Archive for the ‘antisémitisme’ category

La boîte de pandore de l’antisémitisme est ouverte

février 16, 2019

Ce qu’on pressentait depuis quelque temps s’est réalisé. Les cafards haineux qui remâchaient leur haine en n’osant pas la montrer ont senti une grosse bouffée d’air arriver avec la possibilité de se mêler aux cortèges anti-état qui sillonnent les villes, d’attaquer les forces de l’ordre, traitées d' »éborgneurs » par Mélanchon, jamais en reste d’une insulte et faisant chorus avec les agresseurs de policiers.

Ils ont pu parader sur les marches du Sacré Choeur en faisant la « quenelle », salut nazi inversé, mais que tous les antisémites connaissent comme unsymbole codé d’injure antisémite, inventée par l' »humoriste » antisémite professionnel Dieudonné, qui veut créer un part antisémite comme il en existait dans les années trente. Il fait la tournée des salles de spectacle en France, se heurtant d’ailleurs souvent à des refus de louer la salle, qu’il contourne en trouvant des faux noms et en prévenant ses « spectateurs au dernier moment du lieu du « spectacle ».

Il faut dire que ses salles sont bien remplies, par des « monsieur tout le monde » qui ne voient pas( ou au contraire qui voient trop bien) quel mal il y a à se moquer des Juifs « pour rigoler ». En fait ce sont des gens déjà convaincus qui applaudissent aux injures antijuives déversées durant tout le spectacle. Ils apprécient aussi l’habileté perverse avec laquelle l’orateur contourne la loi contre l’incitation à la haine raciale, ce qui est tout le contenu de ces représentations. Dieudonné participe à tous les grands cortèges, entouré de sa garde rapprochée, et aucun GJ n’a prié ce moderne nazi de quitter les cortèges (il y a eu une exception).

Mais le problème est encore plus grave que l’absence de démarquage des GJ d’avec les furieux antisémites, il est dans la proximité idéologique du discours complotiste qui a l’acquiescement de 40% des GJ d’après un sondage récent, avec le vieux fond antisémite qui lie l’argent, le pouvoir des élites et la supposée dépendance à Israël, dans l’idée d’une puissance occulte et malfaisante.

Il existe donc deux sources à cette paranoïa: le vieil antisémitisme qui mijote dans les bas fonds populaires et qui trouve des relais aussi bien dans l’extrême droite que l’extrême gauche (« le socialisme des imbéciles ») et l’antisémitisme musulman, lui aussi issu d’une vieille culture raciste arabe et qui s’exerce en particulier dans les cours des écoles, poussant toutes les familles juives à retirer leurs enfants du milieu scolaire public ou ils ne sont pas protégés des agressions racistes, et parfois même à déménager pour choisir des quartiers ou la domination numérique arabe est moins pesante

La présence de tags nazis(« Juden ») écrits en allemand et de croix gammées défigurant les portaits de Simone Weil, les inscriptions taxant Mbappé d' »enjuivé », la profanation du mémorial de Ilan Halimi ont donné une visibilité à ceux qui se contentaient jusqu’à présent d’inscriptions obscènes dans les WC publics.

C’est ce qui explique la réaction extrêmement ferme du gouvernement, la déclaration du premier ministre dénonçant le danger pour la France toute entière de cette résurgence de l’ignoble.

C’est la raison de l’appel à la manifestation de tout les partis politiques le mardi 19 février à la République.

Nous attendons les mesures concrètes qui devront suivre

Publicités

L’ANTISEMITISME ABJECT SE MELE AUX MANIFS DES GJ QUI NE LE DENONCENT PAS

février 12, 2019

Une odeur de fascisme rampant plane de plus en plus sur les cortèges ultra violents   qui envahissent les centre ville des métropoles et détruisent ou brulent tout ce qui leur tombe sous la main. La violence déchainée n’a même plus le prétexte de la colère. Au contraire Il y a  un plaisir de la destruction comme manifestation d’une force qui ne s’arrête devant rien, l’exacerbation d’une haine folle qui s’exprime encore plus dans les injures sans retenue des réseaux sociaux, dépassant tout ce qu’on a vu jusqu’à présent dans le monde politique français. . L’irruption de cette haine sans borne présageait une libération de la parole et l’entrée en jeu de l’antisémitisme comme fédérateur des haines. C’est chose faite. Les GJ, devant le vide de leurs revendications qui se bornent de plus en plus à exiger la soumission des institutions à leurs hurlements, refusant tout dialogue avec l’Etat et ne laissant aucune autre alternative que sa soumission , c’est à dire  la fin de la démocratie ét la dictature de la rue et de ses leaders qui surenchérissent sans cesse.

Le mouvement des GJ apparaît de plus en plus divisé en deux blocs, l’un qui reste accroché a des revendications de mieux vivre, et qui se mêle de moins en moins à l’autre et aux cortèges insurrectionnels de  plus en plus agressifs  et violents, dont on ne peut plus dire que ils  sont « débordés » par les casseurs.Ils sont eux mêmes les casseurs, qui ne se distinguent plus des GJ. Les GJ sont devenus une force d’appoint pour ces rassemblements d’ennemis de la République: : qui se reconnaissent entre eux à la surenchère de haine qu’ils expriment,:gauchistes en attente de révolution, anarchistes rêvant de remplacer l’Etat détesté par une communauté autogérée, blackblocs s’entraînant à casser du flic, préfigurant les troupes de choc de la guerre civile à laquelle ils se préparent,  fascistes  néos  ou archeo, rêvant d’une dictature pour laquelle ils aimeraient être recrutés, et enfin , ,les plus nauséabonds, les antisémites, champions de l’ignoble et ennemis mortels de la démocratie.

L’attaque de l’Assemblée nationale, que ils avaient déjà prise comme cible lors d’un acte précédent n’a plus rien à voir avec des revendications. C’est purement et simplement une tentative de putsch et une tentative d’abattre la République Si ils avaient réussi, on peut imaginer l’étendue de la catastrophe, l’humiliation de la République, chassée de sa maison par une poignée de voyous violents  Après l’attaque  et l’incendie d’un véhicule de l’opération Sentinelle,c’est l’Armée,défenseur de la population contre le terrorisme qui est visée, après les agressions, les menaces et les insultes visant les élus el l’incendie d’une maison du président de l’Assemblée Nationale.

Ceux la ne veulent surtout pas d’un dialogue avec le gouvernement: ils veulent juste le détruire et mettre à sa place le chaos pour imposer leur pouvoir à travers une guerre civile.Les revendications qu’ils mettent en avant sont juste des leurres pour garder la main sur la masse des gilets jaunes qui ne demandent que un peu de mieux -être et de considération.

Les antisémites ont bien senti combien ce terrain leur est favorable. ils arrivent à se rendre visibles avec  ce climat de violence et de haine , appuyé sur les fausses nouvelles et la vision complotiste d’un grand nombre de gilets jaunes. Leurs tags sont montrés jusqu’à plus soif par les médias friands de scandales.

Qu’attend le gouvernement pour mettre en prison ces factieux qui attaquent l’Assemblée Nationale, forcent les portes d’un ministère, jettent des cocktail molotov sur la police, et font régner la peur dans les centre ville.

Il faut  identifier,  les leaders les coincer sur leurs actes et leurs  appels, et les faire passer en jugement le plus rapidement possible .

Il est vrai que en proposant son grand débat aux Français, Macron a réussi à placer un coin entre la poignée d’extrémistes qui entraînent lesGJ et les autres, qui restent attentifs à la possibilité d’une issue raisonnable. C’est pourquoi il ne veut pas mettre de l’huile sur le feu, espérant séparer les chefs ultras de leurs troupes.

La République survivra t elle à cette période ou elle fait le dos rond et joue la montre contre toutes ces provocations?

le Labour infiltré par l’antisémitisme des islamogauchistes

septembre 13, 2018

La polémique  fait rage au parti Travailliste anglais entre gauchistes antisionistes et même antisémites et démocrates honteux de la liberté de parole accordée aux éléments antisémites qui se déploient sans vergogne dans les plis d’un parti officiellement « de gauche » , depuis l’accession aux commandes de Jeremy Corbyn. Celui ci fait partie de la frange la plus radicale des gauchistes qui l’ont élu et qu’il ne peut ni ne veut désavouer.Les membres du parti travailliste l’ont élu à un moment de révolte contre le blairisme, en partie en rapport avec  la guerre en Irak,et n’ont eu le choix que entre lui et un candidat inconnu et insignifiant.

Il tente de désamorcer la crise interne du parti, en faisant des concessions ( très limitées) sur un plan purement verbal.

Les faits recensés  par les observateurs de la communauté juive anglaise ne laissent pourtant la place à aucun doute: les démentis ambigus de Corbyn ne font qu’un très mince contrepoids aux manifestations antisémites indiscutables: la plus grave étant sa participation attestée par des photos à un dépôt de gerbe sur la tombe de terroristes de Septembre Noir ayant participé au massacre des israéliens de la délégation sportive israélienne aux Jeux Olympiques de Munich. Sa défense étant que il allait sur une autre tombe « bien plus importante » de « centaines d’enfants » massacrés à Gaza par les Israéliens. Quelle tombe? Quels enfants? On voit comment s’établit la balance pour lui.( surtout, il mélange deux éléments  situés à des dizaines d’années d’écart, il mélange les morts comptabilisés lors de la tentative de forcer la frontière israélienne , sans différences d’âge , par le hamas avec des  » enfants assassinés ». La pratique embrouillée de l’amalgame est déjà un indicatif de la mauvaise foi.

Mais ce n’est qu’une chose parmi une multitude d’autres, parmi lesquelles par exemple le refus de faire effacer une « fresque » murale au contenu explicitement antisémite, représentant des personnages au nez crochu en train de jouer au monopoly, le refus de considérer comme un acte antisémite le fait de déclarer que les juifs ont plus de fidélité envers Israel que envers leur nation.

Les déclarations antisémites de nombreux dirigeants travaillistes, y compris des bras droits de Corbyn, ayant entraîné même des démissions  du parti travailliste comme celle de l’ancien maire de Londres. montrent la profondeur et l’étendue du problème
La presse anglaise juive dénonce l’inquiétude qui se développe dans la population juive anglaise, jusque là fidèle soutien du parti travailliste, à l’idée que un individu comme Corbyn poirrait accéder au poste de chef du gouvernement. L’Angleterre, jusque-là  porte parole des libertés  dans le monde, pourrait revêtir le masque hideux de la haine antisémite, reprenant à son compte le discours calomnieux des partisans acharnés de la « cause » palestinienne. La haine gauchiste de Israel transpire dans les paroles comme dans les actes de Corbyn, marxiste non vacciné qui poursuit de sa vindicte les totems désignés par la doxa communiste. Simplement,  à part quelques passages à l’acte dans des prises de position où il s’est trahi, il a préféré laisser parler les autres, faire comme si il ne voyait rien, et c’est ce dans quoi de nombreux membres du parti veulent lui mettre le nez

Le parti travailliste traverse une crise sans pareille dans son histoire, et les déclarations banalisantes de  Corbyn n’apportent aucune garantie d’une volonté ferme d’éradiquer le poison qui s’est infiltré dans les rangs de son mouvement et que dénoncent de nombreux membres de son parti.

A terme, c’est  sa respectabilité qui est atteinte et donc sa qualification éventuelle au poste de premier ministre. L’Angleterre restera t elle fidèle à elle-même et à son image ou s’enfoncera t elle dans les marécages bourbeux du populisme à la recherche de boucs émissaires? A l’heure du Brexit, la porte est entrouverte pour une poussée des forces noires qui tentent d’enfourcher la vague de xénophobie qui se développe avec l’isolationnisme du pays.

L’image de rigueur qui faisait partie du halo entourant Corbyn se dissout peu à peu laissant apparaître l’image d’un idéologue vieilli et attaché à une vision du monde datant du siècle précédent qui n’a effectué aucune autocritique, n’a rien remis en question de son système de croyances et qui prête le flanc aux dérives haineuses suscitées par son système binaire de lecture du monde.

Comment on développe la sauvagerie chez un peuple qui est prêt à cela

septembre 3, 2017

Il y a quelques années, l’horreur nous saisissait en lisant le sort de soldats israéliens qui avaient été dépecés par des palestiniens, qui montraient fièrement leurs bras dégoulinants du sang de leurs victimes.,brandissant les organes ou les morceaux des soldats morts Difficile de dire qu’est-ce qui était le pire: la profanation par les palestiniens du corps de leurs ennemis, qui témoignait d’une haine folle, déniant le droit à une sépulture humaine à leurs ennemis, attaquant les morts comme si la mort n’était pas une vengeance suffisante, ou bien la fierté démente qu’ils tiraient de ces actes de barbarie.

c’était peut être ne pas voir comment ces actes n’étaient que le couronnement d’une éducation de la haine, poursuivie avec méthode depuis l’enfance, en s’appuyant sur les stéréotypes antisémites martelés par les professeurs, les voisins, les amis, en fait , une culture antisémite infusée dans la culture arabe depuis des siècles. dès la petite école, une éducation de la haine comme il y en a eu une dans l’éducation catholique  avec la qualification de « peuple déicide » à laquelle l’église n’a renoncé que tout récemment, après avoir profité durant des siècles de la possibilité de rançonner les communautés juives. La concurrence aigüe qui liait ces deux religions, et la volonté de contester leur filiation commune pour affirmer l’originalité totale du catholicisme a sous tendu la haine et le mépris développés par celui ci, joint au mépris de l’argent, et à la valorisation des valeurs guerrières de l’ordre féodal. Les pogromes perpétrés pendant les Croisades,au coeur de l’exaltation religieuse, entre autres lors de la prise de Jerusalem ont montré comment cette exaltation était propice à l’action meurtrière et à la libération des pulsions barbares. L’autorisation et même la bénédiction données par les autorités (religieuses,)  qui souvent étaient au premier rang des massacreurs montre comment l’exemple donné par les autorités est une cause fondamentale du déchaînement quand  celui ci se produit.

Mais ce qui est valable pour les autorités religieuses, parfois seul rempart contre la violence à peine réfrénée des masses incultes, est aussi  valable pour les autorités politiques qui font jouer la cascade des relais administratifs qui permettent le façonnage de l’opinion.

Un exemple tragique peut être fourni par le génocide des Tutsis par les Hutus  au Rwanda. Des années entières passées à remâcher la rancoeur des Hutus, d’abord dominés politiquement, puis après le renversement du pouvoir, faisant venir au pouvoir un mouvement extrémiste,  développant des thèses génocidaires. Les Hutus, plus petits et moins beaux physiquement que les Tutsis, cantonés à une agriculture misérable lorsque les Tutsis pratiquaient l’élevage des vaches, plus rémunérateur, et que sur le plan matrimonial, l’élégance de leur morphologie leur donnait un avantage incontestable sur le plan amoureux, tout cela a infusé et mature malgré la cohabitation anciennes  des deux ethnies et les nombreux mariages inter -ethniques;Les mêmes qui jouaient dans la même équipe de football se sont livrés à une extermination sans exception pour leur copain de classe, de sport,quant ce n’était pas pour le membre de leur famille.Les églises ou les Tutsis se réfugiaient ne leur ont procuré aucune protection et  n’ont fait que permettre aux Hutus de les massacrer par milliers d’un seul coup, sans avoir à les traquer individuellement.

Le prétexte à la campagne de massacre, la destruction en vol de l’avion du président Hutu n’a pratiquement pas joué. Il a simplement donné le signal de départ de la campagne de meurtre qui avait été soigneusement et habilement préparée par le parti au pouvoir Hutu.Les signes précurseurs étaient seulement des « plaisanteries » des Hutus sur le fait qu’on allait se débarrasser des Tutsis, plaisanteries que les Tutsis supportaient sans vraiment y attacher d’importance.

L’habileté des propagandistes de la mort a été de ne pas exiger de « normes » de meurtre pour les Hutus, de seulement exiger qu’ils participent à leur gré, aux massacres. Le reste s’est déroulé tout seul. Certains ont voulu parader avec leur chiffres de meurtres, d’autres en ont fait le moins possible,  mais tout le monde devait avoir tué compte tenu de la pression du groupe devant qui il ne fallait pas « se dégonfler ». A part la vengeance du groupe (il n’y avait pas, dans la plupart des groupe de liens personnels avec les victimes.

Par contre, le pillage était autorisé et c’était une des motivations principales:les meurtriers étaient fiers de leur butin (parfois des simples tôles pour renforcer leurs maisons et étaient soumis à la pression des femmes si ils n’en ramenaient pas assez . Ils encaissaient alors leurs reproches.
L’impression générale était celle d’une formidable curée, ou il était permis de tuer pour s’emparer des biens d’autrui, et ou il fallait supprimer tous ceux qui seraient susceptibles de se plaindre ou de se venger. Le plus frappant  dans cette orgie de meurtres, c’était l’absence totale de sentiment de culpabilité quand ils tuaient: les femmes (souvent après les avoir violées), les enfants, les  professeurs, sans manifester la moindre émotion. Le fait que les meurtres aient été effectués pour la plupart avec des machettes ajoute à l’horreur, les assassins tuant à bout portant et  souvent mutilant affreusement  leurs victimes avant de les achever, parfois lentement pour les punir de ne pas avoir livré leurs « trésors » comme dans le cas du « gang des barbares » enFrance , persuadés débilement que leur victime étant juive, elle devait avoir de l’argent caché
On voit ainsi l’enchaînement: constitution d’un ressentiment à l’égard d’un groupe ethnique, organisation d’une campagne de  propagande systématique de déshumanisation de cette ethnie,( qualifiée dans les émissions de propagande de « la radio des mille collines « de « cancrelats »,  encadrement de la population  par des milices armées soutenue par le gouvernement, promesse d’enrichissement par le vol généralisé de toutes les propriétés de ce groupe ethnique.

Là encore, l’impression dominante était qu’un vernis de civilisation avait fondu en quelques jours pour laisser la place à un comportement de bêtes sauvages, qui tuaient avec le plaisir d’avoir à leur merci une population entière, sans l’ombre d’un doute ou d’un questionnement. Des paysans misérables et incultes, mais parfois aussi des petits commerçants et même des membres de l’administration qui avaient ruminé leur haine et leur envie envers ceux qui avaient à peine plus qu’eux, se lâchaient et communiaient avant de se lancer dans des chasses à l’homme dans la forêt ou dans les marais, dans des orgies de viande pour utiliser les bêtes qui n’avaient plus personne pour les garder.

Certains penseront peut être qu’il s’agit de peuplades arriérées, vivant dans la jungle, et dont la civilisation était toute récente. Mais que penser alors du génocide des Arméniens par les Turcs ou ce sont les mêmes éléments qui ont été mis en jeu:stigmatisation d’une communauté par les représentants de l’Etat, accusation de trahison et de pacte avec l’ennemi, haine des chrétiens, volonté de réaliser une nation unifiée par l’élimination des personnes représentant une culture différente, et une fois le processus lancé, une entreprise de pillage généralisé de la communauté mise au ban de la société, avec la complicité de la police et des forces armées pour finir par des viols quasi systématiques et la  marche forcée dans le désert avec l’obligation d’abandonner tous ses biens, jusqu’à à l’épuisement total et la mort. Là encore , les vols ont été une puissante motivation  à la spoliation et au massacre sans scrupules des voisins.Tout cela conduit avec un cynisme total par les autorités politiques et les dénégations les plus éhontées face aux accusations de génocide. L’horreur, c’est que un siècle plus tard, la direction politique du pays continue de nier cette réalité énorme, ajoutant le mensonge  à l’affirmation de leur tranquille bonne conscience face aux descendants des victimes et criminalisant ceux qui veulent clamer la vérité.

Le dictateur Erdogan, lancé dans des purges effrayantes et ayant choisi les Kurdes comme boucs émissaires ,continue dans l’ignoble en profitant  du vent favorable au regain de l’islamisme et développe peu à peu la haine de l’Occident dans son pays Il démontre, cent ans après, que les mêmes méthodes de gouvernement fonctionnent dans un pays incapable de se regarder en face.

Ainsi, on voit que les mêmes facteurs produisent les mêmes ravages civilisationnels: quand les autorités politiques ou religieuses prennent le parti de développer la haine contre une communauté, si il n’y a pas d’autorité contraire,  les masses se sentent validées dans leurs espoirs de progression sociale ou d’enrichissement par le pillage et si l’appareil d’état , aidé le cas échéant par des troupes militantes ou des milices, constitue le détonateur d’un processus qui peut aller jusqu’au massacre de la communauté visée.
L’exemple du nazisme a été le plus flagrant, l’Etat donnant l’exemple progressivement croissant des exactions concrètes et des discriminations juridiques, les violences  étant conduites par l’appareil d’état marchant la main dans la main avec les milices privées.

Là, c’est l’Etat qui a développé une idéologie isolant les quelques consciences qui résistaient et proclamant la validité de la sauvagerie pour elle-même, dans une inversion complète des valeurs dont il donnait l’exemple.

Les dictateurs existent toujours, prêts à déchaîner les forces de la sauvagerie si cela peut les aider à s’emparer du pouvoir ou à s’y maintenir.De Kim Il  Jong à Erdogan, le contrôle des médias peut donner les moyens de façonner l’opinion publique à un dictateur cumulant ce moyen de contrôle avec la possession de l’appareil répressif d’Etat (police, justice, armée), c’est à dire les « services de force ». Que les démocraties sont fragiles!

La disparition de Joseph Mengele, un livre de Olivier Guez, chez Grasset

août 28, 2017

Le roman de la traque de Joseph Mengele, »médecin d’Auschwitz »,  est un livre basé sur les faits réels sur lesquels l’auteur a enquêté et qu’il a complété par la reconstruction du caractère et des pensées de ce criminel de masse, emblème de la férocité autant que de la bassesse des nazis.

Le suspense est magistralement soutenu jusqu’à la fin, et réalise comment une vengeance s’est réalisée  dans la transformation en enfer minable de la fin de la  vie de ce criminel, contraint de se cacher et de s’enfuir perpétuellement, gouverné par une seule terreur: celle d’être reconnu par un survivant d’Auschwitz et d »être abattu par un commando de « vengeurs » ou capturé par le Mossad, comme son alter ego  Eichmann, etemmené en Israel pour y finir pendu.

La trouille, il n’y a pas d’autre mot , a envahi toute l’existence et les pensées de cet ancien bourreau qui a régné sur la vie et la mort de centaines de milliers de juifs passés par le camp de la mort. L’une des surprises  produites par ce roman, c’est de découvrir l’absence totale de remord, et au contraire la variété des discours de justification qu’il peut produire.  Comme le dit l’auteur, il y’a eu une rencontre entre l’ambition énorme , une absence de scrupules totale,  et une idéologie venimeuse qui lui a fourni un alibi total  pour son projet de notoriété dans le domaine scientifique pour laquelle il n’avait pas l’ombre d’une qualification. Les expériences démentes auxquelles il s’est livré à travers des crimes atroces montrent le niveau de nullité scientifique et de bêtise criminelle auquel il se trouvait. IL voulait être un savant reconnu et n’est arrivé qu’à être un monstre stupide, encouragé certes par les autres idiots qui l’entouraient et étaient promus aux plus hauts postes scientifiques et universitaires par le triomphe d’une idéologie qui faisait la synthèse de toutes les idées fausses et malsaines de l’époque (eugénisme,  sociologie darwinienne,  etc. )Les maîtres du régime étaient eux mêmes à la recherche d’une validation scientifique de leurs propres divagations, et prêts à flatter n’ importe quel gourou qui défendrait leurs fumeuses et criminelles idées.

Ce qui est intéressant dans ce livre , c’est la façon dont Mengele s’autopersuade de l’importance de sa  « mission » ( =prouver les théories insanes racistes du nazisme) et dont il peut parer les actes les plus ignobles de qualificatifs nobles en rapport avec une tâche scientifique.. Le point de départ paraît clairement le désir narcissique du personnage qui a adopté sans réserve  une théorie qui le qualifie de « soldat » alors qu’il n’est  que du niveau d’un laborantin qui développe des élucubrations et qu’en fait de soldat, c’est un lâche trouillard qui transpire  sang et eau à la pensée d’une vengeance de ses victimes.

La minimisation de ses crimes quand il est sommé de répondre aux questions de son fils qui voudrait l’entendre exprimer des regrets, n’est qu’un camouflage. La théorie nazie a bien rempli son rôle de déshumanisation complète des Juifs pour lesAllemands, aux yeux de qui il ne sont que des insectes à écraser .La correspondance est parfaite entre l’homme pour qui  seul son intérêt compte et donc pour qui l’autre n’existe pas et une théorie qui défend les droits du plus fort et stigmatise la pitié comme une faiblesse indigne.

C’est de l’écart entre ce désir d’être admiré et les capacités réduites du personnage que naît le projet démentiel qui efface toute notion d’humanité, ne laissant que l’orgueil sans bornes qui nécessite de fermer sa conscience à toute pensée qui le contredit ou le réduit.
On arrive là aux frontières de la paranoïa, avec ses caractéristiques: surévaluation  de soi, susceptibilité, agressivité, fausseté du raisonnement.

Un autre intérêt du livre est sa description de la colonie nazie dans plusieurs pays d’Amérique Latine , en particulier l’Argentine ou il décrit impitoyablement le rôle de Peron et sa sympathie active pour les nazis, son rêve jusqu’à la défaite de 1945 d’une alliance avec l’Allemagne nazie contre les Etats Unis. Les réseaux nazis, riches et puissants en influence, organisent la défense des nazis ayant fui l’Europe, et tissent un réseau efficace de complicités qui freinent ou sabotent les recherches lancées contre les « pointures » nazies. Ensuite ce sera la lutte contre les guérillas et les partis de gauche, menées par les dictatures militaires, qui recrutera ses auxiliaires dans ces réseaux nazis. Puis, petit à petit, les nazis vieilliront,  constateront que le monde et l’Allemagne change, et leur espoir d’un « 4ème Reich  » s’effacera, ils mourront les uns après les autres, les dictatures disparaîtront et la solidarité nazie s’estompera.

Restera la description de la fuite de Mengele, toujours plus isolé, mais en partie par sa faute à cause du mépris qu’il témoigne à presque tous, qui ne sont pourtant pas pires que lui. IL finit auto enfermé dans une ferme perdue dans la forêt, puis, chassé par ses hôtes qui ne l’ont accepté que à cause de l’argent donné par sa famille et ne le supportent plus, vieillard cacochyme, au corps déglingué par la panique, à la limite de la démence, sans avoir pu établir de lien avec son fils qui ne l’a presque jamais vu. Un cancrelat, qui n’a jamais pu prendre le moindre recul par rapport à ses rêves de toute puissance que le régime nazi  a flatté à une certaine époque avant que sa médiocrité n’occupe le devant de la scène.

GB

 

« Vaincre le totalitarisme islamique », un livre de François Fillon

novembre 30, 2016

Dernier livre de François Fillon, sorti au mois d’octobre 2016, c’est à dire  juste avant le début de la campagne électorale des  primaires, et donc témoin de l’importance à ses yeux du problème et aussi avant la percée fulgurante de celui-ci, le choix de ce mot indique la conception de Fillon devant le phénomène du terrorisme islamique, c’est à dire  sa qualification comme un mouvement idéologique  Ni comme un phénomène de déséquilibre individuel, ni comme un phénomène uniquement local, mais comme un phénomène idéologique, lié à l’histoire de l’Islam, et porteur d’un danger aussi grand que l’hitlérisme l’a été à l’époque de la deuxième guerre mondiale.

« La France que nous aimons est aujourd’hui menacée.Pas seulement dan son intégrité. Elle est menacée dans son mode de vie,dans sa liberté d’expression, dans ce qui constitue le coeur de sa civilisation, et bien sûr les ressorts de son histoire.

« Et c’est précisément en mémoire des victimes,déjà trop nombreuses, tombées au champ d’horreur de ce totalitarisme primitif et en soutien à celles et ceux qui ont survécu et à leurs proches que nous ne pouvons nous ranger à l’idée que le fatalisme  est la seule et unique réponse au fanatisme..

Combien de morts, combien d’assassinats ignobles faudra t il encore que nous subissions avant de comprendre que il ne s’agit plus de terrorisme, mais que nous sommes en guerre et que la guerre ne se fait pas à moitié,qu’elle n’est pas un jeu de rôle ni une scène pour cabotiner?Nous sommes en guerre contre un adversaire qui ne connaît ni faiblesse ni trêve. Il ne nous oubliera pas, tout simplement parce qu’il s’est engagé- ce qui peut nous sembler délirant mais qui est- dans un conflit total au son des trompettes de l’Apocalypse, persuadé qu’il est de vivre la bataille de la fin des temps.. SI certains ne savent pas ce qu’est l’identité française, nos assassins, eux, le savent:la liberté d’opinion,l’égalité des sexes, la fraternité entre tous,le droit de croire ou de ne pas croire,le droit de rire,de s’aimer, de voter.. »…

….Encore après l’attentat de Nice n’a t on pas évoqué un individu fraîchement radicalisé comme si l’on était avide de conclure qu’il s’agissait non pas d’un islamiste, mais d’un malade mental sous prétexte qu’il n’avait pas l’érudition nécessaire? En procédant ainsi, on a délibérément minimisé la menace, on a désarmé psychologiquement,idéologiquement, intellectuellement les Français afin de leur faire oublier que ces agressions islamistes étaient voulues, pensées, organisées…Non, il ne s’agissait pas d’actes isolés. Oui, il y avait une volonté, une idéologie, des objectifs et la création d’une nouvelle Internationale du totalitarisme »

pendant ce temps les clercs continuaient à clamer que « l’important était de  ne pas créer d’amalgame » pendant que ce développait le plus pervers amalgame celui qui faisait de toute critique de l’islam un acte « d’islamophobie »

Le totalitarisme islamique, voilà l’ennemi.

« Depuis l’irruption sur la scène internationale,j’ai souvent évoqué la seconde guerre mondiale.Cette référence peut paraître à certains excessive,et cependant, nous nous trouvons devant un adversaire qui mène contre nous une lutte totale et qui n’a pas en tête nôtre asservissement, mais notre anéantissement. »

« Qu’on en juge: sur les six premiers mois de 2016 cinq cent cinquante attentats ont été recensés soit plus de 4000 mort soit 3 attentats par jour. que faut il de plus pour considérer que nous devons lutter contre une menace globale et non régionale et encore moins locale? Alors oui, nous sommes bien en présence d’un conflit mondial par le nombre des pays concernés et l’ampleur des coups portés.Oui, on tue en France, et à 5 heures d’avion de Paris, on viole, on torture, on vend des femmes sur les marchés, on détruit des églises, on dynamite des mausolées séculaires. Oui cette guerre a déjà fait des milliers de morts et contraint des millions de personnes à prendre le chemin de l’exode parce que elles étaient jugées étrangères dans leur propre pays.Oui , cette guerre est un conflit asymétrique  parce que l’adversaire vise moins nos forces armées que notre population civile. Il est difficile de nier que nous sommes tous confrontés à une tendance lourde de l’Histoire?qui est celle de la montée d’un islamisme rigoriste, peu importe qu’on l’appelle islamisme,salafisme ou fondamentalisme, qui est à l’oeuvre partout dans le monde , à commencer par le monde musulman; il s’agit d’un totalitarisme né de la conjonction de l’interprétation littérale du Coran, de la soumission du politique au religieux et de la promotion d’un islam conquérant.. Le djihadisme contemporain est le produit idéologique, cultuel et culturel de cette tendance lourde et non un sous produit, comme on veut parfois l’accréditer, de cette  « crise métaphysique de l’Occident » ou « la faillite de l’individualisme contemporain , et autres calembredaines. »

« Mon intime conviction est que l’on peut et que l(on doit parler de totalitarisme islamique. Tout d’abord parce que islamisme et totalitarisme propagent le culte d’une violence meurtrière qui exalte la mort et la destruction. »Viva la muerte  » criaient les franquistes. Ensuite par ce que l’une et l’autre ont développé une révolution conservatrice, c’est à dire une haine de la modernité servie par l’instrumentalisation des techniques de propagande les plus modernes( comme les Nazis,NDLR). Aussi parce que les uns et les autres cultivent l’antisémitisme. Ajoutons encore qu’ils partagent le même culte du chef

, même si la société qu’ils instaurent n’est pas assise sur une organisation pyramidale, mais construite sur une organisation horizontale ou règne le contrôle de tous sur tous ce qui est le propre des régimes totalitaires. »

Reconquérir les territoires perdus de la République.

 » C’est la règle des règles et générale loi des lois, que chacun observe celle du lieu ou il est » ( citation de Montaigne par François Fillon.)

Se référant au livre dirigé par Georges Bensoussan sur les territoires perdus de la République, F.Fillon évoque les exemples fournis dans ce livre des insultes, des menaces physiques, des discriminations quotidiennes, bref l’enfer vécu par des élèves agressées parce que juives. C’est ce que Pierre André Taguieff avait désigné sous le terme de  » nouvelle judéophobie: l’émergence a côté du  vieil antisémitisme d’extrême droite d’une haine anti juive enracinée et virulente née  des monstrueuses épousailles entre l’islamisme et l’antisionisme d’extrême gauche.

« Après 2004, il devient plus clair que cette violence scolaire perpétrée par des caïds ivres de leur toute puissance, cette propagande islamiste qui n’intervient plus seulement en histoire, mais aussi en biologie et ce développement des théories du complot ne sont en rien des phénomènes épisodiques. Pire, cette bouillie idéologique est ingurgitée avec gourmandise par des élèves qui donnent parfois l’impression d’attendre cette becquée si peu ragoutante. Des fiches de présentation des élèves, communiquées par une enseignante révèlent un antisémitisme totalement décomplexé, cyniquement bien dans sa peau, dans une atmosphère bienveillante. Il est devenu normal de dire sa détestation des juifs et d’accueillir les réactions des profs comme le signe d’allégeance ou d’appartenance au groupe haï. »…

« Beaucoup de Français se sont émus à juste titre de réactions dans les classes après les crimes de 2012 commis par Mohamed Merah ou après les attentats de janvier2015 Ces minutes de silence  non respectées, ces railleries, ces hommages bafoués, cette éruption de haine comme si l’école était un réseau social au même titre que Twitter, cette même toile empoisonnée dans laquelle le totalitarisme islamique veut nous engluer. Combien de ces jeunes nourrissent les messages insensés racistes, sexistes, antisémites, homophobes qui pullulent sur les réseaux dits sociaux? Il faut entendre ces appels à la barbarie de ces Français musulmans ou convertis à l’Islam pour mesurer l’ampleur du  défi qui est face à nous »

. Ce totalitarisme exerce une pression sur toutes les sociétés où il peut s’implanter et se développer pour imposer les principes et le mode de vie que sous tend son fondamentalisme: revendications communautaires, affirmation du rôle central de la religion et développement du voile un peu partout.

La laïcité, rien que la laïcité, mais toute la laïcité.

« Arrêtons de faire semblant. Non, il n’y a pas de problème religieux en France.Oui il y a un problème lié à l’islam. Dire les choses ,c’est reconnaître qu’il y a un communautarisme islamique qui n’a pas sa place sur la terre de France, qui est incompatible avec notre histoire, nos valeurs, ce que nous sommes au plus profond de nous mêmes. Le temps des hypocrisies, le temps des fausses pensées pseudo- intellectuelles, le temps de  la relativité des cultures, le temps de ceux qui se sont toujours  trompé  dans l’histoire, mais qui continuent de donner des leçons, ce temps là est révolu. Pour éviter que l’ Etat Islamique arrive à recruter des Français en perte de repères dans ses filets, nous devons nous montrer intransigeants avec les discours de haine dénigrant les valeurs de la République dans les mosquées ou sur les réseaux sociaux et nous ne devons pas nous résigner à l’existence de zones de non droit ou plus exactement ou s’applique un autre droit sur notre territoire ».

Des députés arabes israeliens apportent leur soutien a des parents de terroristes abattus

février 9, 2016

les Israéliens ont été les spectateurs stupéfaits de cette scène surréaliste: des députés d’un des partis arabes israéliens ont été s’entretenir avec des parents de terroristes abattus après avoir eux mêmes tué des israéliens.Ils leur ont apporté un « soutien moral » dans leur deuil et ont écouté les discours qui vantaient le « courage » de ces héros, comme les appellent les nationalistes et les islamistes qui n’hésitent pas  à multiplier les exemples de cette « novlangue » dans laquelle les assassins d’enfants, de femmes et de badauds sont qualifiés  de « glorieux » et d’exemples pour toute la population.

Le détournement de la langue, et l’emploi de la répétition comme méthode de conditionnement et d’imposition du mensonge est une vieille méthode de conquête des esprits, utilisée à profusion autant par les nazis que par les communistes. Il s’agit d’obtenir, par la répétition une association automatique entre des termes (sioniste et assassins par exemple) qui fait que même si ils s’en défendent, des gens ordinaires,doivent lutter contre une idée subconsciente qui tend à s’imposer à eux et à greffer sur leur pensée les catégories de pensée des propagandistes. Comme le disait Goebbels: »Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ». La victoire sur le plan du langage est stratégique: celui qui contrôle les mots contrôle la pensée.

Toujours est il que la situation est impossible pour Israël qui doit vivre avec en son sein une  partie de sa population qui le déteste, qui soutient en partie les attentats meurtriers qui se multiplient, et qui rêve de détruire ce pays pour en fabriquer un autre à la place . Elle montre comment est difficile la situation d’états partagés par des oppositions de culture et des haines irréductibles, ou il n’y a pas  d’espace de cohabitation pacifique et ou le conflit ne se règle que par l’imposition des valeurs de la majorité.

Que dirions nous en France si des députés venaient apporter leur soutien aux familles des tueurs du 13 Novembre qui ont impitoyablement massacré 130 personnes prises au hasard avant de se faire sauter ou de se faire abattre par la police. Et cela au nom d’une idéologie religieuse qu’ils promettent d’imposer à la population et d’une volonté d’hégémonie sur toute la planète dont ils se vantent ouvertement. Ces délires mégalomaniaques ont déjà fait la preuve de leur folie et de l’adhésion massive des peuples quand ceux ci sont soumis à la fois à la terreur et à la propagande

Pourtant, en Israel, les appels au meurtre se multiplient dans les médias sociaux, les conseils pour utiliser des véhicules comme moyens de tuer des civils dans la rue, le rappel de l’utilisation possible des couteaux comme moyen de tuer. Tuer, tuer, cela devient le mot d’ordre général. Tout juif est une cible bonne à tuer, et la récompense est autant  dans le futur( un droit d’accès privilégié au paradis et  à ses légions de femmes soumises aux désirs de ces valeureux « combattants ») que dans le présent ( l' »honneur » de ces exploits rejaillit sur toute la famille qui bénéficie d’aides matérielles et du respect de toute la communauté arabe.)

Insensiblement, l’inversion des valeurs se développe: ce qui est bien, c’est de tuer le plus de juifs possible, et ce qui est adroit, c’est d’échapper au châtiment qui menace les assassins s’ils se font attraper. La folie de cette démarche suicidaire ou des individus, souvent jeunes, se suicident- peut être juste par impatience de gagner le paradis- et font la preuve de leur propre désintérêt pour leur existence, comme de leur indifférence totale à l’existence d’autrui. Ces bataillons de robots suicido-tueurs font peur par leur inhumanité si rapidement constituée, par leur adhésion sans recul à une idéologie aberrante ou il n’est question que de terreur et de passé idiotement plaqué sur un présent qu’ils refusent. Nager dans le sang de leurs victimes leur procure une ivresse tellement ignoble que l’on ne peut qu’être saisi  par leur transformation en bourreaux volontaires et fiers de leur travail. Malgré la satisfaction  que procure la brièveté de la période de leur nocivité, l’angoisse persiste devant la  malléabilité de l’espèce humaine et les boulevards qui s’ouvrent à la perversité. Des centaines de millions d’hommes ont été convaincus par les mensonges énormes du communisme et l’utopie radicale de son idéologie qui a conduit à des dizaines de millions de morts, et à peine nous relevons nous de cette folie que une autre folie se développe, entraînant ce qui est maintenant des masses de jeunes à s’enrôler sous la bannière noire de l’EI pour ce qu’ils croient être la conquête du monde. Et tous  les dictateurs cyniques se réjouissent de l’occasion qui leur est donnée d’utiliser ces pions pour affaiblir ceux qui résistent à leurs projets: Poutine, Erdogan, les Saoudiens, se lèchent les babines devant le champ de manoeuvres qui s’offre à leurs troupes.

Le monde arabe est tout entier traversé par cette vague de haine, et de libération de la volonté de tuer l’autre. Des millions de despérados  ne voient pas d’avenir meilleur que de tuer quelques juifs, et de se faire euthanasier par les balles de la police,. Face à cela, les Israéliens ne peuvent que compter sur leurs propres forces et sur la force des valeurs morales qui subsistent encore dans ce désastre général. Malheureusement, ce ne sont pas les élites intellectuelles actuelles sur lesquelles ils pourront s’appuyer, étant donné la fascination de ces élites  pour toutes les idéologies utopistes et leur fuite devant les réalités du monde,ce  dont notre gouvernement est un bon exemple. Au contraire, ce que l’on perçoit de plus en plus, c’est le rôle décisif de ces grands ensembles de pensée, les idéologies qui guident les actes des hommes, et la place déterminante qu’occupe dans leur diffusion et leur expansion la classe intellectuelle et son ambition d’influencer et de diriger les masses qui peu à peu sont gagnées par le virus.

Alors, si cette situation se produisait en France, la déchéance de nationalité serait elle envisagée, face  à une guerre qui est menée par tous les moyens contre leur propre pays, en même temps que pour des raisons tactiques, ces députés arabes israéliens nient leur déloyauté à l’égard de leurs concitoyens et de leur Etat, et prétendent ne faire que défendre leur communauté.