Archives de février 2016

L’ARMEE DES SUICIDAIRES TUEURS DE L’ETAT ISLAMIQUE

février 18, 2016

 

 

L’apparition d’une nouvelle arme utilisée par les djihadistes face aux moyens technologiques sophistiqués employés par les occidentaux (drones, interceptions de tous les messages internet et téléphoniques, etc ..) : un idiot suicidaire muni d’un couteau de cuisine, introduit le trouble et la perplexité dans les rangs de ceux qui luttent contre l’hydre terroriste.

L’utilisation d’hommes ayant accepté a priori l’idée de mourir de façon absolument certaine, sans aucune chance d’échapper modifie les principes mêmes de la guerre : la seule exception connue, avant l’invention des bombes humaines par le mouvement terroriste des tigres Tamouls du LTTE dans l’île de Colombo fut l’usage des « kamikases » par le gouvernement japonais, dans la dernière phase de la guerre nippo-américaine.

Cette initiative, fruit du désespoir japonais d’arriver à égaliser le rapport de force avec les américains dont la supériorité militaire était devenue écrasante, surprit les    Américains et s’inaugura par quelques réussites imprévues avant de produire des effets négatifs : conviction des Américains que seul l’usage de l’arme nucléaire éviterait des centaines de milliers de morts devant le fanatisme jusqu’auboutiste des japonais, destruction des dernières forces aériennes japonaises (pilotes à peine formés n’apprenant même plus à atterrir ni à naviguer.L’espoir des Japonais d’arriver à forcer les Américains à négocier la paix était complètement déréel dans la situation de disproportion complète des forces et n’exprimait que le refus de la hiérarchie militaire japonaise de faire face à la réalité de son échec total et de la nature illusoire de cette guerre qu’ils avaient déclenché.

La question de l’efficacité de cette méthode de combat a fait l’objet de recherches, mais dans l’ensemble, le « rendement » a été très faible : 3 à 4000 pilotes ont ainsi été sacrifiés avec leurs avions, et très peu de navires américains ont été mis hors de combat.,Le gouvernement a utilisé pour la propagande l’image de son élite militaire sacrifiée volontairement (les pilotes prenaient leur décision librement, mais dans un contexte de très forte pression psychologique ,le gouvernement les poussait même à écrire leurs motivations avant de s’envoler pour leur dernière mission ,et utilisait ces textes comme matériel de propagande nationaliste.)

Mais même si l’efficacité a été douteuse, ce sacrifice avait un sens :C’était la dernière carte que retournait l’Etat Major japonais, la tentative du désespoir pour renverser la situation d’infériorité matérielle et stratégique qui, sauf action imprévue conduisait à la défaite totale et à l’effondrement du régime.L’idéologie militariste, le code d’honneur,la conviction de se battre pour une civilisation pensée comme précieuse et supérieure, la conviction de défendre son peuple engagé donnaient des arguments à ceux qui faisaient le sacrifice suprême et offraient leur vie sans rémission.

L’écart est gigantesque avec les arabes qui se jettent avec un couteau de cuisine à la main ou un tranchoir de boucher sur des passants attablés dans une grande artère de Jerusalem, en blessent ou en tuent un ou deux et savent qu’ils vont finir criblés de balles dans les minutes qui vont suivre.Ceux là ne peuvent espérer aucun avantage politique de ces meurtres, ni aucun avantage militaire.Il n’y a là aucun combat comme ce peut être le cas quand un terroriste armé d’une bombe se glisse dans une position militaire ennemie et se fait sauter. Bien sur, ils auront contribué à créer une atmosphère d’angoisse dans la ville, mais ils auront aussi créé un mépris effrayant vis à vis d’eux ; les meurtres gratuits d’enfants, de femmes créent un fossé incomblable qui fait sortir ces tueurs des rangs de l’humanité.Il y a chez eux un tel mépris de toutes les valeurs humaines et au premier chef la  protection des faibles : les femmes, les enfants, les gens désarmés face à ceux qui ont des armes, que ces gens ne paraissent avoir qu’un seul moteur : une haine qui les aveugle à tout ce qui n’est pas eux et qui annule même leur désir d’auto conservation.

Les soldats de toutes les armées savent qu’on va exiger d’eux qu’ils mettent leur vie en danger, et en général, ils l’acceptent. Mais jamais il n’existe de situation ou il est annoncé que en aucun cas ils ne s’en sortiront. Et de plus, quand une mission est annoncée comme porteuse d’un haut risque de mort, il est expliqué aux soldats à quelle raison essentielle ils vont peut être sacrifier leur vie.

L’absurdité évidente des meurtres terroristes empêche qu’une raison valable justifie la mort qui va pour eux suivre l’exécution de leurs crimes. L’assassinat au hasard de gens vulnérables ne traduit que l’emprise du discours de haine dans lequel ils baignent.

Le nombre grandissant des adolescents parmi les agresseurs au couteau en Israël montre comment cet âge est propice au passage à l’acte :l’extrémisme naturel à cet âge, la propension aux actes impulsifs , la faculté à être influencé par des mentors, les incitations au meurtre permanentes qui constituent leur environnement permanent, tous ces facteurs cumulent leurs effets pour les précipiter vers l’irréparable. Mais qu’est ce qui peut justifier le suicide d’un ado de 15 ans qui vient de poignarder lâchement un ou deux Israéliens et qui détruit sa propre vie, alors qu’il n’a rien vécu ?

Un livre récemment sorti compare les terroristes a des somnambules (« les nouveaux somnambules » de Nicholas Grimaldi, chez Grasset) sans doute à cause de leur regard halluciné sur les photos d’eux que l’on peut voir dans la presse : halluciné ou vide, ils ont en effet l’air d’être dans un autre monde, leur réalité n’est pas la notre :leur réel n’a rien à voir avec celui que nous partageons. Ils sont immergés dans le monde de leur croyance, et celui-ci est incompatible avec la réalité.Des meurtres absurdes conclus au nom d’idéologies aberrantes couronnés par des morts idiotes : le monde arabe a perdu la tête et n’existe plus que à travers ses manifestations de haine tous azimuts, tournées contre les Juifs, les catholiques, les chiites ou les sunnites. Ils ne rêvent plus que de bombes tuant des masses de gens, ,de décapitations, de mise en esclavage non seulement des femmes mais de pays entiers.Des idéologues aux barbes broussailleuses travaillent avec perversité des jeunes, et les persuadent que leur communauté est en état de légitime défense et que leur Dieu est attaqué par d’horribles colonialistes, ce qui justifie qu’on massacre leurs femmes et leurs enfants et que l’honneur est de tuer les bébés parce que ces colonialistes ne méritent qu’une souffrance pire encore que celle qu’ils font endurer aux musulmans.

Le monde a connu la folie nazie, et la folie communiste, des millions de personnes sont mortes pour ces idées délirantes qui ont séduit aussi des millions de personnes. Et voici que se lève la folie du nouveau siècle, encore plus débile, mais aussi paranoiaque que les folies précédentes. Du monde entier accourent des volontaires pour mourir avec pour seule satisfaction d’entraîner dans leur perte quelques personnes qui passaient par là. Ces morts vivants, pressés d’entraîner dans leur univers de mort et d’horreur les vivants qui ne demandent que à vivre nous montrent que les forces du mal, aussitôt abattues, se reconstituent très rapidement, et que leurs germes sont une partie inextricable de notre humanité.

Les régimes totalitaires, qui persuadent les gens que l’individu n’est rien en regard de la communauté , qu’il doit tout à l’Etat ou à son groupe, formatent les gens au sacrifice total de leur vie Ainsi, avec l’aide de la propagande et du mensonge se constituent des représentations de soi désespérées ou le seul avenir radieux, hors le paradis et ses mousmées en attente de martyr, est l’application intégrale de la Chariah et le règne sans partage des ayatollahs et des sanglants émirs.

Des députés arabes israeliens apportent leur soutien a des parents de terroristes abattus

février 9, 2016

les Israéliens ont été les spectateurs stupéfaits de cette scène surréaliste: des députés d’un des partis arabes israéliens ont été s’entretenir avec des parents de terroristes abattus après avoir eux mêmes tué des israéliens.Ils leur ont apporté un « soutien moral » dans leur deuil et ont écouté les discours qui vantaient le « courage » de ces héros, comme les appellent les nationalistes et les islamistes qui n’hésitent pas  à multiplier les exemples de cette « novlangue » dans laquelle les assassins d’enfants, de femmes et de badauds sont qualifiés  de « glorieux » et d’exemples pour toute la population.

Le détournement de la langue, et l’emploi de la répétition comme méthode de conditionnement et d’imposition du mensonge est une vieille méthode de conquête des esprits, utilisée à profusion autant par les nazis que par les communistes. Il s’agit d’obtenir, par la répétition une association automatique entre des termes (sioniste et assassins par exemple) qui fait que même si ils s’en défendent, des gens ordinaires,doivent lutter contre une idée subconsciente qui tend à s’imposer à eux et à greffer sur leur pensée les catégories de pensée des propagandistes. Comme le disait Goebbels: »Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ». La victoire sur le plan du langage est stratégique: celui qui contrôle les mots contrôle la pensée.

Toujours est il que la situation est impossible pour Israël qui doit vivre avec en son sein une  partie de sa population qui le déteste, qui soutient en partie les attentats meurtriers qui se multiplient, et qui rêve de détruire ce pays pour en fabriquer un autre à la place . Elle montre comment est difficile la situation d’états partagés par des oppositions de culture et des haines irréductibles, ou il n’y a pas  d’espace de cohabitation pacifique et ou le conflit ne se règle que par l’imposition des valeurs de la majorité.

Que dirions nous en France si des députés venaient apporter leur soutien aux familles des tueurs du 13 Novembre qui ont impitoyablement massacré 130 personnes prises au hasard avant de se faire sauter ou de se faire abattre par la police. Et cela au nom d’une idéologie religieuse qu’ils promettent d’imposer à la population et d’une volonté d’hégémonie sur toute la planète dont ils se vantent ouvertement. Ces délires mégalomaniaques ont déjà fait la preuve de leur folie et de l’adhésion massive des peuples quand ceux ci sont soumis à la fois à la terreur et à la propagande

Pourtant, en Israel, les appels au meurtre se multiplient dans les médias sociaux, les conseils pour utiliser des véhicules comme moyens de tuer des civils dans la rue, le rappel de l’utilisation possible des couteaux comme moyen de tuer. Tuer, tuer, cela devient le mot d’ordre général. Tout juif est une cible bonne à tuer, et la récompense est autant  dans le futur( un droit d’accès privilégié au paradis et  à ses légions de femmes soumises aux désirs de ces valeureux « combattants ») que dans le présent ( l' »honneur » de ces exploits rejaillit sur toute la famille qui bénéficie d’aides matérielles et du respect de toute la communauté arabe.)

Insensiblement, l’inversion des valeurs se développe: ce qui est bien, c’est de tuer le plus de juifs possible, et ce qui est adroit, c’est d’échapper au châtiment qui menace les assassins s’ils se font attraper. La folie de cette démarche suicidaire ou des individus, souvent jeunes, se suicident- peut être juste par impatience de gagner le paradis- et font la preuve de leur propre désintérêt pour leur existence, comme de leur indifférence totale à l’existence d’autrui. Ces bataillons de robots suicido-tueurs font peur par leur inhumanité si rapidement constituée, par leur adhésion sans recul à une idéologie aberrante ou il n’est question que de terreur et de passé idiotement plaqué sur un présent qu’ils refusent. Nager dans le sang de leurs victimes leur procure une ivresse tellement ignoble que l’on ne peut qu’être saisi  par leur transformation en bourreaux volontaires et fiers de leur travail. Malgré la satisfaction  que procure la brièveté de la période de leur nocivité, l’angoisse persiste devant la  malléabilité de l’espèce humaine et les boulevards qui s’ouvrent à la perversité. Des centaines de millions d’hommes ont été convaincus par les mensonges énormes du communisme et l’utopie radicale de son idéologie qui a conduit à des dizaines de millions de morts, et à peine nous relevons nous de cette folie que une autre folie se développe, entraînant ce qui est maintenant des masses de jeunes à s’enrôler sous la bannière noire de l’EI pour ce qu’ils croient être la conquête du monde. Et tous  les dictateurs cyniques se réjouissent de l’occasion qui leur est donnée d’utiliser ces pions pour affaiblir ceux qui résistent à leurs projets: Poutine, Erdogan, les Saoudiens, se lèchent les babines devant le champ de manoeuvres qui s’offre à leurs troupes.

Le monde arabe est tout entier traversé par cette vague de haine, et de libération de la volonté de tuer l’autre. Des millions de despérados  ne voient pas d’avenir meilleur que de tuer quelques juifs, et de se faire euthanasier par les balles de la police,. Face à cela, les Israéliens ne peuvent que compter sur leurs propres forces et sur la force des valeurs morales qui subsistent encore dans ce désastre général. Malheureusement, ce ne sont pas les élites intellectuelles actuelles sur lesquelles ils pourront s’appuyer, étant donné la fascination de ces élites  pour toutes les idéologies utopistes et leur fuite devant les réalités du monde,ce  dont notre gouvernement est un bon exemple. Au contraire, ce que l’on perçoit de plus en plus, c’est le rôle décisif de ces grands ensembles de pensée, les idéologies qui guident les actes des hommes, et la place déterminante qu’occupe dans leur diffusion et leur expansion la classe intellectuelle et son ambition d’influencer et de diriger les masses qui peu à peu sont gagnées par le virus.

Alors, si cette situation se produisait en France, la déchéance de nationalité serait elle envisagée, face  à une guerre qui est menée par tous les moyens contre leur propre pays, en même temps que pour des raisons tactiques, ces députés arabes israéliens nient leur déloyauté à l’égard de leurs concitoyens et de leur Etat, et prétendent ne faire que défendre leur communauté.