Archives de décembre 2015

la déchéance de nationalité, transformée en marqueur de gauche ou de droite

décembre 28, 2015

 

Le feuilleton du projet de Hollande de déchoir de la nationalité française les terroristes bénéficiant d’une double nationalité continue. Après avoir fait l’annonce de cette décision, nécessitant apparemment une modification de la constitution, dans le paquet de mesures annoncées pour augmenter la force des moyens de lutte contre le terrorisme après le massacre d’innocents du 13 Novembre, le gouvernement a paru hésiter devant la levée de boucliers suscitée à gauche, pour finalement confirmer sa décision.

Tous les protagonistes de cette polémique sont bien d’accord sur une chose: cette mesure ne concernera que très peu de personnes, et elle n’aura évidemment aucun pouvoir dissuasif sur les terroristes qui de toute façon sont prêts à  se transformer en fumée avec joie. Il s’agit donc d’une mesure dont le caractère symbolique est évident. Il s’agit de montrer que bénéficier des avantages de la citoyenneté française comporte des devoirs autant que  des droits, et que l’on ne peut pas exprimer sa haine  de la France par des crimes horribles: assassinats d’innocents,meurtres sauvages d’enfants, volonté exprimée de détruire cette nation et de la remplacer par une autre, et demander à bénéficier de la protection  du bénéfice que l’on conteste soi même aux autres. L’hypocrisie haineuse qui s’exprime à l’égard de la France ne peut  aucunement s’accompagner d’un avantage lié à une naissance par laquelle on ne s’estime en rien lié à ses concitoyens, proclamés ennemis juste bons à tuer par tous les moyens.

Déjà Taubira  tordait le nez en parlant de cette mesure. Mais  au fur et à mesure que l’opposition à cette mesure montait dans le PS, elle pensait que sa position se renforçait, et elle s’est crue autorisée à annoncer que le gouvernement y avait  renoncé.

Mais Hollande a fait son choix, entre l’apaisement  concédé à son aile gauche, qui crie à la trahison des « fondamentaux » du PS,quand les militants ne déchirent pas leur carte avec éclat, et la crainte d’apparaître aux yeux des Français  comme un indécis et une girouette, ce qui dissoudrait immédiatement tout le bénéfice qu’il avait tiré de la séquence post attentats, ou il avait gagné 20% de jugements favorables. La campagne pour les présidentielles étant lancée, officieusement en tout cas, le choix a été vite fait. Il sait que l’électorat qu’il doit gagner se situe au centre, c’est à dire sur sa droite, et il ne le remplacera pas par des électeurs gauchistes.

Mais les gauchistes ne lâchent pas prise et même un certain nombre d’entre eux prennent date car ils ont en tête de recréer un autre parti à la gauche du PS. Ils  abondent donc dans le sens d’une « trahison « du PS, cherchant à démontrer par une logique boiteuse que le PS a abandonné les idéaux de la gauche. C’est pourquoi ils se livrent à des manipulations idéologiques pour prouver que la privation de nationalité d’un binational est une action de droite, et une honte pour un homme de gauche. Pour eux, puisque le FN est favorable à une telle mesure, il faut être contre. Puisque le FN au nom de son nationalisme, est opposé à la binationalité,  et considère avec soupçon tout binational, sanctionner un terroriste ennemi déclaré de la France est une mesure contre la binationalité, qui fait de ces individus des « déchets » dont la France ne veut plus.

Or les dirigeants Français ont bien pris garde d’éviter de créer des apatrides en limitant la déchéance aux binationaux, ce qui oblige à réduire drastiquement le nombre  de cibles potentielles  de cette mesure.
Cette mesure est donc destinée avant tout a signifier l’unité du pays face aux criminels fanatiques ( dont on vient de découvrir qu’ils autorisent les prélèvements d’organes sur leurs prisonniers,manière d’alimenter un autre marché commercial que celui des antiquité volées ou des ventes de femmes comme esclaves.).

Cette décision indique la ferme détermination à ne pas laisser les  assassins de masse bénéficier des protections juridiques qu’ils méprisent et combattent et à dissocier les tueurs du peuple français qui les vomit.

Cette loi, déjà appliquée dans certains cas,n’est nullement l’atteinte aux droits de l’homme que dénoncent avec des cris d’orfraie tous les gauchistes indifférents aux crimes commis par les terroristes, comme d’une façon générale ils préfèrent s’attarder sur les droits abstraits des gens plutôt que tenir compte de la souffrance des victimes.L’excuse n’est pas loin, sous prétexte que les terroristes sont des soi-disant victimes d’une exclusion de la part d’une société blanche et raciste comme ils essayent de  dépeindre notre  pays. . La culture de l’excuse et du soutien donné aux adversaires de la société perdure dans le camp de ceux qui rêvent d’un bouleversement général et pour qui tous les rebelles aux règles de la société ont au fond une juste cause.Leur manière d’atténuer la gravité des crimes commis déborde dans le laxisme judiciaire (« c’est la prison qui développe le crime ») et dans le refus réflexe des mesures répressives( comme le refus des peines dirigées contre les mineurs.)

Christiane Taubira se retrouve ainsi en porte à faux complet et témoin de l’ambivalence du pouvoir qui d’une main durcit les mesures judiciaires  contre les terroristes et de l’autre laisse la ministre de la Justice tenir un discours ultra laxiste et exprimer son hostilité personnelle totale à toutes les mesures répressives décidées par le gouvernement. Ceci  est tout à fait compatible avec le double jeu du gouvernement qui essaye de ne pas rompre avec son aile gauchiste,caution de son positionnement « à gauche » et  en même temps d’apparaître ferme et clair dans sa politique anti-terroriste, celle que souhaite la majorité de la population.

Que Hollande apparaisse capable de tenit tête aux torrents d’attaques qui le visent pour cette décision est surprenant: il ne nous a pas habitué à une telle fermeté, y compris face à une aile gauche qui semble même ne pas être la plus extrême. Mais l’enjeu des présidentielles l’emporte désormais sur tous les autres et donc une stratégie de communication qui cherchera à lui donner une stature « nationale » ou il devra apparaître comme au dessus des cris et hurlements de son propre parti. C’est donc parti  pour une posture de chef au dessus des partis, à l’opposé de celle de chef de la gauche revendiquée jusque là par Hollande.

A suivre.

 

LA VIOLENCE ET LA HAINE CULTIVES PAR L’ISLAMISME ET L’ULTRA GAUCHISME MODIFIENT NOTRE ENVIRONNEMENT

décembre 5, 2015

Ce n’est pas deux degrés de trop, que les islamistes vont produire dans notre environnement, mais une modification progressive de tout le paysage qui fera, si cela continue, que nous ne reconnaîtrons plus notre monde..La terreur, la mort, les mutilations deviendront monnaie courantes, comme dans les pays pourris du Moyen Orient.Les massacres aveugles, perpétrés par des zombies heureux de nager dans le sang d’innocents et impatients de quitter ce monde pour aller se prélasser dans leurs paradis imaginaires, constitueront notre quotidien. Des imbéciles équipés d’armes de guerre( en attendant les attaques aux gaz ou bactériologiques) pourront s’en prendre à toutes les fêtes, toutes les cérémonies, tous les moments heureux et les saccager dans un bref paroxysme d’orgueil avant de disparaître dans un éclair.

La violence colorera alors de plus en plus les relations entre les gens. Déjà, les manifestations soit disant écologistes àParis pour l’ouverture de la  conférence internationale sur le climat ont donné lieu à des destructions des hommages aux morts des attentats qui révulsent la plupart des témoins de ces scènes. La profanation  de ces signes de compassion, de solidarité, et d’émotion montre la progression de la déshumanisation , de l’absence  de sensibilité et de la perte des respects élémentaires dans une frange, réduite certes, de la population qui devient aveugle à ce qui n’est pas l’expression de sa haine pour la société et pour la France. Le spectacle des bouquets de fleurs et des bougies piétinés et dispersés figure bien le piétinement de toutes les valeurs qui rassemble ces « despérados » qui se détestent tellement qu’ils ne peuvent que se détruire pour ne pas avoir à regarder en face la laideur horrible de leur vie et de leurs actions.

Le temps se rapproche peut-être ou même les cimetières ne seront pas des lieux de paix ou de recueillement. Personne ne saura plus alors ce que veulent dire ces mots, si les attentats visent, comme au Moyen Orient, les cortèges funéraires aussi bien que les cérémonies de mariage. Il ne restera plus que le désir de vengeance, et l’enchaînement des représailles. Les préoccupations essentielles, la construction de sa vie et d’un bonheur de son entourage risqueront alors d’être remplacées par la défense de tous contre tous, par la lutte contre les maffias,  et les rapports de force à tous les étages de la société;

Le politique lui même commence à être infiltré par cette dégénérescence: En Grande Bretagne, le vote par un groupe de députés travaillistes pour la participation du pays à la coalition anti Daech , contre la position de la direction ultra gauchiste du parti, a entraîné une campagne de menaces de mort et de harcèlement contre les députés concernés d’une violence sans précédent. Le président du parti lui-même a encouragé ces pratiques, disant que plus nulle part ces députés ne seraient laissés en paix,ni à l’abri. En France, les provocations verbales et les imprécations d’un Mélenchon  cherchant à réactiver   le vocabulaire périmé de la lutte « classe contre classe »et à faire revivre le temps des insultes pour ceux qui ne partagent pas sa vision du monde, comme aux pires périodes du stalinisme, créent une surenchère dans l’outrance.

A l’intérieur des institutions ou de certaines entreprises, des musulmans extrémistes de plus en plus nombreux par exemple  à la RATP, refusent de serrer la main de leurs collègues féminines, ou interrompent leur service pour faire leurs prières, et font payer à laCFDT son refus d’être complice de ces pratiques.Le communautarisme dresse la communauté repliée sur elle même contre tout ce qui n’est pas elle ,  et se renforce des réactions de rejet qu’il suscite. Il fragmente la société en ilots incompatibles, favorise tous les séparatismes, et détruit la solidarité qui comme le disait Renan est forte de tous les sacrifices effectués et de tous ceux à venir qui sont acceptés.Cette solidarité nationale est vilipendée comme un acte de trahison des  mini solidarités claniques.

Le monde des petits caïds incultes qui plastronnent dans les écoles  où les profs maltraités se découragent devant ces élèves qui refusent de rester à leur place d’apprenant est à l’image d’une société désemparée devant cette violence généralisée qui ne permet même plus de faire du territoire des enfants un espace protégé de la haine environnante.

La conjonction des haines gauchistes et des haines communautaristes défigure le pays et  crée un vent de violence qui est un vent mauvais Elle se traduit dans la multiplication des insultes, y compris à l’intérieur de la gauche  dont une partie n’hésite pas à traiter les manifestants de l’après Charlie de pétainistes islamophobes (Emmanuel Todd), pendant que l’Observateur titre sur la France « rance ».Un nouvel espoir chez les extrêmes créé  par le scepticisme des Français devant les discours des partis classiques ouvre une perspective de succès pour les extrémistes qui voient des pans entiers de la société céder aux sirènes du populisme et  des discours illusionnistes.

L’ère de la vie paisible et de la douceur de vivre française, qui n’empêchait pas les conflits et une certaine violence, mais sur un fond de valeurs partagées cède peu à peu la place à une époque de lutte féroce entre les différents groupes qui ne reconnaissent qu’eux-mêmes et oublient ce qui les réunissait à leurs contradicteurs il ya peu. Tout le monde perçoit que ce qui se dessine, l’ensauvagement du monde progresse et  certains sont les boute-feu  de cette régression, qu’ils appellent de leurs voeux.

GB.