Archive for the ‘nucléaire iranien’ category

LA DEFAITE DE L’ETAT ISLAMIQUE PRECEDE DES MENACES ENCORE PLUS GRAVES SUR ISRAEL

juillet 10, 2017

A l’heure actuelle, où les derniers combattants de l’Etat Islamique à Mossoul en sont à essayer de vendre leur peau le plus chèrement possible en attendant l’écrasement final  dans leur capitale Rakka, la nouvelle physionomie de la situation stratégique dans la région se dessine de plus en plus clairement et elle n’est pas réjouissante.

Les deux caractéristiques fondamentales de cette  situation sont le recul net de l’influence américaine, en particulier depuis le renoncement des Etats Unis à faire respecter la  ligne rouge que Obama avait lui même fixée: celle de l’utilisation d’armes chimiques par un camp, et le gain massif de pouvoir régional  de l’Iran, en particulier par le biais de la milice du Hezbollah, qui a montré qu’elle est totalement aux ordres de Téhéran.

Cette dérobade américaine a été immédiatement décryptée comme un signe de manque de détermination et a ouvert un boulevard à la Russie qui a profité de cette faille dans la volonté américaine pour  déclencher une intervention massive qui a fait d’elle l’élément déterminant dans la situation militaire et politique.

La Russie a pu réinstaller ses forces aériennes dans la région, bombarder les troupes rebelles à Assad soutenues par les Américains, constituer un front commun sous prétexte de la lutte contre Daech avec le Hezbollah et l’Iran, massacrer les populations civiles révoltées contre la dictature bestiale de Assad. Elle menace maintenant d’abattre tout avion ou drone américain qui survolera la Syrie, qu’elle a doté de moyens antiaériens les plus perfectionnés au monde. Les Russes sont apparus comme d’une détermination totale et d’une absence de préoccupation morale laquelle nous étions habitués depuis longtemps.

Ils jouent maintenant avec les cartes que les Américains leur ont donné eux mêmes: la politique de Trump est illisible, sa riposte à la nouvelle utilisation des gaz par les troupes de l’Etat Syrien d’envoyer quelques fusées a surpris dans un premier temps, puis a fait rigoler tout le monde devant l’inefficacité évidente de cette réponse, réduite à une simple gesticulation. L’apparence psychopathique et incohérente de la politique américaine: des rodomontades avec la Chine et même la Corée du Nord, les vélléités  isolationnistes et le discours populiste, narcissique et grossier du président américain déconsidèrent sa politique. Alliés avec les Russes contre Daech, ennemis avec eux dans la lutte pour dominer le proche Orient d’où les Russes cherchent à expulser les Américains, ennemis des Iraniens avec qui pourtant ils tentent d’établir un nouveau partage d’influence dans la région. Face à cette politique devant laquelle les Américains eux mêmes sont divisés, les Russes avancent implacablement leurs pions, comme ils ont su le faire en Ukraine et en Géorgie. Poutine installe chez lui son pouvoir méprisant pour la démocratie, terrorise ses opposants, ment avec un cynisme d’ancien officier du KGB, et satisfait les Russes qui rêvent de redevenir une puissance à égalité avec les Américains, et qui n’ont pas, en grand nombre, rompu avec leur idéologie anti occidentale.

De leur côté, les Iraniens, jouant avec une habileté consommée , ont réussi un deal très gagnant pour eux: le renoncement aux sanctions économiques prises contre eux en échange d’une suspension de la fabrication immédiate de leur bombe, mais cela veut dire s’arrêter quelques mois avant la réalisation de la dernière étape, en progressant sur tous les autres plans.

Ils savent donc que dans 10 ans ils auront progressé sur tous les plans préalables à la construction de la bombe et ils pourront donc équilibrer la puissance atomique d’Israël. La puissance démographique de l’Iran, ajoutée à l’étendue de leur pays leur donnera alors une marge d’avantage très grande sur Israël.
En attendant, ils construisent une situation de supériorité théorique sur l’armée d’Israël. D’abord en essayant de constituer un arc chiite continu de Téhéran à Beyrouth en contrôlant dans le sud de la Syrie le carrefour qui permettra cette jonction; cela leur permettrait de fournir une aide matérielle continue aux combattants du Hezbollah ou à leurs troupes de pasdarans si ils sont au front face aux Israéliens (fusées, matériels de pointe que Israel s’efforce continuellement d’empêcher par ses bombardements de convois amenant ces armes de pointe.)

Cela permettrait aux troupes iraniennes d’arriver à la frontière israélienne. Ces troupes constituent depuis des années une force d’intervention extérieure puissante  formée en unités spécialisées de l’armée des défenseurs du régime iranien, les pasdarans, qui encadrent depuis longtemps directement la milice du hezbollah.

Le Hezbollah lui même qui a perdu plusieurs milliers d’hommes dans la guerre contre les djihadistes, a acquis dans cette guerre une expérience militaire et une qualification qui l’ont fait monter du statut de milice à celui d’armée digne de ce nom, et n’est plus une force à négliger.

Parallèlement, les iraniens ont fourni au moins 100000 fusées au Hezbollah, dont un certain nombre de longue portée ce qui constitue une menace très grave de débordement des moyens antifusées des Israéliens. Ils les ont aidés à construire des bunkers à 50 m de profondeur qui ne peuvent être détruits par les bombardements. Ils les ont aidés à construire leurs propres ateliers de constructions d’armes sur place, pour leur éviter les transports ou ils sont vulnérables.

Parallèlement, la Turquie d’Erdogan est en train de virer à l’Islamisme et prépare un renversement d’alliance qui la met dans le camp des alliés de la Russie, tout en maintenant formellement une alliance de plus en plus hostile avec le camp occidental qui critique la politique dictatoriale et répressive de son président. Elle alterne les signes de collaboration avec les campagnes antiisraéliennes d’Etat dignes  des poubelles islamistes.

Enfin les armées arabes se reconstituent (Irak, Syrie,l’armée libanaise plus ou moins contrôlée par le Hezbollah qui agit en maître au Liban). A l’arrière plan, la Russie joue cyniquement toutes les cartes  qui conduisent à un retrait de l’influence américaine, faisant de la Syrie de Assad son obligé, fournissant des matériels ultra modernes a ses amis, combattant à visage masqué derrière les dictatures locales (les américains en faisant à peu près autant avec l’Arabie Saoudite).

La prochaine guerre, qui est inéluctable et qui se prépare dès maintenant sera terrible.

Erdogan, le dictateur qui rêvait de vaincre l’Occident cinq cents ans après la prise de Constantinople

juin 1, 2016

Quel est le dictateur le plus mégalomane de la génération actuelle? Le coréen du Nord:Kim Jong Un?l’ayatollah iranien Khamenei?Le Turc Erdogan?

le plus délirant dans l’excès du culte de la personnalité est évidemment l’inénarrable coréen, auteur de 1500 ouvrages en 3 ans d’étude, capable de piloter un avion et un char sans avoir jamais pris aucune leçon, « inventeur du hamburger »,qui construit son système sur le chantage à l’arme atomique, et qui est arrivé grâce à la menace de la bombe nucléaire et  bientôt thermonucléaire, accompagnée du développement des vecteurs permettant(bientôt) de la délivrer a des milliers de km,à inquiéter ses voisins(Corée du Sud, Japon,) à défaut des USA.

Cependant, les USA, ne peuvent écraser sans risque nucléaire  ce guignol paléo communiste protégé par la Chine « néo-communiste » malgré son agacement devant les provocations continues de celui-ci.De plus, l’apparente folie du régime nord-coréen donne une redoutable vraisemblance à ses menaces de déclencher l’apocalypse nucléaire dont il serait les première victime. Les  USA n’ont pas oublié les informations qui sont sorties officiellement du compte rendu d’un congrès du PC cubain dans lesquelles on apprenait que Castro avait demandé aux Russes de lui donner les clefs  de lancement des missiles atomiques entreposés par eux à Cuba:Il disait que il savait très bien que quand il s’en servirait , l’île serait vitrifiée, mais que les cubains n’avaient pas peur et que ils montreraient au monde que ils avaient des « cojones »(sic). Quand un dictateur d’un minuscule pays s’embarque dans l’idée que il « en « a  plus que un des deux pays maîtres du monde, on arrive dans une zone de folie furieuse ou seule la conscience de ses responsabilités et le souci d’épargner l’horreur nucléaire à ses concitoyens a fait contrepoids du côté de l’URSS à la mégalomanie narcissique du dictateur cubain et lui a fait garder le contrôle des fusées, avant de les retirer définitivement.

L’ayatollah Khamenei poursuit aussi un rêve, celui de prendre la tête du combat anti impérialiste dans les pays arabes. Il s’agit pour cela de reprendre le drapeau de la lutte aux Saoudiens, aux Egyptiens et aux Turcs, tous prétendants au leadership du monde musulman pour lequel chacun a ses atouts et ses points faibles. Les atouts de l’Iran,avec ses 80 millions d’habitants, sont la richesse de sa culture,l’endurcissement de son armée qui a résisté à l’assaut donne pendant 8ans par les troupes de Sadam Hussein,une part non négligeable de la manne pétrolière qui lui a permis d’avancer dans ses recherches atomiques et balistiques. Ses deux principaux atouts sont le développement d’une utilisation de l’atome civil qui permette de former des savants atomistes compétents, prêts pour le moment où l’accord sur un moratoire sur le nucléaire potentiellement militaire sera arrivé à échéance;qu’est ce que 10 ans d’attente si pendant ce temps le pays se renforce économiquement et scientifiquement. Qui pourra à ce moment l’empêcher de passer d’un coup à l’étape suivante, celle de la possession de la bombe et des vecteurs pour la transporter.L’exemple de la Corée du Nord est bien là pour montrer l’impuissance des grandes puissances devant le chantage des états voyous.

le deuxième atout de l’Iran est son utilisation en sous main des mouvements terroristes d’obédience chiite pour déstabiliser les états partagés entre les deux obédiences, chiite et sunnite:au Liban et en Irak d’abord, puis en Syrie et au Yemen. L’Iran apparaît ainsi comme un état tirant cyniquement les ficelles de tueurs souvent prêts à rendre service aux donneurs d’ordre, pour peu qu’on les aide sur le plan matériel et logistique.La « révolution islamique » avec sa terreur théocratique,appuyée sur des milices cruelles, et un cortège d’éxécutionsd’opposants et de tortures  a perdu tout prestige auprès de la population et ne se maintient plus que par la force et la terreur.le rêve de khamenei est donc reporté à dans quelques années, à la construction d’une bombe qui ferait de ‘Iran la superpuissance régionale,ou bien à l’effondrement de l’Arabie Saoudite,le concurrent directpar suite d’une révolution interne de ce régime archaïque. ce rêve n’est pas fou, c’est une éventualité qui peut se réaliser, avec beaucoup de chance et une série d’éléments favorables. Ce n’est que l’expression de l’ambition de puissance d’une puissance moyenne rêvant de son passé glorieux.

La mégalomanie de Erdogan est plus pernicieuse car elle se manifeste avant tout par l’hypocrisie . Cet homme qui dirige un mouvement islamiste qui n’a eu de cesse, par petites touches de réislamiser la société turque,et de démantibuler l’appareil coutumier et législatif laïque que Mustapha Kemal avait laissé en héritage, en s’attaquant en particulier à l’armée qui en était le pilier.Il a toujours contesté le travail de sape pro religieux qu’il menait (port du voile par sa femme et à l’université,etc…) il a prétendu vouloir rejoindre l’Europe,mais sans jamais faire un pas autre que formel vers la satisfaction des demandes de garanties démocratiques(procèscontre les journalistes, menace  au contraire de lever l’immunité diplomatique des députés de l’opposition)jamais il n’a montré la moindre hésitation dans le négationnisme du génocide du peuple arménien(comme un allemand qui nierait toute réalité au génocide des juifs par les Allemands pendant la guerre). Cette volonté constante de rebâtir le nationalisme turc en s’appuyant sur le ressentiment anti occidental des masses musulmanes, tout en faisant semblant d’être demandeur d’une intégration  dans l’Europe démocratique et riche alors que sa volonté est de profiter du marché européen et de ne rien céder sur l’essentiel, c’est a dire la démocratisation fondamentale de la société. Comme beaucoup de sociétés dictatoriales, il peut admettre le droit de vote, a condition, comme il l’a fait de mettre en prison les journalistes de l’opposition, de traduire en justice des milliers d’opposants, d’instaurer un délit d’offense à sa personne qui permet de poursuivre ceux qui le critiquent;il peut raser des quartiers entiers pour réaliser ses projets pharaoniques architecturaux, lancer l’armée à l’assaut des quartiers kurdes et la faire tirer au canon sur ces mal pensants qui osent le défier. après le génocide des  Arméniens il y a un siècle, génocide nié en regardant les gens dans les yeux, existe t il une barrière morale qui l’empêchera de marcher sur le meurtre d’un peuple pour assouvir sa soif de pouvoir?Dictateur brutal et meurtrier, profitant de sa position stratégique sur les détroits qui garde l’entrée en Méditerrnée de la flotte russe, sachant que les Américains et les Européens voudront, pour ces raisons stratégiques ne pas se brouiller avec lui,il fait semblant de rester allié avec l’Occident,tout en maniant le chaud et le froid. Face a l’Europe affaiblie, divisée, menacée d’être engloutie par une vague migratoire sans précédent, il calcule comment lui vider les poches tout en lui forçant la main pour obtenir un droit d’entrée sans limite pour les turcs. Cette façon de forcer la porte pour entrer signe  la volonté de tordre le bras à l’Europe et la sauvagerie des manières caractéristique des pays qui ne connaissent que le langage de la  force.

Ainsi, ce qui apparaissait jusque là comme une lubie secondaire apparaît de plus en plus comme une obsession primordiale. L’idée d’une restauration de l’empire ottoman court derrière les discours de réhabilitation de ce système qui a eu son heure de succès en particulier quand il a pris le relais des empiresmongols, et quand il a tenu en échec les royaumes chrétiens, divisés et affaiblis.QUe Erdogan s’enorgueillisse de ce qui a été un succès de la barbarie et une victoire des potentats orientaux lesplus écoeurants montre que il est prêt à s’appuyer sur n’importe quelle mythologie pour développer le sentiment anti européen et le nationalisme régional.

Et voila que ce membre de l’OTAN, qui a déjà envahi une moitié de Chypre, elle même membre,  de l’Europe, organise la base arrière de Daech!: les soins, les armes, le repos des combattants. Il bombarde les Kurdes qui sont les combattants les plus déterminés et les plus efficaces contre Daech. Comment appeler un allié militaire  qui frappe ses alliés  et donne du soutien  aux ennemis?

Erdogan, empereur des turcs? Le titre est un peu trop ronflant, mais la fonction l’attire, et il s’en ressent plus près qu’on ne le croit.

Alors, qui est le plus mégalomane de tous ces charmants garçons?

la terreur religieuse islamiste nous menace d’un recul en arrière de mille ans

janvier 21, 2015

Les nostalgiques de l’an 700 sont passés à l’attaque. Les juifs, les journalistes et les policiers sont les premières cibles de cette secte, mais ils ne sont que des exemples de la terreur dont rêvent les militants de cette nouvelle inquisition , assoiffés de sang et de pouvoir. Ils ont été choisis parce que  représentant les phobies de ces candidats tueurs: un groupe ethnique qui a réussi son intégration dans la société , ce dont ils sont incapables, la liberté d’expression et de pensée qui leur fait horreur, et les défenseurs de l’ordre républicain à qui ils essayent depuis longtemps d’arracher des « territoires de la République ».

Baignant dans un monde fantasmagorique ou ils s’imaginent en hordes de cavaliers combattant les « croisés » à grand renfort de décapitations, ils remettent au goût du jour jour une imagerie avec laquelle ils essayent de recouvrir la réalité sinistre qu’ils constituent: un ramassis de canailles qui tuent à tour de bras et font régner une terreur religieuse par les bombes et les kalachnikov, qui prennent en otages ceux qui leur tombent sous la main,  et visent rien de moins que la domination du monde. Ces fous, qui s’accrochent  au rêve d’un recul du temps et pensent arrêter la mondialisation avec leurs mots d’un autre temps, n’hésiterons pas, si on ne les stoppe pas avant, à déclencher une apocalypse nucléaire si on les laisse approcher de l’arme suprême. Déjà le Pakistan , largement infesté par la haine islamiste, possède la bombe et a essayé d’en faire bénéficier ses amis.

L’Iran bande toutes ses forces pour atteindre le moment ou il aura cette bombe et pourra faire chanter le monde entier avec infiniment plus d’efficacité que la Corée du Nord. La hiérocratie religieuse qui contrôle d’une main de fer le pays attend le moment ou elle pourra faire trembler le monde entier.

Face à ce danger inouï, les démocraties discutaillent,hésitent à s’engager par peur des pertes en vie humaine, sans mesurer que c’est « la » vie humaine qui risque de perdre toute valeur avec le pouvoir de ces assassins.

Limitant les capacités de leur imagination à quelques antécédents historiques ou ils trouvent leur inspiration, ils tentent régulièrement de dépasser les limites de l’horreur, en lorgnant du côté des effets médiatiques qu’ils en  obtiendront. Ainsi, ils exécutent très froidement 150 enfants dans une école pakistanaise, comme si ils essayaient de battre le record de   Brevik, sous prétexte de punir les parents militaires dans l’armée qui les combat . Plus ignoble, on fait difficilement mieux, mais il faut leur faire confiance: ils trouveront. Boko  Haram, une autre de leurs succursales, a fait assez fort, lui aussi.Enlever 200 jeunes filles, les traiter en esclaves et menacer de les vendre comme esclaves fait partie de cette compétition pour aller plus loin dans l’horreur ou l’Afrique dispute la palme au Moyen Orient,. Tuer une jeune femme en train d’accoucher, cela aussi les place bien dans cette course.L’énumération de tous ces crimes est lassante, elle ouvre juste une perspective sur l’abîme de noirceur qui s’ouvre sous les pas de ces  » héros de Dieu » comme ils disent. L’infériorité morale de cette  noire idéologie  n’est dépassée que par celle du nazisme avec qui elle partage le goût de la Mort et de la Terreur, le culte de la violence et du mensonge et surtout celui de la force qui fait plier l’autre et l’usage du crime comme arme politique

L’impression que nous avons de vivre un mauvais rêve ou se télescopent des visions du monde distantes de plus de 1000 ans, ou les autres se croient dans un autre temps et nous embarquent malgré nous dans ce cauchemar , fait que l’on se frotte les yeux. Est ce que tout cela est vrai, n’est ce pas un film de zombies qui continuent inlassablement de se relever quand on les tue? Est ce que l’humanité va se réveiller et les soutiens de ces monstres enfin se détacher d’eux? Il y a vingt ans, la démocratie pensait avoir gagné le monde entier, et voilà que la majorité du monde lui crache dessus et aspire à quelques bonnes vieilles dictatures, de la Chine à la Russie, de l’Arabie Saoudite, épicentre de l’anti démocratie au Nigeria.

Seule l’Italie a su , par la fermeté de sa politique sortir des « années de plomb » et isoler et vaincre ses terroristes , d’extrême gauche et d’extrême droite. Saurons nous en faire autant? Les démocraties vont elles enfin prendre la mesure exacte du danger et prendre des mesures drastiques. Nous sommes comme à la veille de la 2 ème guerre mondiale: une décision ferme aurait stoppé la réoccupation de la Sarre par les troupes allemandes qui tentaient un coup de bluff et n’étaient pas prêtes à la guerre. Au lieu de cela, il y a eu Munich. Aurons nous le courage de faire ce qu’il faut pour stopper cette course à  la mort?Arrêterons nous de nous tirer des balles dans le pied en nous critiquant les uns les autres? L’avenir le dira rapidement.

 

QUEL AVENIR POUR ISRAEL DANS UN MOYEN ORIENT ENVAHI PAR LA PESTE ISLAMISTE,

septembre 9, 2014

Quel avenir pour Israël dans le Proche Orient envahi par la peste Islamiste ?

 

Le vingt et unième siècle , commencé par les attentats du 11 septembre s’est continué par la multiplication des prises de pouvoir par les islamistes, le développement de zones d’états impuissants ou déliquescents qui constituent des bases de repli ou de départ. Les Occidentaux courent d’un pays à l’autre pour stopper ou contenir l’incendie qui s’étend. Les masses musulmanes, d’abord peu touchées, s’islamisent de plus en plus, et l’islam devient le creuset de toutes les insatisfactions et de tous les désirs de revanche. Comme le christianisme a joué ce rôle de refuge des populations humiliées, c’est l’Islam qui devient le drapeau de la révolte identitaire des masses, promettant à la fois la bagarre, la revanche et le paradis à ceux qui s’engagent ou qui soutiennent.Les dictatures diverses qui fleurissent dans les pays attardés d’Afrique et du Moyen Orient y trouvent un moyen de parler leur langue aux masses, de leur parler d’histoire (évidemment glorieuse) ; de morale (très simple : tout le mal vient de l’autre, tout est permis à ceux qui sont du côté de Dieu), de victimisation (les Occidentaux leur ont imposé la sexualisation, le désordre démocratique et l’égalité avec les femmes, ces êtres inférieurs).

Un nouveau modèle d’humain surgit : le martyre assassin, qui fait rêver de plus en plus de désespérés et de désorientés. En un éclair tout est joué. Le salut pour l’éternité, qui nécessitait jusque là une vie d’efforts et de bonne conduite, et encore, sans garantie, est remplacé par un acte suicidaire et meurtrier, dans l’apothéose sanglante duquel est court-circuitée la longue attente du commun des mortels. Pulvérisé en petits morceaux de chair, on ne sent rien, il n’y a aucune chance de se rater ou de souffrir si on appuie sur le bouton, sauf problème de connexion.

Après l’idéal du SS impavide devant la mort d’innocents en masse et celui du commissaire politique qui sacrifie tout à la victoire du Parti, un nouveau modèle héroïque et sinistre est né : le croyant tueur, aussi fanatique que ses prédécesseurs, et aussi roué politiquement.Le succès politique de cette idéologie est spectaculaire : le petit noyau fanatique d’activistes est entouré d’une large couronne de gens qui ont une certaine sympathie pour ces idées, (plus de 50% des musulmans en Angleterre ne condamnent pas les attentats sanglants menés par les terroristes de Londres.) En Europe, on attend avec inquiétude le retour de centaines de djihadistes enrôlés au Proche Orient, et formés aux actions meurtrières.

L’emprise de cette idéologie s’étend comme une sombre nuée sur le monde musulman.Dans les poubelles des états faillis, en Afrique, en Syrie et en Irak, des milices rassemblées sur des galimatias politiques font régner la terreur, multipliant les actes de barbarie, (viols collectifs, vente en esclavage, exécutions horrifiantes, etc.) effaçant peu à peu la limite entre gangs mafieux régnant par la terreur et mouvements politiques.

Mais cette évolution effrayante n’est que la toile de fond sur laquelle se développe la diabolisation de l’Etat d’Israël et la détermination à le détruire. C’est le plus grand dénominateur commun de cette idéologie. Entre musulmans, on peut toujours, ou presque, s’entendre sur cette base. Le leitmotiv, explicite ou implicite, qui sous tend cette idéologie, c’est : « l’an prochain (ou dans 10 ans,) à Jérusalem. »Face à cette détermination à l’effacer de la carte comme de l’Histoire, de plus en plus d’Israéliens comprennent que la guerre reprendra et jusqu’à ce que cette idéologie soit défaite. Si cela a pris 70 ans avec le communisme , combien de temps cela prendra-t-il pour que cela se produise avec l’Islamisme en pleine phase d’expansion ?Tant que l’Etat Israélien était le seul de la région à avoir l’arme nucléaire, cette supériorité le protégeait des folies religieuses, nationalistes et éradicatrices qui pullulent dans la région.La marche inexorable de l’Iran vers la bombe remet en question tout l’équilibre du Moyen Orient. Le peu que l’on sait sur les négociations entre l’Iran et les Etats Unis rend extrêmement pessimiste : les Occidentaux semblent résignés à ce que l’Iran approche jusqu’à la limite du seuil nucléaire, de telle façon qu’il puisse acquérir l’arme en quelques mois. L’Iran a multiplié les centrifugeuses, mais aussi la filière au plutonium, de telle façon qu’une frappe ne pourrait plus que retarder un peu l’accès à la bombe. Parallèlement , il multiplie les travaux sur les vecteurs qui permettraient de transporter la bombe au-dessus d’Israël.

Enfin, il ne faut pas oublier que le Pakistan a déjà la bombe, et qu’il est un état totalement instable, rongé par l’islamisme qui est aux portes du pouvoir, dont les masses sont parmi les plus virulentes du monde islamique et qui a déjà tenté de diffuser les connaissances atomiques parmi les états environnants.Si la supériorité nucléaire d’Israël est remise en jeu, sa supériorité militaire risque d’être beaucoup moins évidente qu’il y a 10 ans. Les pays arabes s’équipent en matériel de pointe, américain ou russe, en attendant que les Chinois arrivent sur le marché, avec des moyens financiers énormes, sans commune mesure avec les possibilités d’un état minuscule comme l’état israélien. Leurs ressources en hommes sont immenses, et la formation militaire de leur troupes est de plus en plus poussée, leurs troupes sont entraînées par leurs propres conflits.

A plus long terme, le cynisme politique et économique de la Russie et de la Chine laissent prévoir des choix motivés par le pétrole, les marchés, et les équilibres stratégiques plus que par la justice et la défense du droit (cf déjà leur attitude devant les massacres perpétrés par Assad ou la politique expansionniste de la Russie en Ukraine).

Quand aux Palestiniens eux- mêmes, le risque d’une victoire islamiste, du Hamas ou d’un mouvement qui le supplanterait, est tel que aucune concession ne peut être envisagée face à des adversaires qui proclament la légitimité de la ruse et du mensonge pour arriver à leurs fins, et qui se divisent le travail : les uns reconnaissant Israël, et les autres réclamant la destruction et le disparition de « l’entité sioniste ». Le seul résultat du retrait de Gaza ayant été sa prise de contrôle total par le Hamas et le lancement incessant de roquettes sur la population civile d’Israël, cela donne évidemment à réfléchir.

Les gauchistes israéliens, embourbés dans leur mauvaise conscience qui leur fait défendre sans hésiter les positions palestiniennes, et s’accrocher à la thèse des deux états sans s’occuper des garanties introuvables actuellement, s’alignent sur les ONH elles mêmes contrôlées par les gauchistes, ce qui leur permet de ne pas réfléchir sérieusement à une situation dramatique qui les menace eux aussi.La population israélienne, après avoir été tentée par ces sirènes gauchistes et pacifistes, s’est complètement détournée de ce discours déconnecté de la réalité et qui fait l’apologie de ses ennemis.

Y a-t-il au moins quelques facteurs d’optimisme dans cette situation ?

Le premier est déjà l’évolution politique d’Israël : l’unité de la population dans le refus des concessions mortelles auxquelles sont toujours prêts les partis de gauche, pris dans une tradition pacifiste pour qui la guerre est pire que tout, et l’adversaire honorable et respectable sur le plan humain. Face à l’islamisme déterminé à les détruire comme pays et même comme ethnie, seule la lutte à mort est pertinente, comme face au nazisme.L’effondrement de la gauche en Israël, malgré les tensions sociales et le poids de l’histoire ou Israël a été conduit par les grands personnages de la gauche israélienne, signe la fin d’une époque et la lucidité d’un peuple devant les menaces pesant sur son existence.En même temps, existent des dangers liés au poids des mouvements extrémistes et hyper nationalistes qui pèsent sur le gouvernement. Jusque là, Netanyahou a réussi à échapper à leur surenchère, mortellement dangereuse pour le pays.

Le deuxième est la prise de conscience aux Etats Unis des faiblesses de la politique extérieure de Obama. Sans tomber dans la caricature ou sont arrivés certaines critiques le présentant comme un musulman « caché », ennemi juré d’Israël, sa politique vis à vis de l’Iran est apparue comme faible. Il a fallu que la France prenne une position plus ferme pour que soit prise en compte le danger pesant sur la paix mondiale. De même, vis à vis de l’Etat Islamique, tout le monde a bien senti sa réaction a minima dans un premier temps. L’approche de la fin de son dernier mandat, la candidature possible de Hillary Clinton, nettement plus pro israélienne ou encore plus un candidat républicain pourraient modifier la position des USA dans un sens plus favorable. En même temps, la découverte et l’utilisation du gaz de schiste on donné une indépendance énergétique aux USA qui leur donne plus d’autonomie par rapports aux puissances pétrolières musulmanes.De même, l’Europe, directement menacée par le terrorisme islamiste y compris par l’approche indirecte par l’Afrique, comme par le poids démographique grandissant et les exigences communautaires des populations musulmanes pourrait affermir ses positions face à l’islamisme. La France reste de ce côté une exception, le poids des organisations gauchistes et des medias pesant en majorité du côté des Palestiniens vécus comme des victimes innocentes face à la brutalité des Israéliens.

Le troisième facteur jouant dans le sens israélien est la division du monde arabe, certes existante de tous temps, mais qui a pris la forme d’une guerre de religion inexpiable entre sunnites et chiites, conduisant à des massacres et des horreurs. Cependant, il ne faut pas rêver et ce genre de conflit peut aussi se résoudre rapidement, les deux adversaires scellant leur réconciliation par un pacte d’agression commune contre l’ennemi principal, « l’entité sioniste ».

SHIMON PERES sur l’Iran: »nous nous approchons de la ligne rouge ».

mars 15, 2013

Dans un entretien accordé au « Monde » du 13 mars 2013, le président israélien,  avant le discours qu’il doit prononcer devant le parlement européen à Strasbourg ou il a l’intention de demander la fin de la mansuétude dont bénéficie le Hezbollah et son inscription sur la liste des organisations terroristes, évoque l’échec actuel des sanctions à stopper l’enrichissement de l’uranium par l’Iran, chose que chacun constate. Régulièrement, à chaque échec des « négociations » avec les Occidentaux, les Iraniens franchissent un pas dans l’escalade des menaces et des provocations et annoncent la mise en service de centrifugeuses supplémentaires .

Benyamin Netanyahou avait fixé des lignes rouges en septembre 2012 à l’Assemblée générale de l’ONU. A la question de l’interviewer de savoir si « on » s’en approchait, Pérès répond « oui, nous nous en approchons », mais c’est pour diluer immédiatement la menace en ajoutant  » il n’y a pas une seule estimation en la matière: est ce une question de mois, d’années ou de plus… »

On ne peut qu’être sidéré par une telle réponse: Qu’est ce qu’une question « d’années ou plus »: une question de décennies, ou de siècles? Le président Obama vient lui même de chiffrer à un peu plus  d’un an le délai pour que l’Iran possède la bombe, et le président d’Israël l’évalue à « des années ou plus »! Cela frise la désinformation. Derrière la « prudence » des propos, on voit poindre le parti pris pacifiste qui tente de noyer les faits dans un brouillard de mots.

Que un président de l’Etat d’Israël soit tenu à la prudence diplomatique,et qu’il ne s’enferme pas dans des gesticulations sans autre effet que de pousser des alliés  à prendre leurs distances pour ne pas se laisser entraîner sans raisons impérieuses dans un conflit  dont les conséquences peuvent  être gravissimes , cela va de soi.

Mais dire « que l’on s’approche de la ligne rouge » en disant dans la même phrase que il faudra que tous les alliés tombent d’accord sur la définition de la ligne rouge (on devine que certains pays seront particulièrement difficiles à convaincre, voire impossible, et que le temps de  les persuader donnera largement le temps aux dirigeants iraniens de construire plusieurs bombes, ce qui modifiera totalement les données du problème, en placant les protagonistes devant le risque d’une attaque nucléaire sur leurs ressortissants. Quand on voit les pays plier et négocier pour une demi douzaine d’otages, et leur agenouillement devant les opinions publiques, que ce passera-t-il devant la menace de centaines de milliers de morts. Quels dirigeants politiques prendront le risque d’affronter les démagogues qui surferont sur la vague de la peur quand les Iraniens auront pour de bon la Bombe?

En fait, c’est tout le passé travailliste de Shimon Pérès qui ressort au détour de cette phrase, son rejet instinctif de la guerre, et son espoir de l’éviter par la négociation, même quand tous les signes de la réalité contredisent cette espérance. Les dirigeants iraniens n’ont pas d’autre stratégie pour maintenir le pouvoir dont ils se sont emparés que de le sanctuariser par le chantage nucléaire, ils n’ont pas d’autre tactique que de gagner du temps, du temps et encore du temps. Leur dire que la limite à ne pas dépasser sera , « peutêtre « , placée dans quelques années ou plus revient à leur envoyer un signal  d’hésitation et de crainte qui ne peut que les renforcer dans la certitude que leurs adversairesz bluffent et n’oseront pas.

La dictature religieuse qui s’est emparée du pouvoir en Iran ne pense qu’à une chose:pérenniser son contrôle total de la population iranienne, étendre son influence sur les masses musulmanes de la région, prendre la tête du mouvement de haine et de rejet de l’influence de la culture occidentale  dans un choc des civilisations qu’elle veut exacerber par tous les moyens. Son mépris de la démocratie, des droits humains et de la pensée libre n’a eu d’égal que celui des grands systèmes totalitaires: communisme et fascisme hitlérien, qui ont produit des crimes par dizaines de millions, et créé, comme cette dictature, terreur politique, crimes systématiques, sauvagerie froide camouflée derrière des idéaux.

Le délire nazi et la paranoïa stalinienne n’ont pu être  vaincus que par une force supérieure, comme toutes les dictatures qui jamais ne renoncent de leur plein gré, la Syrie en est le dernier exemples, et jamais le massacre de son propre peuple n’ a posé de problèmes à un dictateur , encore moins celui de peuples voisins.

La solution du problème palestinien est peut-être la réalisation de deux états, mais qui peut nier, voyant comme la restitution aux Palestiniens du territoire de Gaza a conduit à la naissance d’un état  terroriste, gouverné par un groupe fanatique religieux et qui sert de  base de lancement pour des centaines de missiles  contre Israël, que aucune confiance ne peut exister quant aux  intentions pacifiques des Palestiniens si ils obtiennent cet état à côté de l’Etat israélien.C’est cette évidence qui a anéanti le succès d’une organisation pacifiste comme « La Paix Maintenant », qui est apparue aux yeux des Israéliens  comme une organisation niant la réalité de la menace pesant sur Israël et passée entre les mains d’un noyau sectaire qui n’écoute qu’un seul son de cloche: celui des critiques d’Israël, et est sourd à toute remise en cause du camp palestinien.

Shimon Peres , tout en disant que il y a eu un progrès majeur dans les négociations par le fait que la droite et la gauche, en Israël, ont toutes deux admis l’idée de la solution à deux  états, reconnaît  que le précédent de Gaza a rendu les Isréliens méfiants, et que « nous devrons tirer les leçons des étapes précédentes. »

Là encore, le flou artistique de la formule permet d’envisager tout et son contraire. Car s’il est vrai que il n’existe pas vraiment d’alternative à la solution des deux états, celle ci paraît bien totalement impraticable actuellement, et les isréliens ne sont pas prêts, dans cette période de danger mortel pour leur état, à donner un « tiens » sur la sécurité en échange pour un « tu l’auras » pour la paix, très peu crédible en ces temps d’islamisme meurtrier qui s’étend comme une gangrène dans les pays musulmans.

Finalement,on peut voir  à travers les déclarations de Shimon Pérès, le malaise d’une gauche israélienne, héririère des idéaux du sionisme initial,mais décalée par rapport au pays profond qui lui a retiré sa confiance , et qui   tente de résister à la poussée extremiste appuyée sur le mouvement des colons et des extrêmistes religieux. Les formules emberlificotées de Pérès montrent comment cette gauche ne trouve plus les objectifs cohérents à la fois avec ses principes et avec la réalité, qui lui feraient retrouver la confiance de la population.

Obama, Sarkozy, Israël et l’effort pour stopper la course à la bombe iranienne

janvier 23, 2012

d’après l’article du Monde 20/1/2012 de Natalie Nougayréde.

Dans le post précédent ,l »L’Iran commence à avoir peur » qui évoquait le fait que , pour la première fois depuis le début de la crise  créée par l’ambition de l’Iran de se doter de la bombenatomique, l’Iran montrait qu’il craignait vraiment les mesures radicales envisagées par l’Occident , nous nous interrogions sur la raison qui pouvait bien avoir fait attendre si longtemps pour mettre en place des sanctions radicales, alors que il était évident que les mesures antérieures étaient dénuées de tout impact sur les Iraniens.

L’article de Natalie Nougayréde dans le Monde apporte des lumières très convaincantes sur ce qui s’est joué entre les Etats Unis et la France  pendant toute la fin de l’année 2011  autour de cette question.

Derrière la facadede bonne entente affichée par les deux pays , des tensions sont apparues nous dit N.N. les responsables français reprochant à l’administration Obama d’avoir été hésitante pour la mise en oeuvre de sanctions radicales contre l(Iran, alors que selon eux un compte à rebours est engagé.

« Obama s’est fait imposer par le Congrès américain les mesures qu’il a signées le 31 décembre »portant sur un étouffement progressif des transactions internationales avec la Banque centrale iranienne,relève-t-on à Paris. »Il l’a fait à son corps défendant » souligne un officiel,rappelant que le Sénat américain avait voté par « 100 voix contre zéro » pour imposer une politique plus stricte vis à vis de l’Iran, alors que la Maison Blanche voulait diluer ou retarder certaines mesures.

« Un diplomate français de haut rang », dit elle, souligne que il a été difficilepour monsieur Obama d’envisager des mesures contre le pétrole iranien car le président américain serait prisonnier de considérations électorales: une flambée des cours du brut rejaillirait négativement sur sa campagne de rééletion;

« Placé sous la pression du parti Républicain, dont tous les candidats ne cessent d’agiter le danger iranien,Barack Obama aurait par ailleurs du mal à reconnaître  ce qui est perçu à Paris comme « l’échec de sa politique de la main tendue » à Téhéran. »

« Encore aujourd’tui, certains officiels  français se méfient d’une propension de l’administration américaine à rechercher un compromis « bancal » avec Téhéran..C’est pourquoi Paris insiste au sein du groupe des grandes puissances traitant cette crise pour que l’exigence de la suspension de l’enrichissement d’uranium inscrite dans les résolutions de l’ONU depuis 2006 soit constamment rappelée. »

Alors que Washington hésitait à frapper le secteur des exportations iraniennes de pétrole, l’Elysée avait rendu publique le 21 Novembre 2011 une lettre de M. Sarkosy aux autres dirigeants occidentaux, appelant à des mesures plus décisives: interruption des achats de brut iranien et gel des avoirs de la Banque centrale. Ce sont ces mesures- en particulier l’embargo pétrolier- que la France estime avoir réussi à imposer au niveau de l’Union européenne, qui devrait annoncer des mesures en ce sens le 23 janvier.

« La France, par son activisme en faveur de sanctions d’un registre nouveau, veut s’inscrire dansun triangle diplomatique avec Israëlet Washington , dans l’espoir d’occupper un rôle central. Les responsables français ont ainsi relayé lemessage israelien au sein de l’Europe et auprès de l’équipeObama pour la mise en place d’un embargo pétrolier. Non sans d’ailleurs s’appuyer sur des contacts au sein du Congrès américain manifestement conçu à Paris comme un allié, ainsi qu’il l’est par le premier ministre israelien Benyamin Netanyahou. »

Mais la France n’endosse pas pour autant la ligne des faucons du Likoud, insiste -t-on à Paris, car elle continue de faire l’analyse que le scénario militaire contre l’Iran serait une « catastrophe » , comme l’avait dit M. Sarkosy dès aout 2007.

Des frappes aériennes auraient pour effet de « souder les Iraniens derrière  Khamenei,souder tous les chiites derrière l’Iran, et elles ne feraient que retarder le programme nucléaire iranien sans lui porter un coup d’arrêt définitif » dit un officiel catégorique. et « c’est précisément pour chercher une alternative à ce qui serait une grosse bêtise israélienne » que la France déploie tant d’efforts en faveur des sanctions.

« Celles ci visent à convaincre l’Iran qu’il vaut mieux arrêter avant qu’il ne soit trop tard son programme nucléaire plutôt que d’encourir des mesures susceptibles d e provoquer un effondrement économique du pays et donc de mettre en péril le r »gime.Il y a urgence à faire aboutir cette stratégie car l’année 2012 est  « cruciale ». »Nous sommes convaincus qu’il reste à peu près un an avant la bombe « iranienne, et que les Israeliens n’attendront pas un essai nucléaire iranien pour régler le problème » commente un responsable français. »

« Selon un diplomate français de haut rang,, si les Israéliens veulent « taper » avant qu’un stade irréversible soit atteint, le meilleur moment , c’est avant l’élection présidentielle américaine ». Car en pleine campagne électorale,Barack Obama » serait soumis à une pression politique irrésistible pour ne pas laisser Israël seul face à la tentation de frapper militairement ». « Si Israël frappe, souligne cette source, ce sera avantle 6 novembre. » En précisant : »Le moment de tous les dangers, c’est l’été 2012. »

Que peut on penser de cette situation et de ses implications?

La première chose , c’est  la surprise de découvrir l’attitude timorée de Barack Obama , dont on pensait qu’il avait plus d’audace et de clairvoyance , et que en particulier , il mesurait l’étendue du danger pour le monde  si l’Iran accédait à la bombe et pouvait à l’abri de celle ci poursuivre son programme nucléaire , menaçant de plus en plus de pays dans la région  , et pas seulement Israël. Le rique de prolifération  créé par le désir de ne pas laisser à l’Iran un avantage aussi énorme , ne peut que se concrétiser par l’entrée dans la course nucléaire des autres puissances régionales concurrentes: Arabie Séoudite, Egypte, Turquie , régimes éminemment instables , menacés de prise de contrôle par les islamistes , quand ce n’est pas déjà fait.

L’explication par les préoccupations électorales , face à un renchérissement du brut , à quelque chose de dérisoire et d’inquiétant. Que une crise vitale pour le monde soit suspendue à un enjeu si limité est effrayant.

Surtout , elle  montre que l’Etat Israélien ne peut pas confier son destin aveuglément à son ami et protecteur américain, qui a ses intérêts propres qui entrent parfois en contradiction avec ceux de son protégé.Les attaques contre Obama le présentant comme promusuman étaient viles et mensongères , mais ceux qui ont vu la possibilité d’un positionnement américain s’écartant de la défense vitale d’Israël n’ont pas eu complètement tort.

Israël , dépendanr économiquement et militairement de l’aide américaine est obligé de trouver une stratégie qui ne soit ni complètement subordonnée , ni complètement indépendante de celle des USA.

Un autre point intéressant est de voir la qualité de la détermination sarkozienne , l’obstination avec laquelle la diplomatie française trouve une voie propre dans l’imbroglio moyen oriental ,et la capacité à prendre des riques et à  assumer son rang, à côté du profil bas des autres pays européens , et cela , pour changer , sans posture déclamatoire et sans opposition systématique à la politique américaine.

Cependant des inconnues restent encore:

Les quelques mois qui séparent l’entrée en vigueur des sanctions de la date  d’obtention potentielle de la bombe par les Iraniens suffiront -ils à faire plier l’Iran , ou bien manquera-t-il quelques mois pour que le régime soit vraiment pris à la gorge et tiendra-t-il  désespérément jusqu’à l’obtention de la bombe?

L’Iran va-t-il tenter d’amener son féal libanais , le Hezbollah, à déclencher une offensive généralisée contre Israël, pour contraindre celui-ci à des représailles sanglantes au Liban, qui permettraient de créer un climat de haine d’Israêl qui lui permettrait de mobiliser la « rue arabe » et de pousser à un embrasement régional dans lequel ses intérêts seraient confondus avec ceux des palestiniens. Une vague de haine antioccidentale , attisée par les médias  excitateurs des chaînes islamistes ,dans le climat d’irrationnalité de ces pays pourrait menacer l’équilibre politique de ces régions. Cependant ,sur le plan purement israelien , il est évident, que ceuxci préfèrent subir une volée de missiles conventionnels plutôt que d’être sous la menace d’une seule bombe atomique qui pourrait anéantir la moitié de sa population.

Le régime iranien choisira-t-il la fuite en avant et l’escalade ou préfèrera-t-il limiter les dégâts , et jouer d’autres cartes que celle du nucléaire? Cèdera-t-il à ses  tendances au défi suicidaire ou essaiera-t-il de préserver quelques acquis. L’échec du bluff et de la provocation comme politique et comme base de sa propagande pourra-t-il être pris en considération par ses dirigeants? L’Histoire apparaît bien comme devant intégrer des éléments d’imprévisible , de calculs erronnés ou délirants, de mouvements irrationnels dont les conséquences sont imparables.

L’année 2012 sera celle de tous les dangers

GB

L’Iran commence à avoir peur

janvier 4, 2012

Le déferlement des menaces iraniennes dans les dernières semaines montre de façon indiscutable que , pour la première fois depuis que les sanctions ont été mises en place pour le contraindre à cesser sa stratégie de construction  d’un appareil militaire nucléaire , l’Iran à peur que les nouvelles sanctions envisagées soient mises en application.

Autant les sanctions antérieures lui paraissaient dérisoires par rapport à l’importance pour lui de posséder l’arme nucléaire , instrument de sanctuarisation du régime , d’accès au rang de puissance incontournable et dominante dans la région et d’obtention de la parité stratégique avec Israël, autant les deux mesures envisagées pat les USA et la France: gel des avoirs de la Banque Centrale iranienne,et interdiction des achats du pétrole iranien menacent l’économie iranienne d’effondrement total et mettent le régime aux abois.

Pour la première fois, les pays occidentaux,entraînés par la France et les USA,trouvent le moyen -enfin!- de contourner l’obstacle jusque là infranchissables des veto russe et chinois qui protégeaient le régime iranien.. Il est évident qu’il s’agit des dernières possibilités d’action en dehors de l’action militaire directe avant la date fatidique , proche de quelques mois ,où les iraniens disposeront de leur propre bombe nucléaire et commenceront à utiliser à  fond le chantage nucléaire, y compris pour protéger leur propre système de production d’autres bombes, d’autres missiles avec des portées de plus en plus grandes ,menaçant directement de plus en plus de pays.

Ces deux menaces ,porteuses d’un potentiel dévastateur pour l’économie iranienne , expliquent la réaction de menace de blocage du trafic pétrolier dans le détroit d’Ormuz. En même temps , les dirigeant iraniens savent très bien que porter atteinte à l’économie mondiale (renchérissement du cours du pétrole ,raréfaction des sources, troubles politiques liés a l’augmentation des difficultés économiques de nombreux états) serait d’abord une violation de tous les traités internationaux sur la liberté de circulation maritime, ce qui est un casus belli caractérisé, qui entraînerait automatiquement l’intervention au minimum des USA et éventuellement d’autres pays pour restaurer un droit de passage dont le non respect serait une atteinte de leurs intérêts vitaux.

Le chantage à la paralysie économique du monde occidental s’est renversé en un chantage ( pour la bonne cause de contraindre l’Iran à la négociation pour l’arrêt de  sa fabrication d’armes nucléaires)à la paralysie économique de l’Iran que manifestement les Iraniens n’avaient pas prévu , pensant être protégés par les veto russe et chinois.

Les Iraniens ne savent plus comment se sortir de cette impasse , et ils voient l’échec de leur chantage qui se retourne contre eux.

Ils voient également que les pays occidentaux ne sont pas  effrayés par leurs menaces, alors que ces menaces risquent même de se retourner contre eux. Bloquer le détroit d’Ormuz est aussi s’empêcher d’exporter leur propre pétrole , en particulier vers l’Inde et la Chine qui ne prendront pas vraiment bien cette atteinte à leurs propres intérêts vitaux. Mécontenter la Chine ,  seule alliée de poids de l’Iran avec la Russie revient à se tirer une balle dans le pied.

Les dirigeants iraniens , qui ont essayé d’acheter avec la rente pétrolière le soutien de quelques fractions de la population se trouveront vite confrontés à une crise sociale et politique d’envergure qui leur fait très peur.

C’est pourquoi les menaces quasi délirantes adressées à la Marine américaine , affirmant que l’Iran ne tolèrerait pas la rentrée du porte avions américain dans le golfe Persique , comme si ces eaux n’étaient pas internationales , mais la propriété privée de l’Iran , montrent que les Iraniens ne savent plus quoi faire pour freiner le processus qui s’engage.

Les menaces d’attaque contre un navire de la flotte américaine  sont insensées, car une telle attaque , équivalente à un Pearl Harbour Moyen Oriental , ne pourrait que déclencher l’entrée en guerre , en état de légitime défense , de l’Amérique , qui pour le moment souhaite encore éviter si possible cette extrêmité. Or , si un navire américain était attaqué par l’Iran , et éventuellement détruit avec des pertes lourdes , le gouvernement américain n’aurait pas  d’autre choix que de riposter avec les moyens gigantesques qui sont les siens.

Menacer les Etats Unis d’une sorte de nouveau 11 Septembre est stupide politiquement et suicidaire miltairement. Les bombinettes iraniennes ne sont rien par rapport à la puissance de feu américaine . D’ailleurs les Américains ont immédiatement répondu qu’il n’était pas question pour eux  de prendre en considération les menaces iraniennes et que leur flotte continuerait à se déplacer comme auparavant dans le Golfe Persique.

Si les Américains maintiennent leur position  de sanctions très dures vis à vis de l’Iran  (et on ne voit pas pourquoi ils ne le feraient pas), on va se diriger immanquablement vers une épreuve de force militaire. L’Iran ne pourra pas supporter le blocus américain et réagira dans le Golfe , ce qui entraînera immanquablement une riposte américaine.

La seule alternative est maintenant une reculade de l’Iran , qui essaiera de manoeuvrer pour gagner du temps, en faisant semblant d’accepter les exigences occidentales .Mais tout le monde sait maintenant que l’Iran est tout proche d’avoir une bombe , qu’il a menti pour gagner du temps depuis des années , et que il n’y a plus de temps à perdre en faux semblants. Les lignes rouges ont été tracées , et il n’y aura plus de tricheries moyen -orientales acceptées.

Le langage rempli de suffisance et d’arrogance des chefs militaires iraniens  s’adressant à la Marine américaine et disant qu » l’avertissement ne sera pas répété » est à la fois dérisoire  (le moustique qui menace l’éléphant) et inquiétant parce que il rend manifeste la perte du sens des réalités chez ces militaires ( les erreurs de jugement et d’appréciation commises par les militaires peuvent conduire  à des massacres et la plupart des guerres sont déclenchées par des militaires qui se sont trompés dans leurs évaluations de la situation).

Peut être les Iraniens comptent -ils sur l’aide du Mahdi caché pour gagner face aux Occidentaux , mais dans ce cas, ils ne devraient pas oublier que Dieu est plus fréquemment du côté des gros bataillons.

Un Iran nucléaire mettrait la bombe à la disposition des terroristes d’Etat qui le contrôlent.

novembre 19, 2011

Les écologistes qui ferraillent contre le nucléaire civil ne voient pas que le danger le plus extrême du nucléaire vient de ce que un régime dirigé par un groupe qui pratique le terrorisme d’état depuis des décennies ( attentat contre une institution juive en Argentine, soutien aux mouvements terroristes partout dans le monde , soutien  et organisation d’attentats en France ,prise d’otages  dans l’ambassade américaine , etc.) s’apprête a entrer en possession de l’arme la plus terrifiante qui existe dans le monde.

L’absolu cynisme du groupe dirigeant iranien qui se pense investi , de façon folle , d’une mission divine  d’expansion de l’Islam dans le monde entier, son utilisation constante de la torture et de l’assassinat comme moyen politique , sa haine obsessionnelle du monde occidental et par dessus tout , son intention déclarée de détruire l’Etat Israélien montrent que la possession de l’arme atomique par la mafia religieuse  qui a pris possession de l’Etat Iranien ouvrira une période de chantage et d’agressions qui risque de déboucher rapidement sur une catastrophe atomique.

De la même façon que l’Europe , en laissant l’Allemagne nazie réarmer à outrance  dans les années 30, a créé les conditions de possibilité des agressions allemandes , pourtant annoncées, qui ont conduit  à des dizaines de millions de morts dans la 2ème guerre mondiale , laisser entre les mains de terroristes, maîtres d’un Etat,  un engin d’une telle capacité de tuer mènera le monde au bord du gouffre, avec des  gens qui manient le suicide meurtrier  comme un outil quotidien.

Car un Etat qui  a obtenu des concessions de la plus grande puissance mondiale rien que en menaçant la vie de quelques centaines de diplomates, ne reculera  jamais devant l’utilisation d’une menace de tuer des millions de gens par l’utilisation d’une bombe , quel que soit le prix à payer par sa population.

La théorie de la dissuasion du faible au fort fonctionnera au bénéfice des Iraniens face au monde Occidental , soucieux de chaque vie humaine , alors que les Iraniens, qui n’ont pas hésité à envoyer leurs enfants dans les champs de mines pendant la guerre Iran-Irak , ne reculeront devant aucune perte , puisque c’est le Paradis et Dieu qui sont en cause pour eux.

En fait , le chantage a déjà commencé puisque c’est avec la menace de mettre le feu au Proche Orient par le biais de ses affidés  (Hezbollah au Liban , groupes chiites en Irak , minorités chiites dans les Emirats) et  de couper la route du pétrole qui passe par le golfe Persique  que l’Iran menace l’Occident d’une crise économique majeure et d’un conflit militaire qui s’ajouterait à l’Irak et à l’Afghanistan. En même temps , une attaque contre les sites nucléaires iraniens risquerait de resouder le peuple iranien avec un gouvernement qu’il conteste de plus en plus largement ,même si la contestation est étouffée par la terreur.

De plus l’attitude cynique  et opportuniste de la Chine et de la Russie , qui essaient de tirer profit du conflit entre l’Occident et l’Iran pour gagner du terrain dans la lutte d’influence et de contrôle des sources de matières premières du demisiècle qui commence, empêche tout consensus international et toute condamnation efficace du régime iranien.

Ce qui est certain , c’est que les » sanctions » contre l’Iran n’ont eu aucun effet d’arrêt sur la progression de l’Iran vers son but : la possession de l’arme atomique , sans commune mesure avec les broutilles perdues du fait de ces sanctions.On peut même penser que l’idée que les Occidentaux pensent les arrêter avec des obstacles  aussi minces doit les faire rire , car elle leur permet de gagner du temps , pendant que leurs adversaires se perdent en palabres inutiles qui buttent sur les mêmes limites, les mêmes obstacles insurmontables.

L’irresponsabilité de la Chine et de la Russie est effrayante , quand on pense qu’ils mesurent le danger d’une bombe dans de telles mains ,  mais qu’ils ne veulent pas renoncer aux avantages stratégiques à court terme qu’ils peuvent tirer de cette complaisance , et même cmplicité avec le régime fou et criminel de l’Iran.

L’Occident se trouve ainsi pris au piège et placé face à un dilemne inextricable : soit se précipiter dans une crise économique gravissime , qui pourrait prendre les proportions d’une crise égale à celle du krach des années 30 aux USA , et qui pourrait même s’étendre à une crise politique  avec montée au pouvoir des mouvements extrêmistes  devant l’extension de la misère , pour un résultat qui ne serait que un gain de temps.

Soit choisir une attitude attentiste , et donc laisser l’Iran construire la bombe et se constituer un arsenal de plus en plus important, la menace augmentant avec le nombre de bombes et surtout, le développement de vecteurs  capables d’atteindre les grands pays occidentaux, ce qui n’est pas encore le cas,  en espérant que le régime va s’écrouler un jour de l’intérieur. Sauf que le régime imprime une telle terreur que , à la différence de la Tunisie et de l’Egypte qui étaient certes des dictatures , mais plutôt des régimes de pouvoir personnel et corrompus que des régimes totalitaires, il ne laissera pas se développer de mouvement d’opposition et noiera dans le sang , sans la moindre hésitation , toute vélléité de le renverser. Il dispose de troupes puissantes et de relais dans une partie de la population qui lui permettent d’avoir une base qui empêche un mouvement généralisé de la population comme dans les pays arabes; L’islamisme est une idéologie qui a profondément pénétré les masses iraniennes et constitue un solide ancrage du régime à la différence des régimes renversés par le « printemps arabe » , très isolés de la population.Le cas de Khadafi est différent puisque il a fallu l’intervention armée de l’Occident pour écraser militairement le régime qui sans cela était prêt à massacrer tout son peuple pour se maintenir.

Attendre du régime qu’il s’effondre de l’intérieur est donc un voeu pieux , d’autant que il est assez probable que si il se sent menacé , il déclenchera de lui même un conflit régional , pour solidariser sa population avec lui. On se retrouverait donc devant le premier cas de figure , celui d’une guerre , économique et militaire avec l’Iran.

Les peuples d’Occident ne sont plus prêts , à l’exception peut être des Américains , à entrer dans des guerres coûteuses en vie humaine. Les échecs au Vietnam , en Somalie , en Afghanistan ont augmenté l’influence des mouvements pacifistes et l’état d’esprit des populations est  devenu  individualiste et jouisseur, reserré sur la recherche d’avantages immédiats , de sécurité et de tranquillité. La sympathie pour Israël s’est au fil du temps renversée en une relative indifférence  quand ce n’est pas une prise de parti pour les palestiniens présentés comme des victimes éternelles. L’enjeu local est devenu peu important aux yeux des peuples Occidentaux ,plus préoccuppés d’écologie et de niveau de vie que d’équilibre mondial et de paix dans d’autres régions. Les gouvernements et les élites politiques , conscients des dangers , ne veulent pas prendre le risque d’être désavoués par les peuples et préfèrent attendre.

Cependant , ces facteurs qui jouent dans le sens de l’attentisme, peuvent être neutralisés par plusieurs autres.

D’abord,le facteur israélien. Les Israéliens  ne peuvent pas accepter la menace mortelle suspendue au dessus de leur tête par les fous d’Allah qui ont juré leur perte et qui le réannoncent régulièrement. En dernier recours , et le dos au mur , ils attaqueront ,même si cela suscite la colère de leurs alliés , parce que c’est lalutte pour la survie , et que leur histoire ne leur permet pas d’attendre passivement la destruction. De plus , personne n’est dupe des protestations pacifistes des Iraniens , qui défient le monde entier dans leur course à l’atome, et mentent comme des arracheurs de dents. Personne n’accorde plus de crédit à leurs cris d’innocence qu’ à ceux de Khadafi quand il protestait contre l’intervention militaire en Lybie.

D’autre part , les Occidentaux savent que ils seront les cibles suivantes si ils laissent la puissance militaire iranienne devenir capable de les menacer. Ils sont donc obligés de penser à leur auto-défense et préparent eux mêmes des scénarions d’attaque préventive contre les sites nucléaires iraniens, ce qui montre la conscience de plus en plus nette du danger , et une compréhension des raisons qui pourraient entraînet les Isréliens à agir.

Ils ont d’ailleurs fait la démonstration , en Yougoslavie et en Lybie , de leur capacité à vaincre des armées bien équipées , sans intervention terrestre et sans pertes humaines , grace à leur très grande supériorité technique . Plusieurs candidats républicains ont annoncé -ce qui ne coûte rien évidemment-, leur intention de frapper l’Iran s’ ils viennent au pouvoir.

D’autre part , il est difficile d’évaluer la part de bluff dans l’annonce de la volonté iranienne de bloquer le trafic pétrolier du golfe persique , pour plusieurs raisons

D’abord ,plusieurs grands pays occidentaux disposent d’une certaine autonomie par rapport aux sources du Moyen Orient: Les Etats unis sont encore -plus pour longtemps- presque autosuffisants sur le plan pétrolier , la Grande Bretagne aussi avec le pétrole de mer du Nord , la France dispose de son parc nucléaire qui couvre 75 % de ses besoins énergétiques et des contrats avec les pays d’Afrique, etc.

D’autre part ,fermer le golfe entraînerait aussi la cessation des approvisionnements pour l’Inde et surtout la Chine , qui menacée dans ses apports vitaux , ne resterait pas longtemps amie de l’Iran à ce prix.

De plus , L’Iran se priverait lui-même de  sa principale source de devises et rentrerait dans une crise très grande , se trouvant dans la situation de l’Irak au moment de l’embargo pétroier lui interdisant de vendre son pétrole.

Enfin il n’est pas certain que l’Iran , avec son armée encore très rudimentaire malgré ses progrès en missiles et dans le domaine nucléaire , pourrait maintenir un blocus efficace du golfe  face aux moyens  technologiques hypersophistiqués des occidentaux.

De tout celà ressort une idée: la montée en puissance de l’arme atomique iranienne va d’elle-même produire la détermination d’un nombre grandissant de pays à la mettre en échec . La survie d’un monde libre est en jeu ,même si les Iraniens font monter les enchères très haut. Les sanctions , très légères à supporter pour le régime actuellement , ne pourraient avoir d’efficacité que si elles prenaient une forme extrême , conduisant à l’effondrement complet de l’économie du pays , et cela n’en prend pas le chemin, avec les vetos russes et chinois.

Dans ce contexte , on s’achemine vers des frappes et une guerre , quel qu’en soit le prix ,parce que ne rien faire , ou ne faire que des choses inefficaces , ne peut mener que  à une catastrophe mondiale. Qu’ elle le veuille ou non , l’humanité se rapproche d’une épreuve dramatique, que le fait de se mettre la tête dans le sable ne pourra en rien éviter. Munich , attention, souvenirs!

 

Iran: le pouvoir, de plus en plus isolé, choisit la fuite en avant dans la violence et la terreur

janvier 1, 2010

La rapidité avec laquelle le mouvement de contestation en Iran se développe et s’intensifie étonne le monde et ouvre une période d’incertitude ou se mélangent l’espoir et la crainte du pire.

L’espoir, car pour la première fois depuis le début de l’existence de la République Islamique, le régime est inquiété par l’existence de forces qui contestent son habilitation à régenter la société uniquement sur la base des décisions des potentats religieux, sans que le peuple ne manifeste en quoi que ce soit sa volonté, et en particulier une désapprobation des orientations choisies par le « guide suprême » et son aéropage de grands prêtres.

La prise de conscience par une part grandissante de la population  de ce qu’ils sont devenus les otages d’un groupe ultra extremiste , qui est déterminé à ne tenir aucun compte de leurs aspirations ni de leurs intérêts et à les utiliser comme masse de manoeuvre  pour la réalisation de ses  fantasmes théocratiques entraîne un mouvement de panique du côté   du groupe qui a pris le contrôle de l’appareil d’Etat, qui sent le terrain se dérober sous ses pieds.

D’abord parce que c’est une déconsidération morale qui les frappe, en les démasquant de leur apparence de dirigeants respectueux des désirs du peuple,  et parlant au nom de ce peuple. Ils n’apparaissent plus maintenant que comme un groupe prêt à tous les mensonges, toutes les menaces et toutes les violences pour garder le pouvoir, et n’ayant que mépris pour ceux qui se démarquent de leur folie extremiste.

Ensuite, parce que chaque manifestation de résistance à la terreur policière et para-policière  du régime entraîne une disqualification plus grande  du pouvoir, une perte de respect pour  son autorité, et une prise de distance avec ses fondements mêmes, c’est à dire le pouvoir discrétionnaire des religieux sur le pays.

A l’étranger également, le prestige du régime « fort » des ayatollahs est ébranlé par la  vision de sa  difficulté à contrôler sa population ,et par le spectacle de l’inquiétude qui le saisit, alors qu’il est au pouvoir depuis trente ans.

Sur le plan diplomatique international, l’extrême agressivité du régime, ses menaces , ses insultes , et ses provocations continues, signent de plus en plus la nature ultra-religieuse de ses déterminations, la volonté de puissance étant de plus en plus visiblement l’expression  des buts d’expansion idéologique qui priment sur tout le reste aux yeux de la petite secte dogmatique qui  contrôle le pays. De cela, les autres pays sont obligés de tenir compte, d’abord dans la réduction des illusions qui existaient sur sa capacité à « faire des choix raisonnables ».

En effet, face aux considérations idéologiques religieuses, les paramètres « rationnels »(  économie, intérêt national, bien être de la population ) sont d’une importance insignifiante aux yeux de ceux pour qui  l’important est la venue de l’Imam caché et la mise en oeuvre du règne de Dieu.

Il y a eu une volonté systématique des gouvernements occidentaux de refuser de voir ce qui était parfaitement visible: la nature idéologique  et irrationnelle du régime iranien.  La volonté de croire  à une continuité profonde de la politique iranienne au delà des  orientations idéologiques a conduit à un déni de la réalité: celle de la cohérence profonde  du régime avec  l’idéologie  intégriste qui en est l’âme et qui le structure de part en part. C’est le propre de cette idéologie de mettre toutes les considérations au second plan  derrière la volonté d’étendre le règne de Dieu.

Il en est résulté un contresens sur la nature et les intentions du pouvoir iranien, qui ont conduit à penser possible de conclure un « arrangement » avec celui-ci. Le contre sens était l’idée que la religion était mise au service d’une politique de puissance, qui n’était que la continuation sous une autre forme de l’ « éternelle » volonté de puissance de la Perse intemporelle, un peu comme si l’URSS n’avait pas été un régime dépendant plus de l’idéologie communiste et de son expansionnisme logique plutôt que  de l’ancienne Russie;

Or, ce n’est pas la religion qui est mise au service de la politique en Iran , mais l’inverse:la politique est mise au service de la religion et ce choix entraîne comme conséquence  une indifférence à la réalité, qui doit se soumettre au système religieux ou bien être combattue, et même détruite. De plus , comme dans tout système idéologique, la conviction de se battre pour le « Bien » entraîne l’autorisation d’avoir recours à tous les moyens, et même tous les crimes, ce qui aboutit très souvent  au minimum à des dictatures féroces (il n’est pas question de laisser une chance au « Mal » de reprendre le pouvoir qu’on lui a ravi) , parfois à des génocides (nazisme, meurtres de masse de la paysannerie en URSS, génocide du peuple cambodgien par les Khmers rouges  au nom d’un « maoisme » poussé à des extrêmes de délire imbécile).

C’est ce qui constitue le danger de la phase actuelle.

Car les observateurs de l’Iran  pointent la volonté actuelle du clan Ahmadinejad de faire évoluer le régime vers une dictature militaro-policière , ce dont témoigne la place de plus en plus décisive attribuée aux Gardiens de la Révolution , qui prennent une part de plus en plus importante dans les décisions politiques, tout en acquérant le contrôle direct de certains secteurs économiques, comme la SS , elle aussi garde prétorienne du régime , dans la dernière période du nazisme, gérait des pans entiers de l’économie allemande .

Le parallèle avec le nazisme doit être examiné, non à cause du négativisme et de l’antisémitisme ouvertement étalé par Ahmadinejad, mais à cause du nihilisme recelé par l’idéologie du système (indifférence à la vie humaine , exaltation du sacrifice, absence d’autre stratégie que l’escalade  de la menace )

Il existe donc un danger que le régime se transforme en  dictature militaro -théologique, et que la terreur prenne encore une dimension plus terrible que celle qui existe actuellement.

La menace agitée par le procureur de Téhéran d’inculper les dirigeants de l’opposition pour « défi à Dieu » pour cause de manifestations pendant l’ Achoura ( période pendant laquelle la police, qui a ouvert le feu ,  et les milices auraient fait plus d’une centaine de morts) donne la mesure à la fois du danger qui menace l’opposition et du délire dans lequel s’engage le pouvoir.

L’autre danger est celui de voir les dirigeants iraniens tenter de provoquer un conflit à l’extérieur pour tenter de ressouder la population dans un réflexe nationaliste. La guerre Iran-Irak avait été pour eux une aubaine de ce  point de vue. Il est sur que ils y pensent et gardent cette carte en réserve, si les choses empirent encore pour eux. Il leur suffirait de créer un incident aérien ou naval (les nazis avaient bien fabriqué un faux incident de frontière avec la Pologne pour justifier en apparence, auprès avant tout de leur propre population, l’invasion de la Pologne.) ou bien  de donner au Hezbollah la consigne de lancer des roquettes sur Israël pour mettre toute la région en feu.

De  toute façon, il est évident que les Iraniens au pouvoir actuellement ne cèderont pas sur l’accès au nucléaire militaire , maintenant encore moins que auparavant, puisque la possession  de la bombe serait pour eux , comme pour la Corée du Nord, un gage d’inexpugnabilité, ce qui est leur objectif minimum.

Par contre des sanctions économiquement efficaces pourraient  précipiter la contestation , si des difficultés économiques s’ajoutaient au difficultés politiques.

Il y a donc une course contre la montre qui double celle de l’effort iranien pour acquérir la bombe le plus rapidement possible : celle qui produirait un changement de régime  remettant en cause  la trajectoire dotant l’islamisme radical de la puissance atomique jointe à la folie de son discours expansionniste. Mais les enjeux sont tellement essentiels pour le camp islamiste que l’on peut être sur qu’il utilisera tous les moyens et la violence la plus extrême pour ne pas être privé de ce qui une des seules cartes efficaces dont il pourrait disposer.

Désemparés par la perte de toute prise sur le processus qui s’est enclenché, les islamistes n’ont le choix que entre deux solutions : lâcher du lest en se séparant de leur clan le plus extremiste et en sacrifiant  ceux qui se sont disqualifiés aux yeux du pays, mais il est probablement trop tard et les extremistes qui ont peu à peu noyauté les centres de pouvoir et de décision ne se laisseront pas mettre sur la touche sans se battre.. et ils disposent des milices , des services secrets et  de la force armée des gardiens de la Révolution.

Ou bien , ils utiliseront cette opportunité pour écraser par la terreur toute capacité d’opposition et constitueront un régime d’oppression et de terreur impitoyable pire que celui qui existe déjà, et prêt à toutes les folies  que peut  nourrir  le délire collectif fanatique dans lequel ils sont enfoncés.

Le monde à connu, après la folie hitlérienne et les dizaines de millions  de morts qu’elle a entraîné, quelques exemples de  délires meurtriers absurdes qui ont entraîné  des meurtres de masse inouïs, la palme revenant sans doute aux Khmers rouges  avec lesquels le port d’une paire de lunettes suffisait à équivaloir à une condamnation à mort.

La folie qui s’est emparée d’une partie du monde musulman, décidé à soumettre la société et le monde à ses croyances et à les imposer par la force  si la conviction ne suffit pas, est porteuse du plus grave danger qui menace l’humanité depuis la défaite de la dernière idéologie qui visait elle aussi à s’imposer au monde entier: celle du communisme , qui n’a laissé derrière elle que des  affairistes cyniques et des pays  dont l’étoffe sociale a été rongée par la peur , le mensonge et la délation.

L’échéance qui approche sera capitale: ou bien  la seule tentative aboutie de prise du pouvoir par les islamistes sera vomie par ceux qui l’ont portée à ses débuts et depuis une génération, ou bien elle obtiendra une position d’inexpugnabilité d’où elle menacera sans relâche la paix et la liberté dans le monde entier.

L’islamisme est le totalitarisme du XXI ème siècle

novembre 16, 2009

Le vingtième siècle a vu l’apparition des deux grands totalitarismes qui ont produit l’enrégimentement des masses dans des systèmes qui contrôlaient tous les secteurs de leur existence, faisaient régner la terreur sur leurs populations, imposaient un système de pensée officiel auquel il n’était pas possible de s’opposer ouvertement, et visaient la conquête du monde entier par l’usage de la violence politique et militaire et la suppression de toute pensée et activité dissidente.

L’un et l’autre ont causé une masse de souffrances humaines inouïes, en s’appuyant sur la terreur, mais aussi sur la foi aveugle de millions de militants, prêts à tous les sacrifices pour réaliser le monde présenté comme idéal par  leur système de pensée,  leurrés par une propagande  cyniquement mensongère, mais misant sur l’effet de répétition et sur l’écrasement de toute information véridique par le moyen  du contrôle de tous les médias.

Ces deux systèmes, le système nazi et le système communiste, ont eu en commun le mépris pour les systèmes démocratiques, l’endoctrinement systématique de la jeunesse dès le plus jeune âge, l’instauration de systèmes de surveillance utilisant toute la puissance de l’Etat pour traquer  les opposants,.

Le premier n’a été vaincu que par l’union de toutes les puissances démocratiques, dans une lutte sans merci, et une guerre mondiale qui a laissé l’ Europe en ruines  et qui est passée près d’une défaite mortelle pour l’humanité.

Le second ne s’est écroulé, après 70 ans de souffrances pour les peuples, que par une déroute économique  liée à  l’aberration de son propre système, après avoir mené le monde au bord de l’affrontement nucléaire à plusieurs reprises.

Ni l’un ni l’autre n’ont cédé à une opposition venue de leurs propre monde. Ce n’est que la défaite de leurs forces dans le combat, militaire ou économique, avec les démocraties liguées contre eux qui a permis aux oppositions  de les terrasser et de reprendre une existence dans ces pays.

Les deux systèmes se sont constitués autour d’une idéologie centrée sur une valeur fondamentale, qui devait prendre le pas sur toutes les autres et annuler toute autre valeur que elle  même:

-la race, dans le système nazi, conduisant à l’élimination des autres races, et des valeurs humaines contradictoires avec  l’idée de privilégier une race au détriment de toutes les autres.

-La classe sociale, dans le système communiste, avec la négation de toute valeur autre que celle utile à la classe du peuple, puis au parti prétendant la représenter.

Dans les deux cas,  la subordination de toutes les valeurs à une seule aboutit de fait à la suppression de  toute valeur, puisque la « valeur » mise en exergue n’en est pas une réellement, puisque elle se réduit à la défense des intérêts d’un groupe qui pour prendre le pouvoir  annule tout l’édifice  de ce qui l’ a précédé pour reformuler les droits et les devoirs en fonction de ce qui permet son maintien   sans vergogne. Morale, éducation, justice,  culture, institutions politiques, tout devient seulement une arme pour perenniser la prise de pouvoir par un groupe et l’omniprésence des idées qu’il soutient. en même temps que la haine pour les idées divergentes est encouragée dans les masses.

Les deux systèmes ont eu en commun cette mise sous tutelle de la totalité des  pouvoirs et l’utilisation de tous les leviers sociaux et politiques dans un seul but: promouvoir  une seule pensée de la vie des humains et détruire toute idée concurrente.

Ce qui caractérise donc ces systèmes totalisants, c’est la conjonction de ces deux facteurs: une prise de pouvoir qui est suivie de mesures empêchant par la violence, légale et illégale, tout retour à l’état antérieur , et le développement d’un système de pensée    à la fois  effaçant les systèmes de valeurs opposés et  antérieurs,  se proposant comme un système de vie global, régissant toute la hiérarchie des valeurs en les réduisant à  une seule ( le dévouement au guide ou au parti, en dernier recours), supprimant avant tout l’idée qu’il peut y avoir des valeurs diverses entre lesquelles les individus ont la capacité de choisir, ce qui fonde leur liberté, leur responsabilité et donc leur dignité.

L’islamisme, c’est à dire le courant d’idées qui veut obtenir le pouvoir politique pour les représentants de la religion et donner tout le pouvoir politique aux chefs religieux dans le monde arabo- musulman réunit les caractères du totalitarisme  qui s’est imposé  dans une partie du monde au 20 ème siècle.

Sur le plan politique, l’ Iran, modèle de la révolution islamique , est un état ou règne la terreur politique, la persécution et la torture des opposants, et à l’extérieur, une politique expansionniste appuyée sur  le soutien à des mouvements terroristes en attendant le chantage à l’arme nucléaire. Les dernières élections présidentielles ont fourni la preuve de la volonté d’éradiquer, par tous les moyens (fraude électorale, terreur physique, procès faits aux opposants) toute ligne politique divergente de la théocratie absolue défendue par le noyau dirigeant;

Sur le plan idéologique, l’Islam, dans sa version exclusivement chiite, et sur le mode intégriste , est instauré en système de pensée unique , dans une intolérance totale à toute pensée dissidente. La vision de la religion qui est développée n’est pas celle de  quelques points de repères dans l’existence, en particulier sur le plan moral, mais celle d’un code impératif réglant tous les  domaines de l’existence  et interdisant le jugement personnel, puisque ce sont les autorités religieuses qui sont dépositaires de l’interprétation du texte sacré. Tous les secteurs de la vie collective et privée sont soumis à un seul impératif:  la conformité avec le texte source , tous ceux  de la  relation aux autres nations  ramenés au projet d’extension de l’Islam et de sa puissance dans le monde.

Ce qui a permis au christianisme d’échapper au contrôle omnipotent des esprits et de sortir de l’époque  de l’Inquisition, cela a été la lutte constante du pouvoir politique aux différentes époques pour circonscrire le pouvoir de l’Eglise et ne pas lui donner les moyens de l’Etat en plus de sa puissance d’influence sur les esprits. C’est ce qui a abouti, à la suite de longues luttes, à la séparation de l’Eglise et de l’Etat, élément fondamental de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs qui sont la principale garantie des libertés face à la pente naturelle du pouvoir de se renforcer et d’utiliser ses moyens supérieurs à tous ceux de la société civile pour s’exercer sans limite.

L’inexistence dans la pensée islamique d’une telle division, conçue comme blasphématoire puisque fondant ailleurs que dans la parole divine une institution, quelle qu’elle soit, place la pensée politique islamique sous le signe du règne de l' »Un ». Toute remise en question d’un écrit coranique est une critique de Dieu, qui a « inspiré » ces textes et est donc une faute suprême. La démocratie, en donnant la souveraineté au peuple plutôt qu’à Dieu, est aussi un système mécréant. Le monde est divisé en deux camps: celui de Dieu, et de ceux qui se soumettent totalement à sers volontés exprimées par les dignitaires religieux, et celui de ses ennemis qui ne méritent aucune pitié.

On retrouve la dénégation de toute valeur humaine à ceux qui ne partagent pas la foi de ces croyants, comme dans le nazisme la dénégation du caractère humain des juifs et dans le communisme l’absence de droits accordés aux soi-disants ennemis de classe ou ennemis du Parti.

De la même façon que les systèmes nazi et marxistes ont réussi à entraîner des masses énormes, à l’échelle d’un pays pour le nazisme et du monde entier pour le communisme,  en se présentant comme une révolution dans les valeurs, et en apportant à la fois l’idée d’une revanche ( pour le peuple allemand d’un côté, pour les masses  misérables de l’autre) et  le rêve d’une humanité sortie de ses contradictions: le rêve de « purification  » et d’unité par l’anéantissement de l’altérité des nazis, le rêve d’une humanité ayant dépassé les conflits d’intérêts et de classe dans la « société sans classe » du communisme , l’Islamisme  prolifère sur le fond de rancoeur et et d’humiliation des masses  musulmanes et promet une société délivrée de la pensée du variable et du choix subjectif  par l’obéissance à Dieu.

Car la religion possède deux facettes: celle d’une boussole morale pour les masses qui ne peuvent par elles mêmes répondre aux questions sur le sens de l’existence et les principes sur lesquels fonder ses choix existentiels, et qui peuvent trouver dans les grands mythes religieux l’affirmation de principes humains qui permettent de ne pas vivre simplement au jour le jour de ses appétits et de ses besoins immédiats;

Celle d’un système qui au lieu de permettre de penser les interrogations humaines, se propose comme la réponse à toutes les questions et qui interdit de poser d’autres questions que celles qu’elle formule ou d’y répondre autrement. Elle devient alors au contraire un outil d’évitement de la pensée, et fournit un recueil de questions -réponses dont il est interdit de sortir, formule qui convient très bien à de très nombreux esprits non formés à la réflexion indépendante, et qui nourrissent même une sourde hostilité vis à vis de cette liberté qui leur échappe.

C’est la raison du succès planétaire des grandes idéologies qui se présentent comme fournissant un système de réponses cohérent, impressionnant par  la dimension monumentale et par l’unification  de la vision du monde qu’il promet, et faisant rapidement oublier les éléments contradictoires qu’il a écartés dans la phase initiale de sa construction.

Ces idéologies, plutôt dévaluées dans le monde occidental qui a payé le prix pour savoir quel danger elles recèlent, possèdent encore un pouvoir d’attraction dans le monde arabo-musulman, à la recherche d’idées  susceptibles de fournir un étayage à un désir de puissance frustré et  à un besoin de valorisation identitaire qui passe par tout ce qui peut nier  l’influence culturelle occidentale.

L’intégrisme religieux, qui est une réaction de déni  et de recul face à la rapidité d’évolution et de transformation du monde, à laquelle s’oppose la fixité du dogme et du texte sacré, progresse partout en réaction à l’accélération des changements dans les modes de vie sociaux, particulièrement dans les sociétés traditionnelles, rurales ou  paléo industrielles, dont les populations ne sont pas armées pour s’adapter aux mutations.

C’est le cas du monde arabo-musulman, qui a manqué le train de la modernité , au moins intellectuelle , et qui choisit d’accentuer le côté traditionnel plutôt que de tenter de trouver les réponses suscitées par les bouleversements sociaux et économiques du monde actuel.

Ce déni de la réalité est dangereux car il pousse ses acteurs à s’enfermer de plus en plus dans leur monde anachronique et à agresser ceux dont l’existence est un démenti à leur  aveuglement volontaire. Surtout, les régimes totalitaires peuvent se contenter de n’entraîner qu’une minorité de leurs populations si les autres sont suffisamment terrorisés par la répression pour ne pas exprimer leurs désaccords et se résigner à laisser le champ libre à la violence de ceux qui les gouvernent, pourvu qu’on les laisse en paix, ce qui en général ne dure  pas.

La fuite en avant du régime totalitaire, qui est menacé par la porosité des barrières mises au contact avec les sociétés libres, et qui a besoin du mouvement perpétuel pour ne pas être miné par  l’infiltration du progrès mental venu de l’extérieur, comporte un danger constant d’escalade et de jusqu’auboutisme,  dernier recours pour mobiliser et embrigader les masses qui peuvent lui échapper .

Le fanatisme  généré par l’idée de valeur unique  et de sacrifice  comme signification suprême de l’existence  constitue un élément d’irrationnel qui doit être pesé dans l’évaluation des stratégies de lutte contre ces ennemis mortels des libertés.

Le choix fait par une partie des masses musulmanes de tourner le dos à la liberté et de se murer volontairement, comme le symbolise parfaitement le voile islamique, dans un monde hors du temps, par désespoir  de réussir à trouver une place valorisée dans le monde moderne , et par refus d’accepter de prendre acte du retard moral et intellectuel accumulé par rapport au monde occidental, mais par rapport aux autres cultures aussi, les jette dans les bras du parti de l’obscurantisme, de la haine, et de la soumission aveugle au refus de la pensée.

C’est  ce qui crée la situation de montée de l’extrêmisme qui évoque la situation de montée des fascismes dans l’entre deux guerres en Europe. L’absence de classe intellectuelle dans le monde islamique, hormis les cadres religieux gardiens du dogme , empêche que  une autre voix se fasse entendre pour proposer au monde arabe une autre issue que  succomber à ses propres démons.

Tous les intégrismes religieux et politiques, par leur vision littéraliste du monde ramenée à une vérité unique, résumée à un texte, sont des ennemis de la liberté de penser , et à terme, de s’exprimer. Mais quand s’y adjoint la prise de possesion de tous les leviers de pouvoir et d’information et la terreur politique , on entre dans le monde de l’horreur et du crime de masse, qui est l’aboutissement inévitable du totalitarisme.

Terreur politique en Iran: est ce le début de la fin?

juin 29, 2009

La férocité de la répression, destinée à terroriser les opposants, qui se développe en Iran, par le biais des meurtres de manifestants, des emprisonnements, tortures et disparitions, indique àla fois le durcissement du régime  et l’incapacité ou il se trouve de maintenir les leurres démocratiques qu’il a essayé de développer pour ne pas affronter directement le peuple iranien.

Mais pour ,la première fois, l’écart entre la visée théocratique du régime,qui vise le contrôle total du politique par le religieux, et l’attente démocratique de la population, qui accepte le statut privilégié de la religion, mais pas son pouvoir exclusif de tout pouvoir populaire s’est manifesté de façon incontestable au cours de l’élection présidentielle.

Pour la première fois depuis la révolution iranienne, les religieux, qui pratiquaient l’ambiguité et le maquillage  de leurs objectifs, ont montré, alors que l’adhésion à la République islamique n’était pas en jeu, que la République était une fiction, et que ils étaient prêts à la jeter par dessus bord pour plonger dans une théocratie à l’état pur, c’est à dire un système ou le fondement de tout le pouvoir  était le clergé, et ou le peuple n’était souverain en rien.

Les menaces tout à fait explicites qu’ils ont adressées aux partis d’opposition (très limitée) ont montré que, au delà du trucage des élections, il n’était tout simplement pas question que la moindre opposition existe, dans le champ  politique, aux représentants  directs de l’autorité religieuse. C’est la loi du silence qui s’impose, par la force brutale de la police politique et de ses auxiliaires miliciens – qui faisaient régner l’ordre dans la rue par le meurtre et l’intimidation, de la même façon que les milices fascistes (SA,Chemises Noires) le faisaient à l’époque de la montée en puissance des fascismes européens. Cette étape évoque en effet l’époque ou les fascismes européens, ayant conquis l’ appareil d’état par les urnes et la défaillance des systèmes démocratiques,décidèrent de passer à la phase suivante de la conquête du pouvoir, celle de l’éradication de toute opposition de façon à écarter la possibilité même d’une alternative à leur régime. Cela s’était fait avec les mêmes modalités: la complicité de l’appareil policier et judiciaire progressivement noyauté par les membres des partis fascistes et leur action conjointe avec la violence extralégale des troupes de choc, appuyées sur la bienveillance policière,  et assurées de l’impunité dans leurs actions de terreur contre l’opposition.

Les parallèles sont nombreux entre l’arrogance folle des nazis et celle des dirigeants iraniens, qui insultent et provoquent le monde entier, et commencent à agiter la menace de reprendre leurs pratiques de chantage aux otages d’il y a 20 ans, en menaçant l’ambassade britannique et en essayant d’obtenir des gages politiques par l’intimidation.

Le fait qu’ils mènent cette politique d’intimidation avec seulement quelques diplomates potentiellement prenables en otages   fait froid dans le dos quand on pense à ce qu’ils pourraient exiger s’ils avaient la bombe.

Ce qui est essentiel dans le tournant qui vient de s’opérer, c’est que l’incertitude qui planait sur la volonté du régime, et à vrai dire, la dualité d’interprétation qui existait quand à  son fondement: politique essentiellement religieuse, ou politique essentiellement nationaliste, cette incertitude commence à se dissiper. Le but et le fondement  du système est avant tout religieux, c’est à dire idéologique.

Le système n’est pas la continuation sous la forme religieuse, de l’ambition de puissance de l’Iran. Son ambition est « au service de Dieu ». Il est prêt à utiliser la force des sentiments nationalistes, mais bien que limité à un pays  ( et à ses séides du Hezbollah et  du chiisme irakien), il est transnational.

En cela il se rapproche des talibans, et on peut dire que c’est une version chiite, bien sur, mais localisée, du fondamentalisme terroriste de Al Khaida, même si, pour des raisons religieuses et stratégiques, l’ antagonisme est très fort entre ces deux pôles de l’islamisme extrême.

C’est pourquoi l’air de « respectabilité » donné à ces extrêmistes par la gestion d’un grand état ne doit pas tromper. Il n’ y a pas une énorme différence entre laisser la bombe à l’Iran et la laisser à Al Khaida. L’Iran est plus facile à identifier comme éventuel origine d’une action nucléaire, mais il a par contre le bouclier humain de dizaines de millions d’innocents et les moyens   de nuisance internationale que n’ a pas Al Khaida, ne serait ce que à cause de sa puissance pétrolière et de ses moyens de provoquer une crise mondiale qui serait évidemment encore plus dommageable dans la période de crise générale ectuelle.

La question reste donc toujours ouverte: que faire si l’Iran ne dévie pas de sa route vers la bombe. Quels sont les moyens de le stopper?

Le régime théocratico terroriste iranien a montré son vrai visage

juin 26, 2009

Le trucage électoral massif suivi  de l’entreprise de terrorisation de la population quand elle tente de protester a montré quelle est la réalité du pouvoir iranien actuel: un clan extrêmiste, décidé à employer tous les moyens et principalement la terreur,  a écarté les éléments modérés, qui  croyaient que les 20 % de démocratie tolérés  comme caution démocratique à  côté des 80 % de dictature politique allaient permettre l’ existence d’une contestation de la ligne dure  représentée par Ahmadinejad.

Le pouvoir a dû jeter le masque et le « guide suprême » a été obligé de se montrer au grand jour comme le véritable inspirateur de cette ligne dure,  alors qu’il était camouflé en élément maintenant  un équilibre entre plusieurs tendances dont il pouvait jouer alternativement.

Ahmadinejad  est apparu sans plus aucune ambigüité comme le candidat  du » guide suprême » chargé d’une mission décisive: l’accès de l’Iran à l’arme nucléaire. C’est certes un affaiblissement du régime qui  pouvait, en faisant semblant de laisser un peu d’air aux couches modernistes (bourgeoisie, jeunes, intellectuels) laisser planer le doute sur sa nature profonde et  faire croire en une sorte de légitimité au moins « par défaut » ou par abstention.

Ce dévoilement le révèle tel qu’il est : une dictature terroriste qui a confisqué le pouvoir au profit des forces les plus rétrogrades de la société: garde prétorienne des « Gardiens de la Révolution,milices de nervis des « Bassidj », chargés de terroriser les manifestants par les meurtres de manifestants au couteau, au pistolet, ou à la matraque, police politique pratiquant des rafles débouchant sur emprisonnements, tortures et disparitions, menaces adressées à toutes les forces politiques dissidentes d’avec la ligne de confrontation avec l’Occident.

En même temps, l’espace politique des dirigeants iraniens s’est brusquement rétréci, par la coupure irrémédiable avec le peuple iranien qui a compris que ces gens ne le représentaient pas et voulaient engager leur pays sur une voie qui n’était pas celle de l’intérêt collectif, mais celle de la surenchère nécessaire à la survie politique du petit clan extrêmiste qui en a pris le contrôle.

Le pouvoir garde une assise dans certaines franges de la population (couches deshéritées flattées par le discours de Ahmadinejad,hiérarchie religieuse  intéressée au maintien de son pouvoir et de ses trafics économiques,intégristes religieux et troupes de choc du régime, mais il s’est clairement coupé de la majorité du pays, celle qui s’est sentie volée de son vote, et qui ne croit plus un mot des discours officiels.

En même temps, le régime s’est d’emblée disqualifié aux yeux de tous les Occidentaux, et cette disqualification va jouer un grand rôle dans la négociation qui doit s’engager avec les Etats Unis. Obama va devoir tenir compte de ce que  c’est la ligne extrêmiste  qui est la seule à être son interlocutrice, comme le montrent les rodomontades renouvelées de Ahmadinejad qui demande maintenant aux  Etats Unis de « s’excuser » d’avoir « voulu intervenir dans l’élection présidentielle iranienne ». Quel crédit accorder à ce tricheur électoral et à ce sinistre pitre.

C’est un soulagement partiel pour Israël que les Américains soient d’emblée désillusionnés sur leurs interlocuteurs, et qu’ils soient prévenus  quant au danger que représentent pour la paix l’extrêmisme, en rien atténué par le temps, de ceux qu’ils ont en face d’eux.

S’ il apparaît clair que la bombe reste l’objectif  fondamental des Iraniens, les manoeuvres dilatoires qu’ils utiliseront ne tromperont pas les Américains, et l’on se trouvera rapidement ramené à l’équation de départ: comment empêcher ces gens fondamentalement dangereux  pour la paix et la sécurité du monde de nuire. Peut on vraiment  parler avec des fanatiques religieux un autre langage que celui de la force ?

Quels sont les moyens de faire s’écrouler un régime fascisant, qui ne reculera devant aucune violence ni aucune escalade ( y compris un embrasement régional) pour assurer sa survie. Il est tout à fait possible que le clan Ahmadinejad mise sur un affrontement anti occidental pour susciter un réflexe nationaliste qui  solidariserait la population avec un régime qu’elle commence à vomir.

DURBAN2: L’ANTISEMITE NEGATIONNISTE AHMADINEJAD PROVOQUE LE MONDE CIVILISE A LA TRIBUNE DE L’ONU

avril 21, 2009

Comme  on pouvait s »y attendre,  et comme à l’habitude, le président de la République Islamique d’Iran a profité de la tribune que lui offrait l’Onu pour éructer son  discours de haine et d’incitation  à l’agression contre l’Etat d’Israël, avec le soutien des états islamiques et des dictatures les plus grossières du monde.

Le monde de l’ ONU est bien un monde loufoque où la commission des libertés est dirigée par  la Lybie de Khadafi, assistée par le Vénézuela de Chavez et Cuba de Castro, tous  respectueux des libertés comme chacun sait, et où  la Conférence sur le racisme confirme  la puissance des états les plus racistes(racismes anti-femmes, anti juifs, anti homosexuels), et désireux de faire adopter des résolutions empêchant la liberté de pensée (sous prétexte de lois « anti blasphème ») permettant de réduire au silence toute  contestation de leur prosélytisme ou de la mainmise des religieux sur leurs états ou leurs communautés.

Ceci confirme l’alliance de fait des dictatures politiques, jusqu »aux plus barbares, isolées face au monde libre, et des régimes  plus ou moins islamiques d’Afrique et du Moyen Orient  qui  refusent les Droits de l’Homme présentés comme , comble du paradoxe, une insupportable marque d’impérialisme de la part des anciennes puissances coloniales, alibi démagogique à tous les obscurantismes, toutes les violences, et toutes les atteintes aux droits élémentaires.

L’ONU  donne ainsi  une représentation de l’état du monde actuel dans lequel les régimes les plus infâmes non seulement ne font plus profil bas, mais au contraire se permettent le luxe de ridiculiser les états libres, devenus numériquement minoritaires, et de développer leurs discours de haine et de barbarie  avec l’aplomb de gangsters narguant les policiers qui ne peuvent pas les attrapper.

Mais le côté le plus inquiétant de tout cela, c’est le sentiment d’impuissance des démocraties face à l’impudence des dictatures, fortes de leur contrôle sur leurs populations et de leurs richesses économiques, et la gangrène des institutions internationales qui s’ensuit, par le détournement de leur esprit et le cynisme de leur utilisation.

On ne peut pas s’empêcher d’établir un parallèle avec l’entre deux guerres, à l’époque où la faiblesse des démocraties avait laissé le champ libre aux fascismes européens qui avaient manifesté le même mépris des libertés,la même arrogance provocatrice convaincue que les démocraties plieraient devant la force brute, la même absence de scrupules meurtrière et la même démagogie effrénée que les régimes islamiques actuels.

Mais surtout, c’est l’Iran qui constitue la source d’inquiétude maximale. Sa volonté inexorable d’établir son hégémonie sur la région en unissant les extrêmismes sunnites et chiites, sa marche déterminée vers la possession de la bombe qui lui permettrait de tenir sous la menace, renforcée par sa progression dans la possession de vecteurs balistiques pour les armes nucléaires, les pays de la région et même les pays  Européens, ses menaces sans cesse réitérées de destruction de l’Etat d’Israêl, en font l’équivalent de l’Allemagne nazie dans les années 30-40. Comme celle -ci s »était appuyée sur le ressentiment des Allemands écrasés par le Pacte de Versailles, l’Iran développe un discours flattant  un désir de revanche propre à mobiliser le monde musulman enfermé dans son refus de la modernité et son sentiment de frustration et d’échec, en lui fournissant le bouc émissaire propre à le déculpabiliser et à libérer toutes les pulsions de haine: Israël. Comme l’Allemagne nazie, l’Iran manipule en sous main les communautés chiites ainsi que les Allemands l’avaient fait avec les communautés germanophones en  Europe,  et exaspère les conflits  pour étendre son influence. De la même manière que Hitler, elle crée  un régime de terreur qui éradique toute opposition au régime et ne laisse de marge de manoeuvre que à l’intérieur du système, développe unsystéme politique ou le pouvoir religieux, comme le Part nazi ou le pouvoir bolchevique,  double et contrôle à tous les étages les instances légales politiques, sous la férule du « Guide Suprême », titre très semblable à celui de « Fuhrer », même si il n’y a pas la part de dévotion fanatique obligatoire à sa personne qui existait dans le nazisme. Mais plus profondément encore, pour justifier le régime auprès de la population, la République Islamique propose à son peuple la promesse de satisfaire son besoin de puissance, dans la démarche propre à de nombreuses dictatures, qui échangent le renoncement du peuple à la liberté contre l’ivresse du sentiment de puissance collective tirée  de l’arrogance internationale et de la politique de force pratiquée sur les peuples adjacents. La logorrhée arrogante et provocatrice de Ahmadinejad répond très profondément à ce désir de puissance frustré du monde arabe, qu’il cherche à séduire, comme à celui du peuple iranien lui-rmême. C’est toujours trop tard que les peuples comprennent le prix qu’ils ont à payer pour cette stratégie de l’arrogance et du mépris. Surtout, ce que l’Histoire a montré, c’est que le plus souvent, ces démagogues, entraînés par leur propres discours et leurs premiers succès, finissent par y croire eux mêmes -comme Hitler_ et entraînent avec eux  dans la catastrophe leurs pays tout entier, après la phase de réussite initiale.

En même temps, comme ils baillonnent tout discours critique, à aucun moment ils ne peuvent entendre quoi que ce soit qui remette en question leurs choix, car toute critique est immédiatement assimilée à une trahison. Au fond, les petites dictatures modestes qui ne gênent personne sauf leur propre peuple, peuvent survivre longtemps,comme les dictatures nord coréenne ou cubaine. Mais dès que elle sont prises de mégalomanie, ce qui est une pente très fréquente, le compte à rebours de leur existence commence.

La différence entre l’Allemagne nazie et l’Iran, c’est que l’Allemagne était une puissance industrielle,technique, économique, et militaire énorme, et que  son erreur a été de vouloir s’attaquer à toutes les puissances mondiales ,y compris au super grand qu’étaient déja les Etats Unis. L’Iran n’est qu’un pays retardé  technologiquement ,en proie à des difficultés économiques majeures malgré ses ressouces énergétiques , militairement archaîque, et dont l’importance est surtout liée à sa capacité de nuisance, plus qu’à une puissance  réelle. Les Iraniens joueront ils à la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf, ou sauront ils s’arrêter à temps? La stratégie de la guerre asymétrique pourra t elle s’appliquer à un Etat et non à une guérilla? La stratégie de la dissuasion du faible au fort, base de la stratégie nucléaire française pourra -t-elle s’appliquer à l’Iran, et les Etats -Unis laisseront ils se développer une telle menace sur leurs intérêts stratégiques. Nous le verront dans le cours de l’année qui vient, car là aussi, le compte à rebours a commencé.

Le monde civilisé retient son souffle.

Suspense en Israël à la veille des élections du 10 février

février 7, 2009

A l’avant veille des élections, le suspense est très grand  quant à l’issue de cette confrontation. La presse est unanime à diagnostiquer une droitisation de la population, et les sondages sont  aussi homogènes à constater que Netanyahou est en tête actuellement, et que le parti d’extrême droite de Avigdor Lieberman va effectuer une percée qui va le faire passer largement devant le parti travailliste.

Cependant, les jeux ne sont pas faits pour plusieurs raisons. D’abord, Tzipi Livni a réduit l’écart qui la sépare de Netanyahou, qui n’est plus, d’après le dernier sondage (6 février) que  de 27 sièges au Likoud contre 25 sièges pour Kadima. De plus, une part importante de l’électorat semble ne pas avoir fait son choix et se déterminera au dernier moment, et les électeurs de Kadima paraissent plus que ceux du Likoud sûrs de leurs choix. Enfin Netanyahou est inquiet de la progression de Israël Beiteinou, le parti de Lieberman, qui se développe au détriment de son propre électorat.

D’autre part , l’insuffisance de la base électorale de chacun des principaux partis les contraint à des alliances électorales pour avoir la majorité. Or, si le bloc des droites,qui trouve sa base dans le refus d’une reconnaissance d’un état palestinien qui disposerait d’une partie de Jerusalem comme capitale, est nettement plus nombreux que celui de l’alliance du centre et des gauches, il y a des contradictions internes dans ce bloc qui peuvent lui poser de sérieux problèmes.

Lieberman pourrait ne pas trouver de poste satisfaisant dans un cabinet dirigé par Netanyahou, et il est très opposé aux  pouvoirs exhorbitants accordés aux religieux, comme une part importante de son électorat russophone.

Netanyahou, qui représente une droite qui craint d’être l’otage des extrêmistes, a annoncé sa volonté de former un cabinet d’union nationale ou Barak aurait vraisemblablement le minstère de la défense.

Livni annonce aussi sa volonté de faire un gouvernement d’union nationale, dont elle dit que il pourrait être plus ouvert (à droite) que ne le serait à gauche celui de Netanyahou.

Il existe donc une marge d’incertitude, qui va dépendre en partie des votes « tactiques » des électeurs qui voudront contraindre les « grands »  partis à certaines alliances.

Deux  conséquences fondamentales vont découler de ces choix.La principale sera liée au processus de négociation avec les palestiniens: si la droite passe, le processus sera gelé- quelque soient les  astuces verbales qui seront utilisées pour le masquer, ce qui aura pour conséquence immédiate la disqualification des tentatives palestiniennes pour faire exister un état palestinien côte à côte avec l’ état Israélien, avec pour effet instantané l’effondrement du Fatah, la prise de contrôle de la population palestinienne par le Hamas islamiste, terroriste, et agent direct de l’Iran, l’annulation de la reconnaissance d’Israël par les palestiniens et leur revendication d’un état unique en Palestine. En même temps cela isolera Israël de ses alliés américains et européens , et le rendra encore plus fragile face aux nouveaux soutiens des musulmans que seront les Chinois et les Russes, par intérêt géostratégique.

La seconde conséquence risque d’être, si la droite contraint Kadima à se retrouver dans l’opposition, l’éclatement de cette formation et le retour au bipartisme traditionnel en Israël, avec le manichéisme qui s’ensuit, et le risque de rupture de l’unité du pays.

L’incertitude qui règne encore sur les conclusions de la guerre de Gaza, et en particulier le fait que les bombardements continuent, même si c’est de façon extrêmement réduite, a entamé le crédit des membres du gouvernement. Le sentiment le plus répandu dans la population israélienne, en dehors du soutien presque unanime à cette guerre, est que il y avait une possibilité d’aller beaucoup plus loin dans l’écrasement du Hamas, et que le gouvernement s’est arrêté juste avant de franchir ce pas, par manque de détermination.

C’est  ce sentiment qui fait le lit de l’extrême droite et de sa progression, les considérations de sécurité passant avant toutes les autres dans l’esprit des Israéliens. L’augmentation de la pression iranienne, avec le lancement réussi de leur satellite, et la décision russe de mettre en route le réacteur qu’ils  fournissent à l’Iran avant la fin de l’année, accroît encore l’impact du facteur sécuritaire dans les choix de la population israélienne. L’annonce par Netanyahou « qu’il ne laissera pas l’Iran acquérir la capacité nucléaire « peut être aussi inquiétante que rassurante pour ceux qui voient l’avenir s’assombrir dans la région.

Israël arrive à la croisée des chemins, et les Israéliens, habitués à ausculter tous les signes de danger  dans leur environnement, feront certainement peser ce facteur dans leur décision d’après-demain.

Par la propagande et par les armes les mouvements islamistes à la conquête du pouvoir total dans le monde musulman

janvier 25, 2009

L’année 2009 commencée par l’affrontement militaire entre l’armée israélienne et le mouvement islamiste Hamas, va se poursuivre par la tentative de négociation entre les Etats Unis de Barack Obama et l’Iran, dont l’enjeu sera la guerre ou la paix dans la région et peut être dans une grande partie du monde.

Comprendre la signification de l’apparition sur la scène politique mondiale de ces nouveaux acteurs que sont les mouvements islamistes, dans les pays musulmans ou dans les populations musulmanes des pays non musulmans est essentiel pour ne pas se tromper dans l’évaluation des dangers  et dans l’élaboration des stratégies pour les contenir ou pour les vaincre.

Ceci nécessite d’éclaircir les liens qui existent entre les idéologies qui ont entraîné les masses derrière ces mouvements et les masses elles-mêmes. Or, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la force d’entraînement des idéologies n’est pas due à leur apparence plus ou moins véridique, même si chacune se flatte d’être l’incarnation d’une vérité. C’est la satisfaction des désirs humains , des besoins insatisfaits et des passions qu’elles promettent, et qu’elles réalisent dans la lutte pour la suprématie qui est leur visée.

Ainsi, ce qui a fait le succès de  l’idéologie nazie, auprès du peuple allemand, c’était non pas la cohérence des théories raciales, inexistante, mais le désir de revanche après la défaite de 1918, l’envie de se sentir supérieur aux peuples voisins, la mégalomanie flattée dans tous les domaines, la possibilité de jeter aux orties toutes les contraintes de la morale, le rêve d’une domination sans frein sur les autres.

De même, l’idéologie communiste a entraîné l’adhésion de masses immenses par la promesse d’un renversement des places sociales, dans lequel ouvriers et paysans devenaient les figures les plus valables dans l’échelle sociale, entrepreneurs et intellectuels étant réduits à des statuts  inférieurs, quand ce n’était pas de victimes expiatoires.

En ce qui concerne les masses musulmanes de notre époque, le sentiment de plus en plus répandu actuellement semble être le ressentiment tourné contre le reste du monde, le monde occidental en particulier. Ce ressentiment est lié à la conscience d’un fossé qui va en s’élargissant entre le bien être (relatif) des sociétés démocratiques et la conscience, rendue plus aigüe par la mondialisation médiatique, de la stagnation désespérante des pays musulmans, de la paralysie sociale de ces états quand ce n’est pas leur enfoncement progressif dans la misère. Partout, les mêmes images de misère, de chômage, d’exil perçu comme la seule issue, de corruption, de dictatures.  L’Algérie, 45 ans après son accession à l’indépendance, est contrôlée par un parti unique qui n’est que le masque de la corruption , des trafics, des malversations et des incompétences, d’un système pourri jusqu’à la moelle et qui n’ a pas su produire le développement rendu possible par les immenses ressources naturelles du pays. L’Egypte, pays d’une civilisation splendide vieille de 5000 ans, est la victime d’émeutes de la faim qui montrent son état de délabrement social et économique. Le Pakistan étouffe sous la masse des miséreux, etc..

Partout, dans ces pays, le sentiment d’être les descendants d’une culture brillante, les héritiers d’empires puissants qui ont dominé une partie du monde, à une époque reculée il est vrai, s’accompagne d’un vécu d’humiliation, proportionnel à l’exacerbation d’ un orgueil collectif réactionnel,  lié à cette origine glorieuse, et aboutit à une rancoeur qui vire de plus en plus  au désir de revanche et à la haine. Les régimes politiques qui portent la responsabilité (avec les peuples qui les maintiennent au pouvoir) de cet échec à  s’ajuster au monde tel qu’il est , encouragent cette déviation  de l’insatisfaction des peuples sur des boucs émissaires, l’Occident globalement, les USA et Israël en particulier.

Comme du côté Occidental  une partie de la population, embourbée dans les vestiges de culpabilité liés à l’époque du colonialisme, fait chorus avec ces thèses victimaires et renforce ce discours projectif,et comme les intellectuels indépendants sont quasi inexistants dans le monde musulman, le discours se développe et s’auto confirme sans trouver d’obstacles sérieux à sa rhétorique.

L’échec des espoirs liés au socialisme et au nationalisme, qui n’ont résolu aucun des problèmes de ces peuples, quand il ne les ont pas aggravés, aboutit au repli communautaire sur le patrimoine commun de ces peuples, la religion, qui fait d’eux un ensemble de plus d’un milliard d’individus, donnant le sentiment d’une force collective . Celle-ci compense les constats d’échec à prétendre à tous les titres de gloire de l’époque actuelle: importance militaire, économique, scientifique, culturelle, ou le retard se creuse continuellement.

C’est ce désir de puissance frustré, ce sentiment d’être les oubliés de la planète à l’heure ou les anciens pays du tiers monde de l’Asie et d’Amérique Latine montrent comment on peut se sortir du sous développement par le travail et l’intelligence, que les islamistes  exploitent à fond.Ils  exaltent la religion comme identité positive face  à la dévalorisation des identités nationales, flattent la haine latente de ces masses et l’exacerbent, soutenant la seule chose positive que voient en se regardant ces masses déshéritées: leur soumission à un ordre transcendant, qui , lui au moins, est grand. D’où la violence inouïe qui surgit lorsqu’elles se croient attaquées ( ou quand on leur dit qu’elles sont attaquées), dans la dernière chose qui leur reste: la religion, qui est en même temps leur point d’attache à la civilisation, et la seule chose grande dont elles peuvent se revendiquer.

Les islamistes, qui ont peu à peu pris la mesure du levier extraordinaire dont ils disposaient pour activer tous les ressorts émotionnels principaux de ces peuples, en ont tiré les conséquences: ils ont décidé de jouer à fond la carte du ressentiment des masses arabes, pour s’emparer du pouvoir partout ou ils le peuvent, avec une idée très claire dans leur esprit: là où ils s’empareront du pouvoir, ils ne le relâcheront plus. Peu importe les voies, électorales (tout à fait envisageables à certains endroits: en Algérie avec le FIS, à Gaza avec le Hamas, etc.) ou par la force (à Gaza également avec le coup de force militaire du Hamas,etc), une fois au pouvoir, tous les moyens les plus sanglants seront utilisés sans vergogne pour le conserver.

Le discours « intégriste » des islamistes prend ainsi la place d’un discours nationaliste et en est l’équivalent. Partout, il joue la carte de la haine contre « l’étranger » (La terre arabe devient « une terre sainte » que la présence des étrangers » profane », comme on l’a vu pour la présence des troupes américaines en Arabie », et il va de soi que les Juifs aussi profanent la terre palestinienne. Les étrangers sont la cible préférentielle des meurtres d’ Al Khaida, ou des extrémistes pakistanais venus faire un massacre à Bombay.

Tout ce qui est non musulman est suspect, et il y a un projet clairement établi de faire « une chasse gardée » des territoires de religion musulmane, d’éradiquer tout ce qui est autre, les chrétiens, même arabes, en font l’amère expérience à Gaza ou ils sont sous la terreur islamiste, comme en Irak ou même en Turquie.

Les mouvements nationalistes dans les pays musulmans sont de plus en plus coiffés par les islamistes (en Tchétchénie par exemple), plus déterminés, plus extrémistes, et soutenus par les Etats islamistes ou leurs alliés, financièrement et militairement. L’exemple de la Palestine, ou le Fatah perd du terrain, avec le recul de ses composantes marxisantes, face au prestige combattant des islamistes, est inquiétant.

A partir de là, il n’existe pratiquement plus de  voie alternative dans beaucoup de pays musulmans à l’islamisme, pour mobiliser les foules de déshérités. Parallèlement, une partie de la classe moyenne ( petits cadres, diplômés au chômage ,etc.) voit une possibilité d’accéder au pouvoir dans les wagons de l’islamisme, en même temps qu’une idéologie qui lui redonne une importance, comme  en Allemagne, une partie de la bureaucratie s’est ralliée au régime, pour avoir des miettes de pouvoir.

Les religieux, eux, poursuivent un but double.

Le principal est d’encadrer la population et de la conquérir à l’idée de mettre la religion au poste de commandement, en prenant la tête des luttes nationales et sociales, comme les communistes le faisaient avec leurs « courroies de transmission » (syndicats, organisations de masse, mouvements pacifistes). Mais la lutte nationaliste est pour eux un moyen plutôt qu’une fin en soi, même si ils adhèrent parfaitement à ses buts. Une fois au pouvoir, l’expansion de leur puissance (militaire, diplomatique, d’influence) étatique se confond avec le renforcement intérieur de leur emprise sur le pays et là encore, le nationalisme, et la haine de l’autre restent les ressorts qui leurs permettent d’être en phase avec les sentiments de la masse.

On comprend dans ces conditions la politique de l’Iran. Acquérir la bombe leur permettrait de sanctuariser leur Etat religieux, qui tout en régnant par la terreur sur le pays, n’a pas réussi à éradiquer le philo -américanisme d’une partie de la population, ni une sourde opposition aux côtés les plus rétrogrades de l’idéologie du régime. La faiblesse du régime, c’est justement le côté avancé de ce pays, l’existence d’une bourgeoisie émancipée, d’une classe instruite et désireuse de modernité qui courbe la tête sous la répression, mais n’est pas anéantie et sans laquelle, le pays ne peut pas survivre. D’où le désir de conclure éventuellement un pacte avec les Etats Unis pérennisant la situation, qui n’est toujours pas acquise définitivement pour le régime, qui cherche également, en prenant la tête d’une croisade pour la destruction d’Israël, à acquérir un prestige qui le mettrait à l’abri de toute contestation.

La religion est ainsi devenue le vecteur d’un « nationalisme sans nation » avide de revanche, haineux et pousse au crime, tout en prétendant défendre des valeurs humaines.  Comment rétablir une relation de raison avec le monde musulman et le séparer de cet enfoncement dans une paranoia  vers laquelle le poussent  les manipulateurs de l’Islam, comment ne pas le confondre avec cette psychose, ce qui l’y engagerait encore davantage, sans pour autant valider son discours persécuté? C’est toute la question de l’époque actuelle.

L’amalgame est aussi dangereux que la complaisance et la naïveté.