Posted tagged ‘communautarisme’

Ceux qui veulent détruire notre civilisation nous ont déclaré la guerre

septembre 14, 2016

Les gauchistes et les socialistes ont beau minimiser ces attaques qu’ils présentent comme des actes de déséquilibrés poussés à bout par les injustices du système capitaliste , les faits sont là et ils ne souffrent pas qu’on les dénie: la guerre déclarée par le monde islamique au monde occidental a commencé par une  attaque aussi imprévue que l’attaque japonaise  de Pearl Harbour  en décembre 1942. Mais les cibles étaient des civils , et l’objectif était d’humilier la plus grande puissance économique et militaire de l’époque, en atteignant les symboles architecturaux de sa puissance et en massacrant l’équivalent d’une ville entière. Les islamistes ont crié de joie dans le monde entier.Les 3000 morts de New York étaient là pour montrer que ce serait une lutte à mort, que par cette transgression énorme les Islamistes montraient qu’ils ne respecteraient aucune règle, aucune Loi, et que au contraire , ils transgresseraient tous les codes de la guerre comme de la paix.Depuis, Ben Laden a enfin été tué mais ses fils spirituels continuent à tuer dans de nombreux pays: les criminels se portent bien et s’amusent à défier les puissances occidentales, du moins jusqu’à ce que un drone mette fin à cette phase euphorique Leur credo est celui de l’horreur pure, qui accepte et désire la surenchère dans l’inhumain, puisqu’il s’agit d’instaurer le royaume d’Allah… chez nous.Leur idéologie, car il s’agit bien d’une idéologie, est que seuls les croyants méritent d’être traités en humains, les autres, hommes, femmes ou enfants peuvent être massacrés, violés, abattus sans remords. Ils développent ainsi une surenchère d’imagination dans le meurtre( explosifs dans les baskets ou à l’intérieur du corps des femmes, utilisation des enfants comme bombes ou comme exécuteurs de leurs crimes, mais aussi tout ce qui leur tombe sous la main et peut servir à tuer: couteau de cuisine, camion, machette. Un groupe politique se constitue ainsi avec pour objectif de tuer n’importe qui, et fait des appels d’offre mondiale pour accueillir qui voudra bien tuer avec eux ou pour eux. Et les volontaires affluent par dizaines de milliers , solitaires ou en famille ( on est frappé par le nombre de frères dans les groupes terroristes), prêts à mourir après avoir tué.  Au début, le prétexte était de lutter contre la barbarie du régime de Assad, mais très vite c’est apparu comme un prétexte pour développer l’Etat Islamique qui est apparu encore plus barbare que le gouvernement syrien. Les hordes aux costumes noirs- comme les SS -s’abattent sur un pays, instaurent par la terreur un régime religieux moyenâgeux, tuent à tour de bras pour que personne n’ose relever la tête, décapitent pour que ce soit plus impressionnant.; et les volontaires continuent d’arriver

Une secte nationaliste, ou plutôt national-islamiste a préempté le désir de revanche des musulmans  et leur a lancé l’idée que ils pourraient être les maîtres du monde si ils donnaient un coup d’épaule dans les régimes vermoulus qui tiennent par le soutien des occidentaux… et ils font un tabac.Si en plus on leur donne l’autorisation de tuer et l’espoir de faire plier le genou aux puissants, ils ne se tiennent plus., l’ivresse du meurtre et de la transgression les transporte avant même le Paradis et ses 70 mousmées à la virginité automatiquement reconstituée. Bien sur, les psychopathes sont les premiers à sauter sur l’ occasion et ils peuvent même prétendre à des postes dirigeants si ils sont efficaces dans le meurtre.Mais le déséquilibre n’est pas la source de cette orgie de meurtres. C’est la religion qui fournit une armature psychique a des gens à la recherche d’une cause et d’une identité. Comme des dizaines de millions de gens ont adhéré au communisme, ils commencent par s’imprégner du système (désignation d’un ennemi universel (le capitalisme ou les occidentaux, enfin il y a des textes sacrés dans lesquels tout est dit ‘puisqu’ils sont directement inspirés par Dieu,on leur dit qu’ils luttent et tuent pour créer la société idéale, et les voila recrutés, justifiés par leur travail pour la « cause ». La « radicalisation est l’entrée dans un système cohérent et clos, ou de proche en proche on se persuade que le bien est la victoire finale de l’Islam et le mal est l’influence de la culture occidentale et de ses gadgets: démocratie, droits de l’homme,égalité des sexes.Cela, beaucoup de musulmans le croient et sont donc déjà prêts à accueillir les démonstrations des maîtres manipulateurs et recruteurs qui n’ont que à  se baisser pour recueillir les adhésions. Le bassin de recrutement potentiel est immense,même si il existe des lieux de résistance à cette idéologie. La base de départ a quand même été le développement du salafisme, c’est à dire d’une idéologie de la « pureté « de l’Islam,défendue par le groupe wahabite, lui même soutenu par l’Arabie Saoudite qui a injecté des moyens énormes dans le développement de cette secte fondamentaliste.. Le nid de vipères est donc situé dans ce pays, même si il a essaimé depuis dans d’autres pays. Car l’Islam est le point commun de ces variantes idéologiques,un Islam qui est l’antithèse de celui des quelques penseurs musulmans qui croient en la possibilité d’une interprétation des textes sacrés. Ils ont à peu près autant de chances de réussir à faire passer leurs idées que les nazis qui croyaient au « socialisme de « national socialisme: la plupart ont fini avec une balle dans la nuque. La « déradicalisation », présentée comme un moyen de lutte efficace, improvisée et sans base cohérente ne serait ce que dans le choix des destinataires apparaît comme un gadget  sans efficacité au delà de quelques dizaines d’individus, ce qui n’est rien par rapport aux dizaines de millions de personnes susceptibles de basculer en quelques semaines du côté de la haine et de la violence. Là ou la victimisation a déjà conquis l’espace psychique des musulmans, soutenue par le discours culpabilisé de toute la gauche, il suffirait d’une provocation pour faire basculer des pans entiers de population du côté de la violence et de la terreur rebaptisées « autodéfense ».

La guerre que nous ont déclaré les islamistes finira en guerre civile si la minorité musulmane se sent rejetée en tant que groupe social, alors que les thuriféraires du communautarisme travaillent de toutes leurs forces au creusage d’un fossé de plus en plus profond avec l’ensemble de la population française et de ses moeurs.

Militairement, Daech peut être vaincu comme le montrent ses échecs et ses défaites actuels.  Mais l’infection par les idées islamistes trouve toujours de nouvelles oreilles et l’existence d’une zone grise dans laquelle les musulmans se reconnaissent en partie dans son discours national islamiste rend si on ne veut pas stigmatiser des gens qui restent pour le moment dans l’entre deux. difficile la lutte à outrance pas seulement policière, mais aussi judiciaire. En tout cas, le temps des arrangements avec l’ennemi est dépassé: la lutte doit être menée sur tous les fronts, birkini compris.

GB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Mona Ozouf critique la conception de Ernest Renan de l’identité nationale

janvier 16, 2011

Dans le dernier numéro de l’hebdomadaire Le Point , consacré  à l’identité française , l’historienne Mona Ozouf écrit un article , passionnant comme tous ses écrits , dans lequel elle exprime ses regrets  quant à l’échec du débat sur l’identité souhaité par le gouvernement..

En effet , pour elle , »chercher ce qui fonde chez les Français le sentiment mystérieux d’appartenir à un ensemble et les autorise à user d’un « nous » était loin d’être sans intérêt » Et , dit-elle , » on a quelque raison de redouter une crise de l’identité nationale , vers laquelle convergent tant d’observations: pêle-mêle , la défiance accrue à l’égard de toutes les institutions autoritaires, la dilution de l’autarcie nationale dans l’Union Européenne, sa contestation par les mémoires particulières , l’extinction de toute foi dans le messianisme de la nation France . Tout contribue à nourrir l’interrogation sur notre identité ».

Pour elle , la cause principale de l’avortement  du débat n’est pas dans le couplage avec la question de l’immigration  ou dans la conception administrative d’un débat impulsé du haut vers le bas , mais dans l’adhésion généralement donnée à la formule renanienne de  la nation, »partout répétée comme un sésame: le sentiment national , à en croire ces lecteurs de Renan , c’est « le plébiscite de tous les jours » ,  une décision souveraine , un superbe geste inaugural. « Ce sont des lecteurs hâtifs , dit-elle , car  le pacte d’aujourd’hui, chez Renan , ne surgit pas comme Venus de l’écume marine. Il ne se conçoit pas sans le pacte d’hier ou d’avant -hier , il es accoté à une histoire et porté par la continuité de la tradition. Etre Français , c’est sans doute une décision , mais aussi un héritage , et compose constamment le choisi avec le reçu – ou le subi.

Cette conception volontariste atteste selon elle d’une obscure fidélité de la politique française à ses origines révolutionnaires. Mais cette allégeance porte en elle-même ses propres contraintes , remarque -t-elle : « Elle oriente la discussion vers la recherche d’une définition substantielle de l’identité. Et si on la tenait , cette formule de la francité éternelle , comme il serait facile , alors , d’en user comme d’une machine à contraindre ( en obligeant les êtres à camper sur un socle national immuable) à trier (entre bons et mauvais Français) à exclure enfin ».

Là , le discours de Mona Ozouf est parfaitement clair:  « La conscience de l’identité n’est jamais une expérience pure, sans enracinement historique , ni ancrage social. Elle est vécue et lentement apprise au travers des associations variées – parentés, voisinages, métiers, partis, églises – où s’intègrent les individus. Elle n’est jamais achevée , et constamment réinterprétée par les rencontres et les surprises de l’existence. Elle est une relation , non une essence; une alchimie , non une définition. Et le fait qu’elle soit plurielle est la meilleure garantie contre l’enfermement communautaire , ce croquemitaine contemporain. »

Peut -on être à la fois et également Breton ( ou juif ou tout autre chose) et Français?  A la fois , bien sur que oui ,puisque c’est ce que vivent sans trouble tant de Français aujourd’hui , répond Mona Ozouf . Egalement, évidemment non , et là , dit elle est le point crucial, si peu compris pourtant.

« Selon les temps et les lieux , les situations et les rôles, c’est une de ces appartenances qui tient le haut du pavé et impose de tenir les autres à leur place subordonnée. Quitte pour celles-ci à retrouver , en d’autres circonstances leur prééminence. En d’autres termes, une appartenance n’est prioritaire que relativement à la fin poursuivie et au bien escompté. Nous passons donc notre vie à arbitrer entre ces priorités , à organiser la coexistence de nos  multiples identités. Le plus humble de nos emplois du temps révèle la richesse de la donne, le tourment du choix , l’insatisfaction qu’il laisse. Bref la complexité du vivre qu’a tenté d’abolir, en vain , la simplicité ministérielle ».

LA DERNIERE UTOPIE , un livre de Caroline Fourest sur les menaces qui pèsent sur l’ universalisme

mars 12, 2010

Une utopie se meurt, l’universalisme: c’est la conclusion que tire Caroline Fourest en disant que cette ambition au coeur de la révolution Française, gravée dans le marbre de la Déclaration Universelle des droits de l’homme de 1948, lui semble à bout de souffle.

Aux Nations Unies, certains états invoquent des « circonstances nationales » pour ne pas appliquer les droits de l’homme, et le « respect des religions »pour limiter la liberté d’expression. Au nom de la « diversité » des politiques cultivent le droit à la différence contre le droit à l’égalité. Au nom de la résistance à l’impérialisme, des militants amalgament universalisme et néo-colonialisme. Au nom de la tolérance , on tolère le fanatisme..

Peut-on tout tolérer -l’excision et l’infanticide –  au nom des coutumes ? Faut – il organiser des créneaux non mixtes dans les piscines ? Retirer les sapins de Noël des places publiques ?

Comment être antiraciste sans tolérer l’intégrisme, refuser la confusion multiculturaliste et la tentation monoculturaliste?

Droit à la différence ou droit à l’indifférence:

CF examine  la façon  opposée dont l’antiracisme s’est constitué en France et dans les pays anglo-saxons.

Elle remarque entre autre chose la façon dont en France ,le rapport à l’identité  à été lié  plutôt à l’idée de choix de vie fondé sur un libre arbitre (cf Renan et l’idée de nation et les conceptions philosophiques existentialistes) plutôt que à l’idée d’une nature  biologique ou constituée  principalement du legs des générations antérieures.

Revenant sur le succès récent du terme de « diversité » , elle montre comment la volonté manifestée par  le gouvernement à un moment d’introduire le terme dans la constitution aurait eu , si le Conseil  Constitutionnel ne s’y était pas opposé, pour effet d’orienter dans un sens plus « différentialiste » les politiques publiques , favorisant le droit à la différence plutôt que celui à l’indifférence.

La question des statistiques ethniques, souhaitée par le gouvernement, montre comment dans tous les secteurs, l’influence des modèles anglo-saxons , supposés affronter la question des différences ethniques avec plus de courage que  en France, a poussé dans un sens corrigeant l’universalisme républicain et le faisant glisser vers le modèle multiculturel  anglo-saxon.

Les lobbies communautaristes se sont engouffrés dans la brèche, espérant trouver dans  ces statistiques  des arguments leur permettant d’exercer une pression pour obtenir une proportionnalité avec les chiffres des populations « particulières » , avec  à la fois un argument « égalitariste » (tant de membres du groupe nécessitant un nombre proportionnel d’élus,  un pourcentage égal d’admis dans les universités, les directions d’entreprises et finalement dans toutes les professions,), et une menace  électorale sous jacente.

On a vu ainsi le CRAN , se présentant comme le représentant des Noirs en France, défendre les statistiques ethniques contre les mouvements antiracistes ,  en s’appuyant d’ailleurs sur des statistiques  fantaisistes, surestimant largement l’importance de la communauté noire en France

Ce problème rejoint celui de la « discrimination positive »,  où , là aussi , le gouvernement a commencé par envisager des mesures à l’américaine avant de revenir à des positions plus républicaines, c’est à dire visant à corriger les inégalités sur la base de critères sociaux et économiques et non communautaires ( exemple: l’admission d’élèves venant de milieux défavorisés  dans des grandes écoles non par des places automatiquement réservées ou un concours spécial, mais par la mise en place de moyens de soutien plus adaptés ( bourses, tutorat, classes de préparation adaptées ).

Inversement, les excès de l' »affirmative action » montrent les dérives possibles de ce système . La loi, en Union Sud Africaine qui  interdit d’embaucher un Blanc si un Noir à les compétences pour l’ emploi, a pour but initial de lutter contre le chômage de masse des Noirs, en partie consécutif à l’Apartheid antérieur, mais elle  conduit à la mise au chômage  et à la misère des petits blancs sans qualification. De plus , la loi a été biaisée en qualifiant les Chinois de « Noirs », sous prétexte que dans l’apartheid ,ils étaient rangés dans la catégorie de métis, alors que cette loi permet en fait, non pas de réparer l’injustice subie, mais d’embaucher les centaines de milliers de chinois émigrants récents avec l’implantation de la Chine dans le pays.

 »  Comment faire société, comment maintenir un minimum de valeurs communes tout en répondant à l’inflation de dérogations demandées au nom de la culture ou du du religieux ? » s’interroge CF Il  y a bien longtemps remarque -t-elle que la plupart des sociétés humaines ne sont plus des tribus homogènes. La nouveauté vient du fait que » la coexistence culturelle ne se fait plus par la force,la conquête ou la colonisation, mais de plus en plus sur la base du consentement. Ce qui  oblige à penser le pacte entre minorités et majorité là ou la norme et le rapport de force l’imposaient jadis. Où mettre le curseur pour respecter la diversité sans défaire l’unité.Répondre à ces questions suppose d’arbitrer entre différents types de liberté comme la liberté d’expression et la liberté religieuse; mais aussi d’arbitrer entre les priorités des différentes communautés lorsque les intérêts d’une minorité entrent en collision avec ceux de la communauté nationale ou avec ceux d’une autre minorité au sein de l’espace national ».

Sur la  question de l’équilibre entre langues régionales et langue nationale ,  reprenant la question ouverte par Mona Ozouf dans son livre  remarquable »Composition française  » (voir article sur le blog), CF exprime un point de vue partagé entre résistance à l’uniformisation et crainte de voir les particularismes régionaux menacer l’idéal commun. Ce problème rejoint celui de la coexistence entre langue nationale et langue des migrants. Elle cite l’exemple de la Californie ou plus du quart des habitants sont hispanophones, beaucoup exclusivement: une société peut elle se permettre de laisser un trop grand nombre de citoyens ne pas maîtriser la langue commune? N’est ce pas le meilleur moyen de conduire à la ghettoïsation des migrants et de les rendre vulnérables à l’exploitation?

Elle conclut que l’enseignement de la langue d’accueil est une condition sine qua non de l’égalité et de l’universalité, ce qui justifie la décision prise part de plus en plus de pays européens (Pays bas , France, etc.) d’imposer des tests de langue comme condition pour émigrer.. Elle remarque également le changement de contexte lié au fait que , contrairement à l’émigration de la génération précédente, la nouvelle n’envisage plus vraiment le retour au pays , ce qui à l’époque avait entraîné un programme d’apprentissage de la langue du pays d’origine, qui est tout à fait à contre-temps maintenant ou les enfants d’émigrés se retrouvent dans un entre-deux identitaire ou la double culture est plutôt source de déchirement.

Communauté et communautarisme :

CF  oppose les deux notions, la communauté n’étant rien d’autre qu’un regroupement sur la base d’une identité ou d’affinités culturelles , alors que le communautarisme est une démarche plus radicale conduisant à se regrouper dans le rejet des autres ou des règles communes, au point de vouloir déroger à l’universel.

Les exemples abondent du désarroi des institutions confrontées à ces demandes communautaristes qui se présentent sous le visage d’expressions  de la liberté religieuse et qui grignotent l’espace  des libertés publiques (demandes d’horaires de piscine interdits aux hommes ou réservés à ceux qui portent des tenues dites « pudiques » au sens religieux, refus de soins en urgence si il s’agit d’un médecin homme pour une femme,( plusieurs hôpitaux anglais se sont dotés d’une burka chirurgicale!)etc.

Le modèle d’intégration en débat:

CF reprend la définition donnée par Emile Durkheim de l’intégration: « Un processus par lequel une société parvient à s’attacher les individus, les constituant en membres solidaires d’une collectivité unifiée ». Elle rapproche cette définition de celle produite par le Haut Conseil à  l’intégration : »Sans nier les différences, en sachant les prendre en compte sans les exalter, c’est sur les ressemblances qu’une politique d’intégration met l’accent afin, dans l »égalité des droits et des obligations,de rendre solidaire les différentes composantes ethniques et culturelles de notre société, et de donner à chacun, quelle que soit son origine, la possibilité de vivre de cette société dont il a accepté les règles, dont il devient un élément constituant. ». CF souligne que ce modèle français d’intégration ne signifie en aucun cas la négation des différences, mais insiste pour que tous les citoyens se sentent partie prenante de la société. Ainsi, dit-elle , l’intégration se présente comme un juste milieu entre l’assimilation – cette contrainte normative poussée à l’excès-et l’absence de projet commun, sans lequel une société humaine se résume au partage de la richesse économique.

La confusion entre intégration et assimilation vécue comme uniformisation ne touche pas que les citoyens ordinaires.Le tableau que CF dresse  des positions prises par les sociologues face à ces questions , au coeur de leurs pratiques et de leurs réflexions, est effrayant par l’aveuglement , les parti-pris idéologiques, les préjugés, la fermeture aux réalités  et la foire d’empoigne dépourvue de toute objectivité qui caractérise  les points de vue dans ce secteur des sciences humaines.Entre l’assimilationnisme « franc » de Emmanuel Todd qui propose la fusion complète par exemple des Juifs dans la population , et le communautarisme revendiqué d’un Tobie Nathan , pour qui il n’existe pas  » de souffrance du migrant en dehors de son groupe » et pour qui tout universalisme est « une forme de domination occidentale » (sic) existent des innombrables intermédiaires.

CF insiste sur le fait que un certain multiculturalisme, qui il y a 20 ou 30 ans s’était développé en réaction au côté abstrait et conservateur du républicanisme de l’époque, n’a pas pris en compte les nouveaux défis et les nouveaux rapports de force qui traversent la société:percée de l’intégrisme,dégradation du vivre ensemble, montée des pressions communautaires sur les individus, recul du droit des femmes dans les quartiers populaires.Aujourd’hui  ou des mouvements réellement communautaristes et rétrogrades  veulent être tolérés au nom du respect des cultures et de la religion, le credo républicain vise moins à conserver une norme dominante qu’à protéger les acquis émancipateurs.. Dès lors, il change de sens et devient plus progressiste que normatif. Un certain nombre de sociologues refusent de revoir leur grille de lecture et hurlent de façon pavlovienne contre toute  exigence envers une minorité comme s’il s’agissait toujours d’une injonction raciste , xénophobe ou néocolonialiste.

Le Canada , berceau du multiculturalisme :

CF lui consacre une étude fouillée et au passage examine les théories du chantre canadien  et international du multiculturalisme: Charles Taylor , philosophe et homme politique de gauche (candidat aux élections): celui- ci a bâti tout un système philosophique qui distingue trois stades dans l’histoire mondiale des sociétés:: les sociétés hiérarchiques de l’Ancien Régime, valorisant l’honneur; l’idéal universaliste, valorisant au contraire l’égale dignité. Le troisième stade,tout en maintenant une dose d’universalisme, doit selon lui reconnaître « l’authenticité » comme étant la base de » l’idéal moderne ». « Avec la politique d’égale dignité , ce qui est établi est censé être universellement le même, un ensemble identique de droits et de privilèges; avec la politique de la différence, ce que l’on nous demande  de reconnaître, c’est l’identité unique de cet individu ou de ce groupe, ce qui le distingue de tous les autres.

On reste confondus devant le simplisme ridicule de la vision de l’histoire et la réduction des problèmes  de constitution des sociétés à un seul critère psychologique :celui d’un équivalent  de la crise d’originalité adolescente  , à la recherche d’une petite différence qui fonde  une identité en recherche d’elle même; La dimension vague du concept d’authenticité , dont on devine qu’il fonde une normativité de la collectivité restreinte ouvre la porte à tous les essentialismes suspects  (volkgeist, âme du peuple, voix du sang ,etc.) et à toutes les obligations de conformité (pour être un Allemand authentique, ou un musulman ou un juif authentique).

La polémique sur les signes extérieurs religieux; le problème du voile.

CF montre comment la bonne volonté  multiculturaliste se transforme en passoire face à des revendications religieuses radicales. « Empruntant le visage du minoritaire et l’accent du culturel, les exigences les plus intolérantes, notamment contraires à l’égalité hommes- femmes et à la liberté d’expression brouillent sa grille de lecture »

« Ainsi, le voile s’inscrit dans une reconquête politique qui défie le processus de libération des moeurs en proposant le sexisme comme réponse à la convoitise. Il est revendiqué par des mouvements qui veulent imposer cet uniforme pour mieux unifier les différentes communautés musulmanes sous la bannière d’un islam radical. Contrairement au pendantif en forme de croix , le voile  ne pose pas que la question de la laïcité, mais aussi celui de  l’égalité hommes-femmes. »

« Confrontée à un voile de plus en plus politisé et revendicatif au sein de l’école publique, la commission Stasi avait choisi de soutenir en priorité les élèves dont les convictions s’approchaient le plus de l’idéal républicain: celles qui ne souhaitent pas porter le voile à l’école et redoutaient de se voir accuser de « trahir » si ce voile était alors toléré.. Ce pari de la République a été gagné. Un nombre infime de lycéennes et de collégiennes ont choisi de quitter l’école publique et la loi a largement contribué à apaiser le climat scolaire ».

Pour éclairer ces différences d’approche dans les rapports avec les minorités religieuses et culturelles , CF examine encore la différence de relation entre l’Etat et la religion aux USA et en France. Aujourd’hui , la plupart des pays reconnaissent et subventionnent les religion , USA en tête. La France , elle, « ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte ».  En France la République a du s’arracher à une monarchie de droit divin et donc à la religion.. L ‘Amérique, au contraire sert de refuge à toutes les religions et sectes persécutées. Aux USA, les intégristes peuvent s’identifier aux « pères fondateurs » et le religieux conserve une part de supériorité morale sur le politique. En France, depuis Voltaire, ceux qui veulent mettre le loi de Dieu au-dessus de celle des hommes sont considérés comme des « fanatiques ». Ainsi s’opposent le  « freedom  from religion  » ( se libérer de la religion) de la France et le  « freedom for religion »  (liberté de religion) des Etats-Unis. Contrairement à la laïcité de la reconnaissance (américaine) , la laîcité française ne suppose pas un état neutre ,  mais un état au service de l’émancipation et de la citoyenneté.

Pour conclure CF revient sur ce qui constitue l’ axe de son livre: le fait que les revendications émanant de minorités victimes de racisme ou de ségrégation ont changé de sens avec l’apparition de mouvements réactionnaires ou intégristes , dont l’intolérance trompe la vigilance avec d’autant plus d’impact que la religion n’est pas seulement une culture, mais un système de valeurs pouvant entrer en concurrence avec la loi.

« Si le croyant opte pour une vision intransigeante de sa foi et entend placer  ses convictions religieuses au dessus des lois communes , ce n’est pas à l’Etat mais à l’intransigeant de s’accommoder », sinon « la tolérance sert à tolérer l’intolérance ».

COMPOSITION FRANCAISE, un livre éclairant de MONA OZOUF, sur les contradictions entre l’universalisme républicain et les particularismes identitaires

juin 14, 2009

Comment vivre l’articulation entre l’attachement à la patrie et les fidélités aux groupes communautaires, la dette envers la nation et celle envers les racines concrètes quand elles ne coincident pas  avec l’histoire collective  nationale, c’est la question posée par Mona Ozouf à travers sa propre histoire, dans l’autobiographie qu’elle publie aprés ses travaux de recherches historiques.

C’est cette » tension entre l’universel et le particulier, entre l’esprit national et le génie des pays qui la composent « que Mona Ozouf décrit comme ayant été ressentie tout au long de son enfance bretonne, marquée par la volonté de rester fidèle au combat d’un père instituteur militant infatigable de la cause bretonne, mort très précocément, ce qui la laisse vivre seule entre sa mère, institutrice elle aussi, et la grandmère, figure très forte de l’attachement à la langue et à la tradition bretonnes,  en même temps que l’école ,ou elle réside, est  le relais de l’idéologie centralisatrice française et du républicanisme.

Avec la religion se constitue un trio de croyances concurrentes, disparates, que son existence sera occupée à tenter de rendre compatibles et sur lesquelles elle axera sa réflexion historique en particulier sur la Révolution Française, dont elle sera une spécialiste reconnue.

Elle parlera ainsi de « croyances désaccordées » et d’une « existence à codes multiples » dont résultera « un perpétuel inconfort » qui constitue l’exemple même des conflits d’appartenance que peuvent vivre des minorités au sein des nations, les Juifs par exemple.

« Où donc était le Beau, le Vrai, le Bien, s’interrogeait-elle. Entre l’Ecole, la Maison et l’Eglise, quelle voix écouter. L’école, « au nom de l’universel , ignorait et en un sens humiliait la particularité. Et la maison, au nom des richesses du particulier, contestait l’universel de l’école qu’elle soupçonnait d’être menteur: l’école ne professait elle pas en réalité sans le dire une particularité aussi, la française,qu’elle enveloppait , ou dissimulait, dans le manteau de l’universel. »

« La liberté de l’école était sans équivoque possible la liberté des individus, obtenue par l’abstraction des différences; celle de la maison était celle d’un groupe humain particulier, la liberté des Bretons,à nulle autre pareille,une liberté collective proche du privilège; et quant à l’égalité, que l’une et l’autre semblaient célébrer d’une même voix, celle de l’école était celle de la ressemblance, qu’elle nous invitait continument à développer, en mettant de côté tout ce qui pouvait nous particulariser;celle de la maison était celle du droit égal des hommes à  exprimer leurs différences et même à les accentuer dans leurs aspérités provocantes. L’égalité, ici, en cela bien différente de celle de l’école, était l’abolition de l’injustice faite aux différences. »

Mais cette constatation d’un antagonisme se nuance toujours chez Mona Ozouf d’une réserve et d’une prise en considération que l’opposition n’est pas si tranchée que au premier regard.

« Egaux et  semblables, égaux parce que semblables, comme le professait l’école; ou égaux et dissemblables, pour faire valoir nos dissemblances comme le professait la maison?… « Un écheveau de perplexités que je ne suis pas sûre de débrouiller aujourd’hui », écrit elle.

Sa carrière de chercheuse commencera donc par une recherche et une réflexion sur l’école républicaine, mais aussi sur la Révolution Française et la façon dont l’universelle patrie des droits de l’homme se substituera  » à la bigarrure d’une société d’ordres » et dont l’idéologie de Lumières opposera « à l’empirisme historique le projet d’un système politique issu non de l’histoire, mais des spéculations de la raison, seule capable de fournir à tous des principes clairs et incontestables ». La République, « une et indivisible », se substitue à l’empilement de singularités juridiques, linguistiques, culturelles,à la juxtaposition de libertés inégales,un univers social fait d’une pyramide de corps ou les individus n’avaient d’existence qu’à travers leurs appartenances. »

… »La Révolution n’a cessé de  manifester sa répugnance à concevoir qu’il y ait des mondes différents et différemment régis. Elle fustige continûment le multiple. C’est cette allergie à la dualité qui sert à Robespierre à justifier, le 18 juin 1793, l’expulsion des Girondins.. « Un peuple qui a deux espèces de représentants cesse d’ëtre un peuple unique »

« Toute appartenance, par conséquent,est vue comme une prison; l’émancipation ne peut alors être pensée que comme un arrachement. Les particularités, pour les révolutionnaires,appartiennent au passé, à la longue sédimentation des habitudes, à un temps immémorial, à tout ce qu’on peut ranger dans l’ordre obscur et confus de la coutume, dont doit triompher le génie clair et simple des principes. A leurs yeux, on ne peut légitimer aucune décision en invoquant l’histoire: le passé ne peut en rien éclairer l’avenir ».

« Avec pareille vision des particularités, entraves au patriotisme,obstacles à la constitution d’un homme universel, ferments criminels de discorde, le seul impératif que comprenne la pensée révolutionnaire est de les repousser à l’extérieur de l’espace national: l’Etre Un fabrique de la scission, la passion d’unir ne se comprend pas sans son versant d’exclusion. »

Mona Ozouf s’intéressera aux témoignages des voyageurs et des administrateurs envoyés dans les provinces par la Révolution, et qui découvriront l’influence de la langue sur le comportement des hommes: »ils découvriront qu’il y a des langues âpres et laconiques, comme le breton, qui développent chez leurs locuteurs des passions abruptes et encouragent l’esprit de secession. Il y a des langues rapides et passionnées, comme l’Occitan parlé en Bigorre, qui fait les tempéraments irréfléchis et les passions vives, ce qui leur fait découvrir que les « patois », c’est à dire ces langues locales, sont connexes avec le « génie » d’un peuple « (c’est à dire leur personnalité, leur tempérament, leur rapport au monde et leurs valeurs).

Ils font comprendre » pourquoi la Révolution tolérait si mal la mauvaise grâce montrée par les terroirs à  son entreprise d’homogénéité. Nul ne l’ a mieux dit, nous dit elle, que Benjamin Constant: « Les intérêts et les souvenirs qui naissent des habitudes locales contiennent un germe de résistance que l’autorité ne souffre qu’à regret, et qu’elle s’empresse de déraciner. Elle a meilleur marché des individus, elle roule sur eux sans effort son poids énorme sur le sable. »

Etudiant cette Révolution , elle découvre que l’idée républicaine n’a pas eu qu’un seul visage, au contraire.

« Le premier de ces visages est un groupe, une secte républicaine formée autour du couvent des Cordeliers, qui rêve d’une communauté soudée par la vertu, et dont le rêve d’une démocratie immédiate, permanente et fusionnelle est moins sous tendu par le sentiment de l’égalité des êtres que par celui de leur similitude. Aucune place ici pour la reconnaissance du particulier: on postule d’emblée la volonté unitaire du peuple. L’unité cordelière, supposée conjurer la déliaison des individus, est autoritaire et étatiste, imposée d’en haut et identique pour tous.

L’autre groupe, formé autour de Brissot et des députés fréquentant le salon de Mme Roland,n’ a pas le fétichisme de l’unanimité, se méfie des rituels qui fabriquent une fausse unité émotionnelle.Pour lui,la formation d’une opinion publique cohérente est aussi importante, mais ne peut s’imposer d’en haut. Elle est une résultante, qui se fabrique de bas en haut, à partir du fourmillement des opinions individuelles. L’intérêt commun doit se dégager de l’irréductible diversité des intérêts individuels. »

Elle découvre donc « des résistances à une république jacobine à l’intérieur même du projet républicain, et l’existence d’hommes attachés à une autre république, plus accueillante aux dissidences et aux particularités que la république du « jacobinisme émeutier ». »

Dans la réflexion qu’elle mènera sur la 3ème République et sur Jules Ferry,décentralisateur, admirateur des libertés locales anglo-saxonnes, et donc espérant qu’il puisse exister en France,face à l’Etat, le contrepoids d’une société autonome, riche comme en Angleterre d’une presse libre  pour enseigner aux individus leurs droits, d’associations pour les défendre, de meetings pour les proclamer « .

« Il essaye « , dit elle , « de bâtir une République unifiée sur une liberté qu’il tient pour principielle:les hommes , selon lui, doivent être laissés libres d’errer, car la liberté, fut elle payée de l’erreur, est plus désirable que le bien. »

La loi de 1901 sur les associations créera le troisième terme entre l’Etat et le citoyen, redonnant à la société,divisée en groupes particuliers et traversée d’intérêts divergents, la capacité de s’exprimer. Ainsi la République assouplira -t-elle le modèle jacobin, en prenant appui sur les particularités locales (statut religieux de l’Alsace Lorraine,laïcité non intégriste entraînant des compromis: aumôniers dans les lycées,calendrier scolaire aligné sur les fêtes religieuses, carrés religieux dans les cimetières,etc.);

Pourtant, dit elle, malgré ce siècle de compromis accordés aux groupes particuliers, la République n’a pu se défaire de son surmoi jacobin: « Le culte de l’Un, coeur même du jacobinisme,a survécu à l’aménagement empirique de  la politique jacobine. »

Thermidor avait pourtant porté un coup terrible à l’idéologie jacobine, en dénonçant le lien entre l’abstraction et l’inhumanité. Mais Mona Ozouf constate la victoire » dans l’ordre de la mémoire et des symboles, de l’imaginaire du jacobinisme.

C’est ce qui fonde sa critique du « républicanisme » français actuel, dont elle souligne  » la volonté de renouer avec un âge d’or, largement mythifié, de la politique républicaine et de recomposer son bloc de certitudes. »

« Les articles de cette foi renouvelée sont pour elle que  l’espace public est peuplé d’individus rationnels, dégagés de tout lien antérieur. Que leurs particularités doivent être réléguées dans la sphère privée. Qu’il est non seulement possible, mais hautement souhaitable de faire partager à tous les citoyens une même conception de la vie bonne, dans la définition de laquelle l’Etat doit jouer un rôle prépondérant. »

 » Ce républicanisme mythique doit son regain de séduction et d’énergie  à l’alternative qu’il semble offrir à la tièdeur des sociétés modernes, où les individus cherchent le bonheur dans leurs attaches et activités privées, et se détournent de la vie publique. Se dire républicain aujourd’hui, c’est souvent affirmer qu’il existe une foi capable de renverser celles qui se sont écroulées, au premier rang desquelles le marxisme. C’est avant tout, en oubliant tout ce que le républicanisme a emprunté à la tradition libérale, se proclamer antilibéral. »

Après cette critique générale des  mythes du néorépublicanisme, Mona Ozouf s’attaque à l’épouvantail du communautarisme brandi par les Républicains pour remplacer l’ Eglise comme adversaire mobilisateur: « On brandit la menace communautariste chaque fois qu’un individu fait référence à  son identité en réclamant pour elle une manière de visibilité ou de reconnaissance sociale. On suppose alors qu’il valorise sa culture particulière au détriment de son humanité commune, qu’il plaide pour sa tribu, et pour elle seule, qu’il annonce une France éclatée, infiniment divisible, déchirée entre intérêts affrontés, mémoires jalouses, inexpiables discordes. »

« L’exagération dramatique est partout dans la présentation du communautarisme par ses adversaires républicains. Et d’abord dans sa définition même. Dans le miroir républicain,la communauté est une prison qui exerce un contrôle absolu et exclusif sur ses membres: une entité close, compacte et cadenassée, telle qu’ils sont soustraits à toute influence extérieure, pris dans la fascination identitaire des origines, sans jamais pouvoir ni les contester ni les quitter.Les voilà réduits à  se confondre avec la norme du  groupe, codamnés à n’établir de rapport avec l’ensemble national qu’à travers l’autorité communautaire, voués à n’user jamais du « je », mais d’un « nous » péremptoire, impérieux, étouffant. Le pire est que ces possédés n’ont pas conscience de cette contrainte  et se complaisent dans leurs chaînes. La conséquence de cette dévotion est la guerre de toutes les identités les unes contre les autres. Derrière cette présentation dramatique se cache la peur de l’immigration maghrebine et la menace que l’Islam  (est censé faire peser) sur l’identité française. C’est désormais sur le modèle de cette communauté de croyants qu’on pense toutes les autres communautés , si différentes soient elles. »( ce qui ne dispense pas  de penser la spécificité de cette menace. Mona Ozouf en dit plus un peu après à propos de la polémique autour du  » voile ».

Toutes ces interrogations dit-elle peuvent être ramenées à  sa question essentielle: « faut-il penser qu’entre l’obligation d’appartenir et la revendication d’indépendance nulle négociation ne peut s’ouvrir? qu’entre les attaches et la liberté il y a une invincible incompatibilité? L’interrogation est d’autant plus insistante qu’en réalité chacun de nous abrite en lui l’une et l’autre de ces exigences. »

« En chacun de nous, poursuit-elle, existe un être concaincu de la beauté et de la noblesse des valeurs universelles, séduit par l’intention d’égalité qui les anime et l’espérance d’un monde commun, mais aussi un être lié par son histoire, sa mémoire et sa tradition particulière. Il nous faut vivre, tant bien que mal entre cette universalité idéale et ces particularités réelles.

Or « sous la plume des pourfendeurs du communautarisme, tous les vocables qui désignent identité, appartenances,racines évoquent pour eux l’étroitesse, l’enfermement, la servitude, voire la faute

On ne peut donc selon eux, devenir humain qu’en niant ce qui nous individualise et qu’au prix de l’arrachement  à nos entours immédiats ».

« Pareille conception si on la pousse à  son extrême logique est vertigineuse, car elle tient que toutes les attaches sont des chaînes:la fidélité aux êtres qu’on aime,la pratique d’une langue, l’entretien d’une mémoire, le goût pour les couleurs d’un paysage familier ou la forme d’une ville, autant de servitudes. Dans ses versions les plus exaltées, elle voit dans toute détermination une limite et un manque.Mais que serait un individu sans déterminations? Nous naissons au milieu d’elles, d’emblée héritiers d’une nation, d’une région, d’une famille, d’une race, d’une langue, d’une culture. Ce sont elles qui constituent et nourrissent notre individualité. »

Or, « dans une société de la division, de la contradiction , de la mobilité, aucune appartenance n’est exclusive, aucune n’est suffisante  à assurer une identité, aucune ne saurait prétendre à exprimer le moi intime de la personne, si bien qu’on peut se sentir à la fois ,français, breton,,chercheur, fils, parent, membre d’un parti, d’une église, d’un syndicat ou d’un club. Chacun doit composer son identité en empruntant à des fidélités différentes.

« Reconnaître la pluralité de ces identités croisées, complexes, hétérogènes, variables, a plusieurs conséquences de grande importance. Pour commencer, la multiplicité s’inscrit en faux contre l’enfermement et la secession identitaire. Dans un paysage aussi mouvant, l’identité ne peut plus être ce qu’on nous décrit comme une assignation à résidence dans une communauté culturelle immuable, une prison sans levée d’écrou. »

« La multiplicité, par ailleurs nous interdit de considérer les identités comme passivement reçues. Certes bien des groupes auxquels nous appartenons n’ont pas été volontairement élus par nous. Mais précisément, leur foisonnement même nous invite à ne pas les essentialiser, nous entraîne à les comparer, ménage pour chacun de nous la possibilité de la déprise; car cette part non choisie de l’existence, nous pouvons la cultiver, l’approfondir, la chéri; mais nous pouvons aussi nous en déprendre, la refuser, l’oublier. L’appartenance n’a plus tout uniment le visage de la contrainte, elle n’est plus la marque autoritaire du collectif sur l’individu. Elle peut même être la signature de l’individu sur sa vie. »

Ainsi termine t-elle-, nous pouvons nous reconnaître comme participant d’une humanité commune,,non pas bien que, mais parce que, différents. Nous découvrons et respectons l’autre dans sa particularité sans que celle ci  remette en cause le partage d’un espace commun.Nous nous reconnaissons dans ce que nous ne sommes pas, et peut-être moins en faisant appel à la raison universaliste qu’ à l’imagination. »

Ce livre constitue ainsi un contrepoint au texte célèbre de Renan, « Qu’est ce qu’une Nation? », qui montrait comment une nation se construisait dans le dépassement des particularismes et l’oubli des blessures infligées à ces particularismes, pour aboutir à une synthèse supérieure.

L’époque actuelle, marquée par la mondialisation et l’effacement accéléré des traditions, produit le retour d’une réflexion sur la « chair » des individus, pour reprendre le terme de Finkielkraut, cette histoire  qui les a modelés et à laquelle ils tiennent comme au plus précieux d’eux-mêmes, faite de souvenirs, de liens, de formes particulières de sociabilité, et sans laquelle l’existence perd toute sa part affective et émotionnelle,et se réduit  à un schéma abstrait vide de sentiment. Les systèmes politiques qui ont voulu réduire les hommes à ces schémas théoriques ont produit des monstruosités (nazisme, soviétisme, maoisme, polpotisme, etc., se sont tous accompagnés d’une forme de terreur politique, et d’une condamnation de l’individu, supposé s’effacer pour se consacrer entièrement au bien commun, à vrai dire identifié au bien de l’Etat.). Mona Ozouf exprime parfaitement la façon dont le dégagement de la coutume est ambigu  dans sa signification, porteur à la fois de libération et de désafférentation,  comment la droite et la gauche ont souvent mis en opposition ce qui nécessite, comme elle l’appelle, une « négociation », et  comment la défense et la protection de l’identité individuelle et collective est une protection contre l’inhumain.

LES RABBINS LIBERAUX S’OPPOSENT A DES DEMANDES ANTILAIQUES D’UNE PARTIE DE LA COMMUNAUTE

mars 6, 2009

Dans un article du Figaro du 18/01/2008, les rabbins Daniel Farhi, Stephen Berkowitz et Celia Surget ont critiqué la réclamation faite au près de la HALDE par des associations juives émettant des exigences concernant la fiscalité des dons, les places dans les carrés confessionnnels juifs dans les cimetières, le calendrier des examens pour les élèves et les étudiants juifs, la nourriture cachère dans les hopitaux.

Ils soulignent que il ya quelque chose d’indécent à s’adresser pour cela à une autorité chargée de lutter contre les discriminations prohibées par la loi, d’accompagner les victimes ,de promouvoir les bonnes pratiques pour faire entrer dans les faits le principe d’égalité.

Ainsi ils dénoncent ceux qui ne semblent plus comprendre l’esprit des décisions du Grand Sanhedrin de 1807, selon lesquelles la Loi du pays est la Loi. Certains, relèvent ils, accumulent les exigences de moins en moins compatibles avec une vraie citoyenneté. Leur prise en compte irait à l’encontre de la laïcité française à laquelle ils réaffirment leur attachement. Ils rappellent que les carrés confessionnaux dans les cimetières sont des dérogations, non un droit en soi, que il est inadmissible de vouloir imposer l’arrêt des digicodes au pretexte d’une pratique orthodoxe de certains locataires juifs, aux dépens de la sécurité et de la tranquillité des autres occupants.

Cette prise de position se démarquant de la surenchère intégriste et communautariste des ultra orthodoxes est bienvenue, au moment ou les discours pro-religieux de Sarkozy ouvrent une brèche dans la laïcité que ces fondamentalistes rêvent d’utiliser pour renforcer leurs positions. Leur conclusion me paraît pouvoir être reprise à la lettre: « Il y a deux siècles, en acceptant la devise de la République -Liberté, Egalité, Fraternité-, les juifs ont aussi implicitement accepté cette autre devise:Judéité, Laïcité, Citoyenneté.