Archive for the ‘Uncategorized’ category

Il y a encore de la place en prison pour les factieux qui sèment la peur et la destruction dans les rues de France.

mars 26, 2019

Macron a franchi le pas cette fois ci et sort enfin des demi mesures ambigues que ses adversaires ont depuis longtemps décrypté. En mettant l’armée en face des émeutiers, il montre la détermination qui manquait cruellement dans les épisodes précédents. Finis les calins et les yeux fermés sur les transgressions ouvertes des lois de la République, les déclarations martiales jamais suivies des actes correspondants, les interdictions de manifester jamais suivies d’effet, les interpellations exceptionnellement suivies de peine de prison, alors que l’arsenal découvert dans les sacs des casseurs montre leurs intentions criminelles.

Au lieu de céder à la pression « humanitaire » de l’Europe et des partis complices des émeutiers qui rêvent qu’on ne leur oppose que des policiers désarmés et à leur merci, les consignes sont d’utiliser les LBD autant que nécessaire et d' »aller au contact ». Miraculeusement, les cortèges qui ont suivi les déclarations de fermeté proférées par l’Exécutif se sont déroulés dans un calme quasi total, il ny a pratiquement pas eu de dégradations comme dans le samedi de folie qui a précédé.

Les émeutiers ont compris que les Français n’accepteraient pas qu’on attaque leurs soldats défendant les bâtiments publics, que ceux qui le feraient seraient considérés comme cherchant la guerre civile et que ils leur retireraient tout soutien.Alors que les casseurs menacaient tout le temps de gravir d’autres marches de l’escalade, c’est le pouvoir qui a (enfin!) décidé de passer à l’escalade de son côté, et les GJ sont restés muets, ne sachant plus que faire ni que dire.

Leur discours de victimisation forcenée n’a abouti que à la caricature de défilé de blessés badigeonnés de mercurochrome, alors que ils attaquaient quotidiennement les forces de police, dans des scènes à la limite du lynchage. Les agitateurs professionnels qui narguaient et insultaientrégulièrement les autorités n’ont convaincu que ceux qui désiraient l’être. Pendant ce temps, les partis extrémistes pensaient retirer les dividendes de cette furie contre l’Etat, et mettent continuellement de l’huile sur le feu en faisant comme si les gilets jaunes étaient vierges de toute culpabilité devant ces violences, auxquelles ils assistent avec ce que dénoncent de plus en plus de témoins, c’est à dire une passivité teintée d’une satisfaction à peine cachée.

Mais la déconsidération fait son chemin et les choses ne vont pas bien se terminer pour les GJ, même si les critiques du régime pour son laxisme ont gagné même le noyau des favorables au début. exaspérés par les tergiversations des autorités.

L’ Armée ne tirera pas sur les manifestants sauf si elle est mise en danger mortel, mais si ceux ci attaquent des soldats dont la consigne est de ne pas utiliser leurs armes mortelles, les agresseurs seront chargés d’une indignité qui ouvrira les portes d’une répression sans pitié.

Le détournement progressif de revendications sociales vers une révolte anarchisante, conduite par des leaders habiles , a fait que l’Etat, trompé par le brouillard des plaintes sociales, a mis du temps à comprendre que une mutation s’était produite dans le mouvement qui lui faisait face, et que l’enjeu était sa propre existence, subtilement mixé avec quelques réclamations sociales cachant le but politique que visaient les leaders factieux.Macron a déjoué avec le grand débat qui répond sur le plan social cet entremêlement qui a désorienté pendant un temps le gouvernement.

Les Français ne veulent plus de la violence qui les a submergé pendant un temps.

Les GJ qui ont pensé un moment qu’il fallait « casser pour être entendus » devraient comprendre que c’est le contraire qui est vrai maintenant: casser er attaquer l’Etat est le meilleur moyen de ne pas être entendu. Les groupuscules qui rêvent du grand soir doivent être écrasés et ramenés à leur vraie dimension: des infimes minorités, qu’on ne peut pas empêcher d’exister, mais qu’on ne doit pas laisser parler à la place des autres.

Quant à la » convergence des luttes », à voir les querelles qui minent les relations des forces de gauche, elle n’est pas pour demain.

Publicités

Mélenchon choisit de ne pas condamner l’antisémitisme mêlé aux GJ , attestant son glissement vers un populisme sans barrières morales

février 18, 2019

Il fallait le faire! Au moment ou un mouvement national de protestation contre la poussée de l’antisémitisme se développe, et alors que une manifestation est décidée , après l’agression dirigée contre le philosophe Alain Finkielkraut et la série, d’inscriptions infâmes sur les murs parisiens, Mélenchon nie avoir été averti, et se plaint de « l’instrumentalisation » de la lutte contre l’antisémitisme. Ce communiqué, rendu confus par les contorsions pour sauver la face et ne pas dire que l’on ne veut pas être accusé de se démarquer de ce mouvement , signe le crime; Emporté par sa volonté de coller aux GJ, Mélenchon jette par dessus bord toute idée de défense de la République et donne des pistes d’argumentaire aux antisémites, y compris dans ses propres rangs, qui s’empressent de hurler à l’instrumentalisation, tout en minimisant l’agression contre Finkielkraut.Ce sont plusieurs des membres du cercle dirigeant de LFI qui ont des connexions avec des antisémites (Ruffin avec Chouart par exemple) et avec le mouvement raciste antiblanc des « Indigènes ». Surtout , la nébuleuse « antisioniste » est largement présente dans les rangs des militants. qui se relaient sur les plateaux de TV pour se présenter en victimes de ceux qui condamnent l’antisémitisme . ,

Les protestations d’innocence deLFI qui disent qu’ils n’ont jamais failli dans leur pureté de démocrates et de républicains ne valent plus que des cacahuètes, après leurs prises de défense de toutes les violences antirépublicaines (attaques des forces de l’ordre attaque de l’assemblée Nationale et du symbole qu’est lArc de Triomphe, etc . Malheureusement pour lui, plus il colle aux GJ plus ceux-ci se rapprochent duFN et plus son électorat lui file entre les doigts.

LFI doit être pris pour ce qu’il est: une officine de recyclage des ennemis de la République, qui ont le choix entre LFI et RN, servant à leur donner la couverture de respectabilité d’un parti ayant des députés à l’Assemblée, et permettant d’ exhaler sa haine sans être réduit au silence en faisant semblant de jouer le jeu démocratique.

C’est ce qui fait sonner juste le jugement de Agnes Buzyn, ministre de la Santé, qui qualifie le virage de Mélenchon de « naufrage ». Peu à peu, Mélenchon est sorti de l’arc démocratique et républicain comme le lui ont déjà dit Hamon et Faure, et se retrouve au milieu des voyous poussant le pays vers le chaos ou ils espèrent être récompensés pour leur sale travail Le.naufrage de Mélenchon en rappelle irrésistiblement un autre: celui de Doriot, dans les années 30, quittant lePCF pour créer un parti fasciste, avant de disparaître dans les poubelles de l’Histoire.

Il est possible que les Français qui se détachent peu à peu de leur sympathie pour le mouvement des GJ et de leur violence se souviennent de ceux qui ont soutenu ces déchaînements de violence, quand ils n’y ont pas participé en sous main. Les républicains, eux , se souviendront des prises de position contre la condamnation des actes antisémites
A ce moment, LFI sera coulé et ne sera plus qu’un groupuscule d’enragés, ne gardant plus que le souvenir de la période glorieuse ou ils pouvaient, par GJ interposés, faire peur à la France.

L’ANTISEMITISME ABJECT SE MELE AUX MANIFS DES GJ QUI NE LE DENONCENT PAS

février 12, 2019

Une odeur de fascisme rampant plane de plus en plus sur les cortèges ultra violents   qui envahissent les centre ville des métropoles et détruisent ou brulent tout ce qui leur tombe sous la main. La violence déchainée n’a même plus le prétexte de la colère. Au contraire Il y a  un plaisir de la destruction comme manifestation d’une force qui ne s’arrête devant rien, l’exacerbation d’une haine folle qui s’exprime encore plus dans les injures sans retenue des réseaux sociaux, dépassant tout ce qu’on a vu jusqu’à présent dans le monde politique français. . L’irruption de cette haine sans borne présageait une libération de la parole et l’entrée en jeu de l’antisémitisme comme fédérateur des haines. C’est chose faite. Les GJ, devant le vide de leurs revendications qui se bornent de plus en plus à exiger la soumission des institutions à leurs hurlements, refusant tout dialogue avec l’Etat et ne laissant aucune autre alternative que sa soumission , c’est à dire  la fin de la démocratie ét la dictature de la rue et de ses leaders qui surenchérissent sans cesse.

Le mouvement des GJ apparaît de plus en plus divisé en deux blocs, l’un qui reste accroché a des revendications de mieux vivre, et qui se mêle de moins en moins à l’autre et aux cortèges insurrectionnels de  plus en plus agressifs  et violents, dont on ne peut plus dire que ils  sont « débordés » par les casseurs.Ils sont eux mêmes les casseurs, qui ne se distinguent plus des GJ. Les GJ sont devenus une force d’appoint pour ces rassemblements d’ennemis de la République: : qui se reconnaissent entre eux à la surenchère de haine qu’ils expriment,:gauchistes en attente de révolution, anarchistes rêvant de remplacer l’Etat détesté par une communauté autogérée, blackblocs s’entraînant à casser du flic, préfigurant les troupes de choc de la guerre civile à laquelle ils se préparent,  fascistes  néos  ou archeo, rêvant d’une dictature pour laquelle ils aimeraient être recrutés, et enfin , ,les plus nauséabonds, les antisémites, champions de l’ignoble et ennemis mortels de la démocratie.

L’attaque de l’Assemblée nationale, que ils avaient déjà prise comme cible lors d’un acte précédent n’a plus rien à voir avec des revendications. C’est purement et simplement une tentative de putsch et une tentative d’abattre la République Si ils avaient réussi, on peut imaginer l’étendue de la catastrophe, l’humiliation de la République, chassée de sa maison par une poignée de voyous violents  Après l’attaque  et l’incendie d’un véhicule de l’opération Sentinelle,c’est l’Armée,défenseur de la population contre le terrorisme qui est visée, après les agressions, les menaces et les insultes visant les élus el l’incendie d’une maison du président de l’Assemblée Nationale.

Ceux la ne veulent surtout pas d’un dialogue avec le gouvernement: ils veulent juste le détruire et mettre à sa place le chaos pour imposer leur pouvoir à travers une guerre civile.Les revendications qu’ils mettent en avant sont juste des leurres pour garder la main sur la masse des gilets jaunes qui ne demandent que un peu de mieux -être et de considération.

Les antisémites ont bien senti combien ce terrain leur est favorable. ils arrivent à se rendre visibles avec  ce climat de violence et de haine , appuyé sur les fausses nouvelles et la vision complotiste d’un grand nombre de gilets jaunes. Leurs tags sont montrés jusqu’à plus soif par les médias friands de scandales.

Qu’attend le gouvernement pour mettre en prison ces factieux qui attaquent l’Assemblée Nationale, forcent les portes d’un ministère, jettent des cocktail molotov sur la police, et font régner la peur dans les centre ville.

Il faut  identifier,  les leaders les coincer sur leurs actes et leurs  appels, et les faire passer en jugement le plus rapidement possible .

Il est vrai que en proposant son grand débat aux Français, Macron a réussi à placer un coin entre la poignée d’extrémistes qui entraînent lesGJ et les autres, qui restent attentifs à la possibilité d’une issue raisonnable. C’est pourquoi il ne veut pas mettre de l’huile sur le feu, espérant séparer les chefs ultras de leurs troupes.

La République survivra t elle à cette période ou elle fait le dos rond et joue la montre contre toutes ces provocations?

Melenchon se range dans le camp des pires ennemis des libertés pour soutenir Maduro

février 8, 2019

ON ne peut pas l’accuser de trop cacher son jeu. Pour illustrer l’adage: les ennemis de mes ennemis sont mes amis, il soutient donc Maduro, dictateur moustachu  et créateur d’un régime policier digne de celui de Cuba, et rejoint le club des dictatures les plus cyniques de la terre: la Chine, avec ses camps de rééducation, et qui fait disparaitre ses opposants, la Russie qui, avec une justice aux ordres, envoie ses critiques en Sibérie  et fait assassiner , tout en envahissant les pays voisins  et polluant les élections démocratiques avec ses « fake newsl les journalistes qui lui déplaisent trop, .L’Iran, qui tue, torture et ex écute ceux qui réclament plus de liberté, Erdogan, le mégalomane islamiste qui a mis des dizaines de milliers d’opposants soupçonnés en prison,qui a privé de travail  des centaines de milliers d’intellectuels tchassés de leurs poste, et qui justifie son retournement de veste anti occidental par l’ ingérence des occidentaux dans les affaires internes de ces pays):leur principe est:laissez nous tuer et emprisonner qui nous voulons, et ne vous mêlez pas de nos affaires.

Ce front commun des dictatures  contre les démocraties occidentales s’appuie sur les deux idéologies les plus mortifères de notre temps: le communisme, que l’on croyait mort et. enterré et qui resurgit, maintenu à bout de bras par les dictateurs chinois et Russes qui y voient un puissant moyen de contrôler les masses, même si eux mêmes n’y croient absolument plus, et l’islamisme, lancé a la conquête du monde, et générateur des pires horreurs de l’après guerre(meurtres d’enfants, esclavage sexuel des femmes, attentats meurtriers contre  des populations innocentes, discours d’une haine bestiale contre le reste du monde.

Mais qui s’assemble se ressemble  et l’ultra gauchiste Mélenchon  est fasciné par  cette vieille idéologie de la révolution bottée qui écrase les contre révolutionnaire par la force armée et policière. L’idée que seule la violence  accouche d’une révolution, il  a cru la retrouver avec les gilets jaunes qui brulent les palettes et attaquent la police, mais qui ne sont pas décidés à se laisser subtiliser leur mouvement par un rêveur déconnecté de la réalité et poursuivant des chimères obsolètes.

Il est clair que si Maduro, après avoir fait mourir de faim une parte de sa population, décide de  lancer son armée et ses milices armées contre son peuple, comme Khadafi l’avait fait quelques années auparavant,  Mélenchon le défendra même si l’autre a du sang jusqu’aux genoux.Derrière l’imagination romantique du révolutionnaire qui s’enivre de mots grandiloquents, il ya le froid bureaucrate inhumain qu’il soit de la Stasi, ou du KGB qui envoie dans les camps de Russie , de Chine ou du Vietnam les contingents d’opposants qui menacent sa place et son régime.Maduro, qui est le clone de Chavez en moins intelligent et en moins charismatique, a démontré comment un populiste, hanté par quelques slogans marxistes, peut ruiner un pays qui possède plus de richesses que l’Arabie Saoudite en détruisant son économie (inflation à 100000% et bientôt10000000%),  en chassant les milliers de spécialistes capables de rendre exploitable le pétrole sur lequel il était assis. 3 millionns de Vénézuéliens ont émigré pour ne pas mourir de faim dans ce pays maudit des dieux depuis que Madeiro a continué l’oeuvre de Chavez en réservant l’argent à l(armée et aux pauvres qui constituent ses milices.

Le malheur pour Mélenchon, tout bon orateur qu’il soit, c’est qu’il n’a pas réussi à persuader les GJ que sa politique économique ne conduirait pas une catastrophe économique complète et que la guerre civile qu’il appelle de ses .voeux ne se retournerait pas contre eux.même si une petite minorité suit encore les appels à accentuer la violence, la majorité des GJ et surtout desFrançais se détourne de cet exalté qui conduit ses troupes dans la direction du précipice.

Pour commencer, les pronostics sur les Européennes lui prédisent une déculottée majeure, avec actuellement 8% des votants,Même si il dépasse un peu ce chiffre, celui ci.témoigne que sa stratégie de coller au mouvement a échoué et que les GJ se sentent plus proches de l’extrême droite que de l’extreme gauche.La stratégie de la « convergence des luttes », rêvée par les forces de gauche a échoué, a preuve le faible nombre de GJ dans les cortèges de laCGT, eux mêmes plutôt faibles pour une journée de grève générale. Un tel score mettrai LFI au rang des divers groupuscules gauchistes qui ont accompagné les péripéties politiques françaises, sans jamais jouer un rôle quelconque dans cette vie politique. . Se voir réduit au rôle de Arlette Laguiller devrait être une humiliation insupportable pour celui qui se voyait déjà président à l’élection de2017.

Ainsi, son choix de s’aligner sur les dictateurs de tous les continents , tout en prêchant la démocratie aux quelques pays qui mettent encore leurs valeurs de ce côté, dévalorise complètement ses discours flamboyants et  lui coûteront les voix dont il a besoin pour réaliser ses projets fantasmagoriques

.L’extreme droite masquée derrière certains leaders des GJ cherche à provoquer une épreuve de force avec le pouvoir légitime

janvier 25, 2019

Les leaders extremistes des GJ Drouet et Maxime Nicolle,  poussent continuellement à  l’escalade »et à l' »aggravation des manifestations avec l’idée des « nuits jaunes » , puis l’idée de manifestations étendues à n’importe quel jour de la semaine.Parallèlement, il s’efforcent de dissuader les gens de participer au grand débat, sentant bien que si un dialogue s’établit avec le pouvoir, celui ci deviendra un interlocuteur et  non  un ennemi haï qu’il faut abattre à n’importe quel prix.

L’ autre élément inquiétant  est la proposition de la CGT de faire le 5 février une journée de grève générale. La CGT cherche une revanche après sa défaite totale dans la bataille de la réforme de la SNCF. Les GJ cherchant manifestement à élargir une base qu’ils sentent menacée  envisagent de s’agréger à ce  mouvement, contrairement à leur volonté initiale de ne pas se laisser absorber par les mouvements politiques et syndicaux « classiques ». Du coup, les groupuscules d’extrême gauche, précisément le groupe trotskiste Nouveau Parti Anticapitaliste proposent de déclarer  » la grève générale illimitée » vieille lune des partis trotskistes , déclaration de guerre totale au régime et dernière étape précédant « la lutte armée ». Les déclarations boute feu de Mélenchon justifiant les violences  des GJ et les encouragements à continuer montrent l’alliance objective des extrêmes. Les déclarations d’admiration de Mélenchon à Drouet, alors que les sympathies de celui-ci pour Marine Le Pen sont avérées, malgré les tentatives de Drouet d’effacer les traces sur internet de son soutien aux discours d’extrême droite, montrent la convergence profonde entre les deux partis populistes. Cette complicité de fait dans la tentative d’agrandir la crise politique n’est nullement incompatible avec la rivalité et la concurrence des deux mouvements, comme le montre l’exemple de l’Italie où la Ligue et le mouvement 5 étoiles, se partagent le pouvoir, tout en se disputant l’électorat populiste.

C’est une véritable courte échelle que ces deux mouvements se font réciproquement, tout en niant leur proximité qui, si elle devenait évidente, produirait défections et éloignement de nombreux militants qui se sentiraient déshonorés par l’alliance rouge-brun évoquant les mauvais souvenirs de l’époque de la deuxième guerre mondiale.

En même temps, les deux compères soutiennent les « fake news » les plus délirantes , dans leurs forcing anti- européen : ils attaquent les soi disant choix qui amèneraient la France à « redonner l’Alsace et la Lorraine à l’Allemagne(sic!), et à donner son siège au Conseil de Sécurité à celle ci. Ces énormités ne les gênent pas du tout, comme celles proférées par Maxime Nicolle selon qui les attentats terroristes  de Strasbourg seraient des « faux » mis en scène par le pouvoir pour détourner  l’attention des GJ. On voit que l’adage nazi selon lequel il ne faut pas reculer devant  les mensonges énormes et que « il en restera toujours quelque chose ».a trouvé des émules  dans les officines glauques qui concoctent les énormes mensonges qui se développent ensuite de façon virale sur Internet
De même, les mensonges les plus éhontés ont circulé sur l’existence de manifestants  tués dans les affrontements avec la police.
Ce qui est effrayant avec ces allégations, c’est l’intensité de la haine qui conduit à de telles accusations de trahisons honteuses, et l’absence de culture historique de ceux qui les gobent.C’est aussi l’absence de conscience professionnelle des journalistes  qui ne se préoccupent pas de démentir les mensonges qui truffent les infos et qui faussent la démocratie en falsifiant les éléments qui fondent les choix des citoyens.( et encore, sans mentionner le soutien qu’apporte à ces mensonges la presse russe en français ( russia today,etc) qui met de l’huile sur le feu en étant une référence à  tous ces mythes mensongers, .Ainsi, les truqueurs faussent la libre compétition des idées, comme les champions qui se dopent faussent la compétition des sportifs.C’est aussi ce qui s’est probablement passé aux dernières élections présidentielles aux Etats Unis qui ont été polluées par les « fake news » relayées par la presse russe de propagande.

Un facteur d’espoir dans cette bataille est l’apparition d’un projet de liste des GJ aux européennes,, qui montre qu’il existe une tendance chez les  GJ à l’entrée dans le jeu démocratique, et aussi une possibilité que des voix manquent aux partis extremistes (LFI, RN, DLF) aux prochaines élections.Cependant, cette tendance semble minoritaire pour le moment, et les leaders extremistes hurlent à la manipulation, repris en coeur par les partis populistes qui s’inquiètent de voir surgir à leurs côtés des rivaux qui vont les priver de votes essentiels et de leur capacité à parler au nom des GJ qui auront leurs propres porte paroles.

En tout cas, les jeux ne  sont pas faits. La tentative de la CGT de déclencher un vaste mouvement risque de tomber à l’eau, comme les slogans des trotskistes qui ont toujours échoué à entraîner les masses populaires, toujours défiantes devant ce jusqu’au-boutisme sectaire. En attendant, Mélenchon continue à défendre le dictateur vénézuelien Madeiro qui a réussi à ruiner le pays qui possède les plus grandes richesses pétrolières au monde et à pousser  à l’émigration des millions de vénézuéliens qui meurent de faim. Copain avec les dernières dictatures d’Amérique Latine, soutenues par Castro , l’Iran et Poutine, Mélenchon nous donne un avant gout de ce qui nous attend si il arrive à conquérir le pouvoir. Avis aux amateurs.

,

GB

Le pouvoir de la rue, c’est le fascisme à notre porte

janvier 1, 2019

Les scènes de violence de plus en  plus prononcée devant lesquelles les Français restent de plus en plus médusés et les forces de l’ordre paralysées par la crainte de leur offrir un martyr montrent quelle voie inquiétante s’ouvre devant le mouvement des gilets jaunes.

A côté des revendications de pouvoir d’achat par lesquelles tout a commencé, et qui paraissaient compréhensibles à la majorité des Français, apparaît  la mise en cause  du système démocratique en tant que tel ,  et la volonté de le saboter par tous les moyens et de le remplacer par un système de « démocratie directe » qui mettrait les institutions légales sous la menace permanente d’une expression d’une humeur du peuple, par le biais des réseaux sociaux et des instituts de sondages.

Le monde glauque des officines de fake news qui peuvent faire avaler n’importe quoi  aux gens crédules qui sont à la recherche de vérités simplistes , et développent les versions complotistes du monde qui trouvent écho  dans le fond victimaire et paranoïaque de ceux qui se sentent toujours manipulés,dans un monde qu’ils ne comprennent pas . Il  crée une source infinie de rumeurs  plus stupides  les unes que les autres ( les tours du WTC n’ont jamais été détruites, c’est un complot de la CIA et du Mossad, de même que les Américains n’ont jamais marché sur la lune, c’est un montage cinématographique, etc.. ).Plus c’est bête et plus les gens le croient. L’inculture profonde et la volonté de croire des choses qui  permettent aux imbéciles de se croire non dupes se rejoignent. L’ignorance effrayante, l’incohérence logique, et le mépris à la fois des experts et des élites en général ouvre la voie à des fictions cyniquement entretenues par ceux qui ont tout à gagner à décrédibiliser  la science et la rationalité.

C’est ce qui donne un côté  effrayant au non respect des autorités intellectuelles, qui commence à l’école par les insultes et les menaces, verbales ou physiques à l’égard des professeurs, et qui finit par la désacralisation  du lieu même de la transmission du savoir qui tend de plus en plus à ressembler au monde de la rue avec sa brutalité. Les écoles sonr incendiées  , vandalisées, le harcèlement des faibles devient la règle plutôt que l’exception, les minorités religieuses imposent leur vision du monde. Non pas que les élites ne disent  jamais de bêtises, c’est plutôt le contraire, mais que les ignares se considèrent comme les détenteurs de la vraie vérité quand ils profèrent  des énormités qui n’ont rien à voir avec le bon sens, qui n’est certainement pas la chose la mieux partagée reste une une situation angoissante, et pas seulement en France

C’est la revanche des gilets jaunes de l’ignorance: ils peuvent ne plus croire personne d’autre que eux mêmes, puisque étant le peuple, ils ont « forcément raison. » Il fut un temps ou on appelait cela la conscience de classe. C’est plutôt « la conscience de casse » qui leur permet d’attaquer la police avec  des cocktails molotov, des marteaux, des boules de pétanque, des frondes et de mettre le feu à des préfectures,  de menacer l’Elysée, de tenter de faire effraction dens le fort de Brégançon, résidence de vacance des présidents, et de mettre en place un simulacre de décapitation du président , signe d’une influence djihadiste dans ce mouvement qui ose se référer  aux assassins  ignobles qui affichent leur décision de ne  respecter aucune règle ni aucune limite.

Bien sur, ceux là ont été arrêtés, mais on a entendu aucune condamnation de ces excès dans les rangs des gilets jaunes. Leur mouvement continue d’avancer sur deux jambes, l’une qui se  distingue de ces violences, l’autre qui les soutient en disant que « on n’obtient rien si on ne casse rien ».

Le mouvement se rétrécit de semaine en semaine, en particulier depuis que le gouvernement a reculé sur quelques points, mais les centaines de violents qui existent en France, à droite comme à gauche,  tentent d’entretenir l’incendie, en attendant que les élections leur apporte la revanche rêvée: partis extrémistes plus abstentionnistes = majorité. Les partis extrémistes n’ont aucune solution crédible à la situation actuelle, mais les partis modérés non plus. Le RN continue à prêcher une sortie de l’Euro qui serait une catastrophe nationale sans équivalent et des mesures sociales au moment ou la France doit restreindre ses dépenses, en plein accord avec les Insoumis dans une association rouge brun qui fait frissonner, mais qui ne les inquiète pas du tout.

Tout cela se déroule sur un fond de recul économique et d’aggravation de la dette, en  même temps que le travail temporaire, lié à la période des fêtes accuse  une perte d’emploi de 45000 postes, et l’addition pour les dégâts  présente une note de 2 milliards d’euros..

De plus en plus,,les revendications sur le pouvoir d’achat et une réforme de la fiscalité  cèdent le pas ,aux revendications politiciennes: dissolution du Sénat, démission de Macron, et surtout le référendum  d’initiative citoyenne, revendication portée par le RN, et véritable machine de guerre contre la démocratie représentative, remplacée par la possibilité pour le peuple d’imposer ses sautes d’humeur.  Pourquoi pas des sondages exigeant la traduction  directe des courbes de popularité, porte ouverte à la démagogie effrénée et à l’instabilité empêchant toute vue à long terme. Après, il n’y aura plus que à donner la parole, puis le pouvoir aux « comités »de quartier ou d’entreprise au sein desquels se détacheront les tribuns qui étoufferont la voix des contradicteurs, comme les choses se passent  au sein de l’université:, avant de les chasser pour être en terrain conquis.Ce dont ne semblent pas se rendre compte les gens qui n’expriment que leur colère , ne voyant que  l’iniquité du  système.

Ainsi se dessine une offensive des forces antidémocratiques qui a trouvé sa masse de manoeuvre et qui rejoint celles qui prolifèrent en Europe:  Les Gilets Jaunes finiront ils comme les Chemises Noires qui ont marché sur Rome en 1922 ?

 

 

Israel face à la haine islamiste

décembre 4, 2018

Le débat qui a divisé le gouvernement comme l’opinion publique dernièrement en Israel concernait la décision de lancer ou non une vaste offensive contre le Hamas, à la suite des centaines de fusées lancées contre sa population, après les provocations des manifestations à sa frontière et des lancers de ballons incendiaires.Israel était ainsi confronté à deux stratégies possibles:

Soit  refuser de transmettre  au Hamas l »argent donné par le Quatar, et le pétrole pour alimenter les centrales  électriques, au risque de désespérer encore plus les masses déshéritées des habitants de Gaza, et  lancer une opération meurtrière contre Gaza par des bombardements massifs; le risque étant que ces  bombardements sur une énorme concentration urbaine fassent des  dégâts tr§s lourds dans le population civile et mineurs  aux troupes du Hamas protégés par les boucliers humains mis en place depuis longtemps.

La preuve en est le côté dérisoire des frappes israéliennes des derniers temps, qui ne frappent que des bâtiments vides d’où les militants islamistes se retirent grâce aux avertissements donnés par l’aviation préalablement à ses frappes.
Le risque supplémentaire est que les états arabes (syrie, iran,etc..) se refassent une virginité en passant alors à l’assaut soi disant au nom des morts palestiniens,, en fait pour régler leur compte à leurs oppositions., et avec la complicité de toutes les opinions publiques occidentales qui crieront à la disproportion des forces quand ce ne sera pas au génocide.

L’autre vision des choses est le choix de Netaniahou, soutenu par l’Etat Major et les services de  renseignement:Ne pas laisser au Hamas le choix du moment de déclencher une offensive israélienne, ;ne pas soumettre la population israélienne à un déluge de fusées et négocier avec le hamas une trêve en attendant le moment choisi pour un « règlement des comptes ».

Ceci est sans doute une prise en considération des nouveaux éléments qui sont intervenus dans le rapport des forces au Moyen Orient: l’intervention des Russes après la chute de leur avion de reconnaissance descendu par erreur par les Syriens ce  dont Moscou a attribué la responsabilité aux Israéliens, a placé la Russie en position d' »arbitre » dans le conflit, par la capacité qu’ils ont de déni d’accès aux avions israéliens par leurs fusées sol-air  S300 d’une portée de plusieurs centaines de kilomètres. La situation est complexe, car les Russes ne seront plus aux commandes des S300 qu’ils ont vendu aux Syriens, et ceux ci pourront être attaqués par les Israéliens. En attendant que les russes aient fini de former les artilleurs syriens, les Américains et les Israéliens profitent de de la fenêtre sans S300 pour attaquer à coups redoublés les bases iraniennes en Syrie.La question est de savoir si les S300 pourront être détruits ( et ne seront pas immédiatement remplacés par des matériels russes encore plus performants qui existent déjà). L’hypothèse qui circule actuellement selon laquelle les Russes négocieraient un adoucissement des sanctions économiques contre l’Iran en échange d’un retrait des iraniens de Syrie ne peut satisfaire Israel car tout allègement des sanctions contre l’Iran priverait ces sanctions de poids et donc permettrait à l’Iran de continuer sa progression vers l’arme atomique, ce qui est le danger le plus grave pour Israel. De plus, les iraniens disposent d’une autre carte dans la région qui est le Liban où le Hezbollah , avec sa quasi armée, très entraînée et superéquipée par l’Iran, constitue une tête de pont .directe avec la ligne Beyrouth/Téhéran

Mais la diplomatie des Russes est . complexe:ils veulent s’installer en acteurs dominants dans la région, mais ils ne veulent pas donner les moyens d’une hégémonie locale à l’Iran avec qui ils ont été provisoirement alliés contre Daech; et avec la Turquie, leur alliance est ambivalente et surtout basée sur le désir de nuire aux Etats Unis.

Heureusement, pour le moment, la Chine se tient à l’écart de cette zone, elle privilégie la construction de sa « route de la soie « , la voie de son expansion en Asie et en Afrique.

Ce qui est certain, c’est que la domination militaire totale d’Israel dans la région n’est plus qu’un souvenir. Israel reste la plus grande puissance, mais les Arabes grignotent cet avantage et le prix que devra payer Israel en cas de conflit sera de plus en plus lourd.

Les arabes le sentent et multiplient  les insultes et les rodomontades, comptant aussi sur la volonté israélienne de préserver sa population.Le domaine du mensonge et du cynisme  leur ouvre des avenues pour les  provocations.

L’attitude  menaçante de l’extrême droite israélienne, qui est prête à engager le combat immédiatement correspond à une situation antérieure ou Israel avait les moyens d’écraser dans l’oeuf toutes les menaces arabes. On peut comprendre le dépit de cette fraction du pays qui enrage de subir des coups en ne ripostant que de façon symbolique, ce qu’ils interprètent comme un signal de faiblesse envoyé à leurs adversaires, chose qui n’est pas entièrement fausse.En même temps, peut être que se lancer dans une autre opération « bordure protectrice » risque de ne pas permettre à Israel de développer tous ses moyens, et réoccuper Gaza paraît un but fou et absurde: se remettre sur le dos la gestion de deux millions d’arabes désespérés et suicidaires n’est pas une bonne idée.
Quand Israel a conquis Beyrouth après une bataille de rue qu’on lui annonçait impossible à gagner, il a du céder à la pression internationale et laisser les palestiniens et Arafat quitter le Liban, et les années qui ont suivi ont été celle de l’installation du Hezbollah. et de son contrôle grandissant de tout le Liban.

En conclusion, les  pressions des « durs » de l’extrême droite, si elles répondent à un désir de punir les agresseurs à l’origine de ces actes terroristes  que sont l’envoi  de fusées et d’obus sur des populations civiles, et si la riposte a toujours été le principe de Tsahal,  la solution du compromis prônée par Nétanyahou et les plus hautes autorités militaires du pays prennent en compte les éléments généraux de la situation.La négociation menée à ce moment obligeait à une modération temporaire. L’ennemi principal reste l’Iran, le Hamas est un ennemi secondaire, il ne s’agit pas de faire s’embraser tous les fronts en même temps et de diviser ses forces s’il n’y a pas d’urgence. Si provisoirement les bombardements cessent en échange  d’un peu d’argent fourni par les pays arabes et de quoi donner un peu d’électricité » aux habitants de Gaza, plutôt que de faire mourir des dizaines de soldats israéliens dans les combats, c’est le bon choix qui a été fait, même si tout le monde sait que ce n’est que partie remise.

De  plus chacun sait que en Israel, l’arrière plan politicien est toujours présent dans les polémiques sur la stratégie générale.L’extrême droite a tenté de faire tomber le gouvernement et y est presque  parvenue. Ceux qui ont préféré ne pas déclencher l’incendie maintenant ne sont pas des gauchistes pacifistes de « La Paix Maintenant »,ce sont des hommes de droite qui sont prêts à demander au pays les sacrifices indispensables… s’il le faut.

GB