Le manque de vision à long terme est la principale faiblesse de l’Occident face à Daech.

A l’heure ou les troupes de Daech progressent sur le terrain sans que les frappes aériennes réussissent à les freiner, malgré les pertes qu’elles lui font subir, et ou les ralliements à Daech se multiplient, ainsi que les attentats meurtriers qui essaiment dans tous les pays, la prise de conscience du danger progresse chez les dirigeants occidentaux, mais jusqu’à quel point?

Les signes d’une réorientation des choix stratégiques deviennent de plus en plus nombreux: La décision de François Hollande d’autoriser des frappes en Syrie, alors que  jusque il y a un mois, il ne fallait pas faire le moindre geste qui apporte un peu d’air à Assad signe le fait que le gouvernement a compris qu’il devait sortir de sa position idéologique de ni/ni.L’effet pratique sera faible, mais le signal est donné: Daech menace les intérêts vitaux de notre pays  et de notre civilisation, avec la guerre de civilisation qu’il nous a déclaré. Daech est la pointe de ce conflit de civilisation et il y a derrière lui des centaines de millions de musulmans, qui n’approuvent pas forcément les horreurs qu’il commet, mais qui sont intérieurement persuadés que la civilisation occidentale est radicalement opposée à leurs valeurs: la démocratie, la liberté de pensée et l’égalité des sexes sont vécues comme antagonistes à leur religion et leurs coutumes et dans le conflit qui se précise, les attachements culturels joints à leurs frustrations et leurs sentiment de persécution en font un immense réservoir de forces dans l’affrontement qui durcit de jour en jour.

Si un homme comme Hollande, éloigné des conflits et cherchant plutôt la conciliation en arrive à prôner cette escalade , c’est vraiment qu’une marche a été franchie.Les Occidentaux comprennent de plus en plus que le danger est à notre porte.Si 400 km de Méditerranée, sont franchissables par des centaines de milliers de migrants Alors quelques centaines de terroristes décidés ne se laisseront pas arrêter par une grosse mare.

Hollande a compris que il y a des priorités, et que la première est de circonscrire et d’éteindre l’incendie qui gronde à nos portes, et aussi à l’intérieur de nos frontières.

Les Américains semblent eux aussi avoir compris que seul un front très large des ennemis de Daech peut stopper la montée de l’épidémie. Ils ont commencé très partiellement à revoir leur stratégie, auparavant fondée sur l’Armée Syrienne Libre qui est en train de disparaître petit à petit, d’une part en ranimant la puissance de l’Iran avec la signature du pacte nucléaire, et d’autre part en faisant baisser la tension avec la Russie autour de l’action déstabilisatrice menée par la Russie en Ukraine.En même temps, les Américains craignent une augmentation de l’influence russe au Proche Orient, ce qui fait évidemment partie des plans russes.

Ce qui caractérise malheureusement la situation, c’est l’impossibilité d’une stratégie gagnante sur tous les plans:Les meilleurs ennemis de Daech (Syrie,Iran, Russie, Egypte) sont eux mêmes des dictatures sinistres., mais se battre pour la démocratie à la place des peuples n’a produit que des catastrophes: Irak, Lybie, les tentatives de réformer le monde arabe par la force n’ont conduit que à la progression des islamistes et des ennemis de l’Occident Soutenir l’Iran conduit à un affaiblissement du lien avec l’Arabie Saoudite, compter sur la participation de la Russie à cette alliance anti Daech la réintroduit dans le jeu au Proche Orient dont elle était pratiquement exclue,soutenir les ennemis de Daech revient à soutenir l’action du Hezbollah  et des Gardiens de la Révolution qui constituent  la force de choc qui reste acquise à Assad. Chaque gain d’un allié dans la lutte contre Daech a son prix qu’il faut payer Ce prix est lourd, mais c’est celui d’une guerre mondiale ou l’acquisition d’alliés est l’étape préalable fondamentale  à l’affrontement direct avec l’ennemi.Les alliances qui se nouent, l’isolement politique et militaire de Daech conditionnent le succès possible de cette coalition.

L’idéal serait évidemment que les pays arabes menacés par Daech (Iran, Arabie Saoudite,Egypte, s’allient pour fournir, malgré leur rivalité pour dominer la région, les troupes pour une intervention au sol, soutenue par l’ONU. Ce n’est pas impossible, considérant le rôle générateur d’épouvante de Daech, mais les ambitions particulèires et les habitudes de manipulation de ces pays en font un panier de crabes ou toutes les traîtrises sont possibles.
En tout cas, l’intervention des frappes françaises ne pourra que montrer la nécessité de cette intervention au sol. Les Français y sont favorables en majorité,mais l’afflux des réfugiés fuyant les horreurs de ces pays n’y est pas pour rien. Et il s’agit bien d’envoyer les troupes arabes au combat

Une guerre des civilisations, que l’on le veuille ou non, a commencé. Les européens l’abordent dans le désordre, la division et la confusion. Une petite lueur d’espoir naît de ce que quelques dirigeants ont pris la mesure de l’enjeu .Mais l’ont ils vraiment compris?

Publicités
Explore posts in the same categories: actualité au proche orient, guerre au proche orient, islamisme, Les ennemis de l'Occident, terrorisme

Étiquettes : , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :