religion et même sur une forme de société purement rétrograde. Faute de pouvoir social, les hommes s’accrochent à leurs privilèges, avec- c’est un comble- des réflexes de « petits blancs » vis à vis des femmes. Par rage et par impuissance, ils accentuent leur retrait de la modernité et revendiquent leur anachronisme.

L’Islamisme est la synthèse de ces frustrations et de cette vision persécutée de l’histoire. Malheureusement, il est en phase avec les sentiments profonds d’une part importante de la population musulmane, et le vivier ou il recrute ses adhérents potentiels est immense.

De plus, l’Islam, religion aux prescriptions simples, devient de plus en plus une religion de déshérités, et prend maintenant une allure de religion porte drapeau pour les ennemis de la civilisation Occidentale.

Le communisme a tenté de dresser les classes ouvrières de tous les pays contre la société « capitaliste ». Il a échoué dans sa tentative de guerre civile internationale, la « conscience de classe » s’est dissoute dans les divisions entre les choix divers de ses membres. Le rêve des islamistes est de bâtir une nouvelle division du monde entre croyants (dans l’Islam) et « mécréants ». C’est un rêve fou et désespéré :l’Islam est la religion d’un milliard d’êtres humains, mais la population de la Terre est 7 fois plus élevée et il n’y a aucune chance qu’ils arrivent à étendre leur religion à la terre entière.

Mais en attendant, ils peuvent accentuer leur emprise sur les masses musulmanes, dépourvues d’intellectuels capables de résister à cette vague rétrograde. Et s’ils parviennent à la puissance nucléaire, tout peut être envisagé avec ces fanatiques.

Publicités
Explore posts in the same categories: actualité au proche orient, crise d'identité et islamisme, guerre au proche orient, identités collectives, islamisme, Les ennemis de l'Occident, questions d'identité

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :