Des députés arabes israeliens apportent leur soutien a des parents de terroristes abattus

Publié février 9, 2016 par gb
Catégories : actualité au proche orient, antisémitisme, communautarisme, conflit israélo arabe, crise d'identité et islamisme, guerre au proche orient, terrorisme

Tags: , , , , ,

les Israéliens ont été les spectateurs stupéfaits de cette scène surréaliste: des députés d’un des partis arabes israéliens ont été s’entretenir avec des parents de terroristes abattus après avoir eux mêmes tué des israéliens.Ils leur ont apporté un « soutien moral » dans leur deuil et ont écouté les discours qui vantaient le « courage » de ces héros, comme les appellent les nationalistes et les islamistes qui n’hésitent pas  à multiplier les exemples de cette « novlangue » dans laquelle les assassins d’enfants, de femmes et de badauds sont qualifiés  de « glorieux » et d’exemples pour toute la population.

Le détournement de la langue, et l’emploi de la répétition comme méthode de conditionnement et d’imposition du mensonge est une vieille méthode de conquête des esprits, utilisée à profusion autant par les nazis que par les communistes. Il s’agit d’obtenir, par la répétition une association automatique entre des termes (sioniste et assassins par exemple) qui fait que même si ils s’en défendent, des gens ordinaires,doivent lutter contre une idée subconsciente qui tend à s’imposer à eux et à greffer sur leur pensée les catégories de pensée des propagandistes. Comme le disait Goebbels: »Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ». La victoire sur le plan du langage est stratégique: celui qui contrôle les mots contrôle la pensée.

Toujours est il que la situation impossible pour Israel qui doit vivre avec en son sein une  partie de sa population qui le déteste, qui soutient en partie les attentats meurtriers qui se multiplient, et qui rêve de détruire ce pays pour en fabriquer un autre à la place . Elle montre comment est difficile la situation d’états partagés par des oppositions de culture et des haines irréductibles, ou il n’y a pas  d’espace de cohabitation pacifique et ou le conflit ne se règle que par l’imposition des valeurs de la majorité.

Que dirions nous en France si des députés venaient apporter leur soutien aux familles des tueurs du 13 Novembre qui ont impitoyablement massacré 130 personnes prises au hasard avant de se faire sauter ou de se faire abattre par la police. Et cela au nom d’une idéologie religieuse qu’ils promettent d’imposer à la population et d’une volonté d’hégémonie sur toute la planète dont ils se vantent ouvertement. Ces délires mégalomaniaques ont déjà fait la preuve de leur folie et de l’adhésion massive des peuples quand ceux ci sont soumis à la fois à la terreur et à la propagande

Pourtant, en Israel, les appels au meurtre se multiplient dans les médias sociaux, les conseils pour utiliser des véhicules comme moyens de tuer des civils dans la rue, le rappel de l’utilisation possible des couteaux comme moyen de tuer. Tuer, tuer, cela devient le mot d’ordre général. Tout juif est une cible bonne à tuer, et la récompense est autant  dans le futur( un droit d’accès privilégié au paradis et  à ses légions de femmes soumises aux désirs de ces valeureux « combattants ») que dans le présent ( l' »honneur » de ces exploits rejaillit sur toute la famille qui bénéficie d’aides matérielles et du respect de toute la communauté arabe.)

Insensiblement, l’inversion des valeurs se développe: ce qui est bien, c’est de tuer le plus de juifs possible, et ce qui est adroit, c’est d’échapper au châtiment qui menace les assassins s’ils se font attraper. La folie de cette démarche suicidaire ou des individus, souvent jeunes, se suicident- peut être juste par impatience de gagner le paradis- et font la preuve de leur propre désintérêt pour leur existence, comme de leur indifférence totale à l’existence d’autrui. Ces bataillons de robots suicido-tueurs font peur par leur inhumanité si rapidement constituée, par leur adhésion sans recul à une idéologie aberrante ou il n’est question que de terreur et de passé idiotement plaqué sur un présent qu’ils refusent. Nager dans le sang de leurs victimes leur procure une ivresse tellement ignoble que l’on ne peut qu’être saisi  par leur transformation en bourreaux volontaires et fiers de leur travail. Malgré la satisfaction  que procure la brièveté de la période de leur nocivité, l’angoisse persiste devant la  malléabilité de l’espèce humaine et les boulevards qui s’ouvrent à la perversité. Des centaines de millions d’hommes ont été convaincus par les mensonges énormes du communisme et l’utopie radicale de son idéologie qui a conduit à des dizaines de millions de morts, et à peine nous relevons nous de cette folie que une autre folie se développe, entraînant ce qui est maintenant des masses de jeunes à s’enrôler sous la bannière noire de l’EI pour ce qu’ils croient être la conquête du monde. Et tous  les dictateurs cyniques se réjouissent de l’occasion qui leur est donnée d’utiliser ces pions pour affaiblir ceux qui résistent à leurs projets: Poutine, Erdogan, les Saoudiens, se lèchent les babines devant le champ de manoeuvres qui s’offre à leurs troupes.

Le monde arabe est tout entier traversé par cette vague de haine, et de libération de la volonté de tuer l’autre. Des millions de despérados  ne voient pas d’avenir meilleur que de tuer quelques juifs, et de se faire euthanasier par les balles de la police,. Face à cela, les Israéliens ne peuvent que compter sur leurs propres forces et sur la force des valeurs morales qui subsistent encore dans ce désastre général. Malheureusement, ce ne sont pas les élites intellectuelles actuelles sur lesquelles ils pourront s’appuyer, étant donné la fascination de ces élites  pour toutes les idéologies utopistes et leur fuite devant les réalités du monde,ce  dont notre gouvernement est un bon exemple. Au contraire, ce que l’on perçoit de plus en plus, c’est le rôle décisif de ces grands ensembles de pensée, les idéologies qui guident les actes des hommes, et la place déterminante qu’occupe dans leur diffusion et leur expansion la classe intellectuelle et son ambition d’influencer et de diriger les masses qui peu à peu sont gagnées par le virus.

Alors, si cette situation se produisait en France, la déchéance de nationalité serait elle envisagée, face  à une guerre qui est menée par tous les moyens contre leur propre pays, en même temps que pour des raisons tactiques, ces députés arabes israéliens nient leur déloyauté à l’égard de leurs concitoyens et de leur Etat, et prétendent ne faire que défendre leur communauté.

la déchéance de nationalité, transformée en marqueur de gauche ou de droite

Publié décembre 28, 2015 par gb
Catégories : islamisme, terrorisme

Tags: , , , , , ,

 

Le feuilleton du projet de Hollande de déchoir de la nationalité française les terroristes bénéficiant d’une double nationalité continue. Après avoir fait l’annonce de cette décision, nécessitant apparemment une modification de la constitution, dans le paquet de mesures annoncées pour augmenter la force des moyens de lutte contre le terrorisme après le massacre d’innocents du 13 Novembre, le gouvernement a paru hésiter devant la levée de boucliers suscitée à gauche, pour finalement confirmer sa décision.

Tous les protagonistes de cette polémique sont bien d’accord sur une chose: cette mesure ne concernera que très peu de personnes, et elle n’aura évidemment aucun pouvoir dissuasif sur les terroristes qui de toute façon sont prêts à  se transformer en fumée avec joie. Il s’agit donc d’une mesure dont le caractère symbolique est évident. Il s’agit de montrer que bénéficier des avantages de la citoyenneté française comporte des devoirs autant que  des droits, et que l’on ne peut pas exprimer sa haine  de la France par des crimes horribles: assassinats d’innocents,meurtres sauvages d’enfants, volonté exprimée de détruire cette nation et de la remplacer par une autre, et demander à bénéficier de la protection  du bénéfice que l’on conteste soi même aux autres. L’hypocrisie haineuse qui s’exprime à l’égard de la France ne peut  aucunement s’accompagner d’un avantage lié à une naissance par laquelle on ne s’estime en rien lié à ses concitoyens, proclamés ennemis juste bons à tuer par tous les moyens.

Déjà Taubira  tordait le nez en parlant de cette mesure. Mais  au fur et à mesure que l’opposition à cette mesure montait dans le PS, elle pensait que sa position se renforçait, et elle s’est crue autorisée à annoncer que le gouvernement y avait  renoncé.

Mais Hollande a fait son choix, entre l’apaisement  concédé à son aile gauche, qui crie à la trahison des « fondamentaux » du PS,quand les militants ne déchirent pas leur carte avec éclat, et la crainte d’apparaître aux yeux des Français  comme un indécis et une girouette, ce qui dissoudrait immédiatement tout le bénéfice qu’il avait tiré de la séquence post attentats, ou il avait gagné 20% de jugements favorables. La campagne pour les présidentielles étant lancée, officieusement en tout cas, le choix a été vite fait. Il sait que l’électorat qu’il doit gagner se situe au centre, c’est à dire sur sa droite, et il ne le remplacera pas par des électeurs gauchistes.

Mais les gauchistes ne lâchent pas prise et même un certain nombre d’entre eux prennent date car ils ont en tête de recréer un autre parti à la gauche du PS. Ils  abondent donc dans le sens d’une « trahison « du PS, cherchant à démontrer par une logique boiteuse que le PS a abandonné les idéaux de la gauche. C’est pourquoi ils se livrent à des manipulations idéologiques pour prouver que la privation de nationalité d’un binational est une action de droite, et une honte pour un homme de gauche. Pour eux, puisque le FN est favorable à une telle mesure, il faut être contre. Puisque le FN au nom de son nationalisme, est opposé à la binationalité,  et considère avec soupçon tout binational, sanctionner un terroriste ennemi déclaré de la France est une mesure contre la binationalité, qui fait de ces individus des « déchets » dont la France ne veut plus.

Or les dirigeants Français ont bien pris garde d’éviter de créer des apatrides en limitant la déchéance aux binationaux, ce qui oblige à réduire drastiquement le nombre  de cibles potentielles  de cette mesure.
Cette mesure est donc destinée avant tout a signifier l’unité du pays face aux criminels fanatiques ( dont on vient de découvrir qu’ils autorisent les prélèvements d’organes sur leurs prisonniers,manière d’alimenter un autre marché commercial que celui des antiquité volées ou des ventes de femmes comme esclaves.).

Cette décision indique la ferme détermination à ne pas laisser les  assassins de masse bénéficier des protections juridiques qu’ils méprisent et combattent et à dissocier les tueurs du peuple français qui les vomit.

Cette loi, déjà appliquée dans certains cas,n’est nullement l’atteinte aux droits de l’homme que dénoncent avec des cris d’orfraie tous les gauchistes indifférents aux crimes commis par les terroristes, comme d’une façon générale ils préfèrent s’attarder sur les droits abstraits des gens plutôt que tenir compte de la souffrance des victimes.L’excuse n’est pas loin, sous prétexte que les terroristes sont des soi-disant victimes d’une exclusion de la part d’une société blanche et raciste comme ils essayent de  dépeindre notre  pays. . La culture de l’excuse et du soutien donné aux adversaires de la société perdure dans le camp de ceux qui rêvent d’un bouleversement général et pour qui tous les rebelles aux règles de la société ont au fond une juste cause.Leur manière d’atténuer la gravité des crimes commis déborde dans le laxisme judiciaire (« c’est la prison qui développe le crime ») et dans le refus réflexe des mesures répressives( comme le refus des peines dirigées contre les mineurs.)

Christiane Taubira se retrouve ainsi en porte à faux complet et témoin de l’ambivalence du pouvoir qui d’une main durcit les mesures judiciaires  contre les terroristes et de l’autre laisse la ministre de la Justice tenir un discours ultra laxiste et exprimer son hostilité personnelle totale à toutes les mesures répressives décidées par le gouvernement. Ceci  est tout à fait compatible avec le double jeu du gouvernement qui essaye de ne pas rompre avec son aile gauchiste,caution de son positionnement « à gauche » et  en même temps d’apparaître ferme et clair dans sa politique anti-terroriste, celle que souhaite la majorité de la population.

Que Hollande apparaisse capable de tenit tête aux torrents d’attaques qui le visent pour cette décision est surprenant: il ne nous a pas habitué à une telle fermeté, y compris face à une aile gauche qui semble même ne pas être la plus extrême. Mais l’enjeu des présidentielles l’emporte désormais sur tous les autres et donc une stratégie de communication qui cherchera à lui donner une stature « nationale » ou il devra apparaître comme au dessus des cris et hurlements de son propre parti. C’est donc parti  pour une posture de chef au dessus des partis, à l’opposé de celle de chef de la gauche revendiquée jusque là par Hollande.

A suivre.

 

LA VIOLENCE ET LA HAINE CULTIVES PAR L’ISLAMISME ET L’ULTRA GAUCHISME MODIFIENT NOTRE ENVIRONNEMENT

Publié décembre 5, 2015 par gb
Catégories : communautarisme, identités collectives, islamisme, Uncategorized

Tags: , , , , , ,

Ce n’est pas deux degrés de trop, que les islamistes vont produire dans notre environnement, mais une modification progressive de tout le paysage qui fera, si cela continue, que nous ne reconnaîtrons plus notre monde..La terreur, la mort, les mutilations deviendront monnaie courantes, comme dans les pays pourris du Moyen Orient.Les massacres aveugles, perpétrés par des zombies heureux de nager dans le sang d’innocents et impatients de quitter ce monde pour aller se prélasser dans leurs paradis imaginaires, constitueront notre quotidien. Des imbéciles équipés d’armes de guerre( en attendant les attaques aux gaz ou bactériologiques) pourront s’en prendre à toutes les fêtes, toutes les cérémonies, tous les moments heureux et les saccager dans un bref paroxysme d’orgueil avant de disparaître dans un éclair.

La violence colorera alors de plus en plus les relations entre les gens. Déjà, les manifestations soit disant écologistes àParis pour l’ouverture de la  conférence internationale sur le climat ont donné lieu à des destructions des hommages aux morts des attentats qui révulsent la plupart des témoins de ces scènes. La profanation  de ces signes de compassion, de solidarité, et d’émotion montre la progression de la déshumanisation , de l’absence  de sensibilité et de la perte des respects élémentaires dans une frange, réduite certes, de la population qui devient aveugle à ce qui n’est pas l’expression de sa haine pour la société et pour la France. Le spectacle des bouquets de fleurs et des bougies piétinés et dispersés figure bien le piétinement de toutes les valeurs qui rassemble ces « despérados » qui se détestent tellement qu’ils ne peuvent que se détruire pour ne pas avoir à regarder en face la laideur horrible de leur vie et de leurs actions.

Le temps se rapproche peut-être ou même les cimetières ne seront pas des lieux de paix ou de recueillement. Personne ne saura plus alors ce que veulent dire ces mots, si les attentats visent, comme au Moyen Orient, les cortèges funéraires aussi bien que les cérémonies de mariage. Il ne restera plus que le désir de vengeance, et l’enchaînement des représailles. Les préoccupations essentielles, la construction de sa vie et d’un bonheur de son entourage risqueront alors d’être remplacées par la défense de tous contre tous, par la lutte contre les maffias,  et les rapports de force à tous les étages de la société;

Le politique lui même commence à être infiltré par cette dégénérescence: En Grande Bretagne, le vote par un groupe de députés travaillistes pour la participation du pays à la coalition anti Daech , contre la position de la direction ultra gauchiste du parti, a entraîné une campagne de menaces de mort et de harcèlement contre les députés concernés d’une violence sans précédent. Le président du parti lui-même a encouragé ces pratiques, disant que plus nulle part ces députés ne seraient laissés en paix,ni à l’abri. En France, les provocations verbales et les imprécations d’un Mélenchon  cherchant à réactiver   le vocabulaire périmé de la lutte « classe contre classe »et à faire revivre le temps des insultes pour ceux qui ne partagent pas sa vision du monde, comme aux pires périodes du stalinisme, créent une surenchère dans l’outrance.

A l’intérieur des institutions ou de certaines entreprises, des musulmans extrémistes de plus en plus nombreux par exemple  à la RATP, refusent de serrer la main de leurs collègues féminines, ou interrompent leur service pour faire leurs prières, et font payer à laCFDT son refus d’être complice de ces pratiques.Le communautarisme dresse la communauté repliée sur elle même contre tout ce qui n’est pas elle ,  et se renforce des réactions de rejet qu’il suscite. Il fragmente la société en ilots incompatibles, favorise tous les séparatismes, et détruit la solidarité qui comme le disait Renan est forte de tous les sacrifices effectués et de tous ceux à venir qui sont acceptés.Cette solidarité nationale est vilipendée comme un acte de trahison des  mini solidarités claniques.

Le monde des petits caïds incultes qui plastronnent dans les écoles  où les profs maltraités se découragent devant ces élèves qui refusent de rester à leur place d’apprenant est à l’image d’une société désemparée devant cette violence généralisée qui ne permet même plus de faire du territoire des enfants un espace protégé de la haine environnante.

La conjonction des haines gauchistes et des haines communautaristes défigure le pays et  crée un vent de violence qui est un vent mauvais Elle se traduit dans la multiplication des insultes, y compris à l’intérieur de la gauche  dont une partie n’hésite pas à traiter les manifestants de l’après Charlie de pétainistes islamophobes (Emmanuel Todd), pendant que l’Observateur titre sur la France « rance ».Un nouvel espoir chez les extrêmes créé  par le scepticisme des Français devant les discours des partis classiques ouvre une perspective de succès pour les extrémistes qui voient des pans entiers de la société céder aux sirènes du populisme et  des discours illusionnistes.

L’ère de la vie paisible et de la douceur de vivre française, qui n’empêchait pas les conflits et une certaine violence, mais sur un fond de valeurs partagées cède peu à peu la place à une époque de lutte féroce entre les différents groupes qui ne reconnaissent qu’eux-mêmes et oublient ce qui les réunissait à leurs contradicteurs il ya peu. Tout le monde perçoit que ce qui se dessine, l’ensauvagement du monde progresse et  certains sont les boute-feu  de cette régression, qu’ils appellent de leurs voeux.

GB.

la France est en guerre avec la secte d’assassins qui promet de nouveaux crimes de masse.

Publié novembre 20, 2015 par gb
Catégories : actualité au proche orient, guerre au proche orient, Les ennemis de l'Occident, pacifisme en france, terrorisme

Pour une fois, les choses sont dites clairement: la guerre à mort entre les ennemis de la liberté et de la civilisation et la France est déclarée.Loin des périphrases précautionneuses qui,  équilibrent une position par son opposé, une déclaration par sa contrepartie, sans ambiguïté,la bataille est engagée. Elle l’est sur deux fronts: dans le désert de Syrie, ou il s’agit d’écraser l’armée de fanatiques,bien équipée avec les matériels pris à l’armée syrienne dans sa déroute, commandée en grande partie par les anciens officiers de Sadam Hussein, et dont tout le monde s’accorde à dire que il faudra des troupes au sol pour la réduire (Même Hillary Clinton l’a reconnu dans un discours récent. Mais qui est ce qui s’y collera?).Mais même si la géographie du champ de bataille est bien plus favorable qu ‘en Afghanistan, les Américains craignent le piège d’un nouvel enlisement, et la coalition recouvre de telles différences d’objectifs stratégiques  que personne n’est encore prêt à prendre le risque « d’y aller » .En même temps la conscience du danger mortel qui menace la civilisation a progressé,et même la stratégie de Obama de simplement « contenir » la progression de l’Etat Islamique apparaît dépassée. Au fur et à mesure de la litanie des crimes barbares, et de l’extension du recrutement des séides de l’EI, les Etats de la région et du monde civilisé se mobilisent les uns après les autres. après l’entrée en action de la Russie et de l’Iran.

Le deuxième front est le front intérieur en France. L’EI a continué à menacer toute la population française d’instaurer la terreur par des crimes se surpassant dans l’odieux. Après les meurtres de journalistes, de Juifs et d’enfants (Mohamed Merah), ils continuent dans l’escalade de menaces démentes. Après avoir fait un carnage au milieu de la jeunesse qui buvait un pot ou écoutait  un concert de rock, c’est  toute la population civile d’un pays qui est désignée comme cible des tueurs  inhumains qu’ils ont endoctriné,formé, et formaté et qui achèvent à bout portant ceux qui n’ont pas expiré à la première mitraillade.Cette secte de tueurs heureux de mourir  après avoir causé un bain de sang doit être éliminée par tous les moyens, peu importe qu’ils s’auto-pulvérisent en appuyant sur un petit bouton ou qu’ils soient transformés en gruyère comme leur chef qui n’a pas réussi à échapper aux policiers dont il se moquait. Le premier ministre a évoqué le risque d’attentat chimique et  les équipes de secours s’entraînent pour pouvoir faire face à la catastrophe qui s’annonce. Cela veut dire que il faut faire vite, pour prendre de vitesse les criminels qui rivalisent d’inventivité pour trouver des moyens pour tuer encore plus de gens et terroriser davantage.L’ère des loups solitaires n’est pas finie, bien au contraire, mais elle va passer au second plan, derrière les attentat soigneusement planifiés, mis en oeuvre par des équipes organisées et formées dans ce seul but: tuer, tuer et encore tuer.

Inévitablement, comme dans toute guerre, apparaissent ceux qui disent que il faut négocier plutôt que faire la guerre, et préserver la moindre miette de liberté. Comme le PC à l’époque réclamait le retrait des fusées américaines qui devaient faire face aux missiles russes déjà installés, la CGT annonce qu’elle votera et luttera contre les législations d’exception, faisant passer dans un tour de passe-passe les morts et les centaines de blessés de cette guerre pour un incident secondaire.
Ceux qui trahissent l’effort de mobilisation de tout le pays, au nom d’idéologies  et de réflexes périmés, et tentent de noyer le poisson en espérant tirer des bénéfices de ce soutien aux groupes communautaristes, leur future clientèle, doivent être dénoncés comme complices des assassins à qui leur refus  des moyens de lutter contre les criminels donne du temps pour perfectionner et perpétrer leurs attaques. La 5ème colonne n’est pas un fantasme, elle existe et est constituée de vieux routiers de ces combats sur les arrières du front: communistes, gauchistes, écologistes, après une période de sidération devant l’horreur, montent au front… contre les fondements de la défense du pays: Les vieux militants se réveillent et sortent du bois:Noël Mamère, Esther Ben Bassa, le chef de la CGT,  entament la complainte des libertés menacées. Chritiane Taubira, leur leader spirituel,n’a pas pu lors d’une interview , approuver le retrait de la nationalité française pour les binationaux terroristes,. Elle n’a pas osé s’y opposer, mais tout le monde a bien compris que cela lui tordait la bouche d’acquiescer.

L’unité du peuple français se fera sans et contre ces individus qui , pour beaucoup d’entre eux,ont l’habitude de choisir le camp ennemi..

La sauvagerie de l’état islamique séduit toujours de plus en plus de musulmans.

Publié novembre 10, 2015 par gb
Catégories : actualité au proche orient, crise d'identité et islamisme, guerre au proche orient, islamisme, terrorisme

Tags: , , ,

Le reportage réalisé par un témoin oculaire à Raqua, ville de Syrie occupée par l’EI, et considérée par lui comme sa  « capitale » actuelle donne une idée de l’idéologie de ces gens: l’entrée de la ville est marquée par cinq têtes empalées, destinées à « faire réfléchir » ceux qui entrent dans ce royaume des ténèbres; on ne peut s’empêcher de penser au livre de Joseph Conrad: « Au coeur des ténèbres », ce royaume fou ou un ex officier dément, incarné au cinéma par Marlon Brando,  faisait régner un système d’horreur et de supplices, et  dont la seule façon de se débarrasser était de le faire disparaître dans un océan de napalm.

Les têtes empalées exposées comme un avertissement signent les références historiques de ce mouvement: la terreur que faisaient régner les armées mongoles dans le monde entier par les pyramides de têtes coupées ( jusqu’à 100000 parfois) qui punissaient  les villes qui avaient osé se défendre et dont l’horreur se répandait comme une marée à des milliers de km. La différence était à l’époque que les Mongols n’exigeaient que le paiement d’un tribut et la reconnaissance de la suzeraineté de l’empire Mongol, mais laissaient les pays conquis libres de garder leurs croyances et leurs cultes, même leurs dirigeants si ceux ci faisaient acte d’allégeance, alors que l’Etat Islamique n’exige pas seulement la soumission , mais aussi la  conversion  a sa conception féroce et anachronique de la religion.

La terreur que ce groupement inspire, volontairement, comme ses prédécesseurs mongols n’est pas fortuite. c’est une stratégie  calculée, qui vise à dissuader toute résistance, en ne laissant aucune chance de survie en cas de défaite.Il ne fait pas de prisonniers et décapite ceux qui n’ont pas de valeur financière à ses yeux.

Mais les décapitations, y compris pour le simple fait de ne pas être musulman, comme les coptes par exemple, ne sont pas  la seule horreur pratiquée. Un autre exemple en était donnée par un témoignage recueilli par une chaîne d’information de France télévision: un adolescent de 17ans, a qui l’EI avait fait couper un pied et une main parce que il avait refuser d’aller combattre dans les rangs de l’organisation, lors des recrutements de  force que elle opérait dans les territoires sous son contrôle. Le jeune garçon, qui vivait avec sa grand-mère, racontait comment il avait été enfermé avec plusieurs dizaines d’adolescents, battus et torturés, pour avoir refusé de s’engager , avec d’ailleurs le risque s’il le faisait, d’être désigné pour une mission suicide. Ces pratiques évoquent immédiatement les pratiques de recrutements forcés d’enfants qui existent  dans les mouvements  de guérillas africains, ou les enfants sont recrutés de force, drogués, obligés de tuer des innocents, et deviennent eux mêmes des tueurs sans pitié qui ne connaissent que le plaisir de tuer et d’exercer à leur tour la terreur comme ils l’ont subie eux mêmes. Le recrutement forcé et l’enrôlement d’enfants transformés en tueurs est un crime contre l’humanité, condamné par tous les pays civilisés, comme le reste et en particulier la transformation des femmes de vaincus en  esclaves sexuelles, source à la fois de rentrées d’argent et d’arguments de recrutement pour les incapables sexuellement , attirés par ces proies qui leurs sont livrées.

L’autre parallèle qui vient immédiatement à l’esprit est celui des mêmes mutilations, mais pratiquées cette fois par  un autre groupe musulman, le groupe des chiites de l’état Iranien, qui torture dans ses geôles les opposants et quand il ne les pend pas, les relâche mutilés, infirmes et dépendants à vie .

Ces bêtes sauvages, qui disposent de ressources financières énormes,avec le pétrole et le gaz qu’ils trafiquent en toute tranquillité avec la complicité de l’état Turc et de plusieurs « sponsors » arabes,  d’un armement de pointe acquis avec cet argent et leurs prises de guerre, et du rassemblement  de psychopathes le plus important depuis la fin du nazisme, doivent être anéantis si nous ne voulons pas que la terreur fasse tache d’huile et finisse par s’imposer chez nous comme dans les zones de non droit ou ils prolifèrent.
Suscitant sans cesse des nouvelles vocations de tueurs suicidaires, ils créent une nouvelle sorte d’humains, libérés de tout sentiment humain et qui se sentent justifiés par le fait de patauger dans le sang de ceux qu’ils désignent comme leurs ennemis. Souhaitons leur de rencontrer enfin le drone qui leur donnera accès à leur paradis, ou ils pourront sans fin profiter des soixante dix vierges qui les attendent surement avec impatience.

Les islamistes tentent de noyauter et de détourner les clubs de sport amateur en France

Publié octobre 18, 2015 par gb
Catégories : communautarisme, crise d'identité et islamisme, Les ennemis de l'Occident

Tags: , , , ,

d’après l’article de Christophe Cornevin du Figaro du16 octobre 2015

L’ article de Cornevin  est un cri d’alarme qui s’appuie sur une note confidentielle du Service Central de Renseignement territorial intitulée: »le sport, vecteur de communautarisme, voire de radicalisme ». Daté du 27 juillet dernier, le document  rappelle en  préambule que « la pratique du sport, que ce soit dans les clubs, en salle ou lors de compétitions prohibe par définition toute forme de discrimination et tout port de signes ostentatoires , au nom du principe de laïcité. . « D’après le rapport, le recrutement de certains clubs ou équipes se ferait presque exclusivement au sein de la communauté musulmane.. Ainsi dans la banlieue de Troyes, les policiers ont  constaté que les joueurs d’un club de football amateur, financé par des commerces halal et reversant ses profits à un comité de bienfaisance et de secours aux Palestiniens, organisent manifestement leurs matches en fonction des horaires de prières. Certains joueurs ont été observés en train de pratiquer sur la pelouse, d’autres ont diffusé des messages faisant la promotion du salaf.isme. Comme le subodorent les auteurs du rapport, ce communautarisme quasi assumé ne favorise pas la venue de candidats de pratiquant pas la religion musulmane.’Association Sportive de Strasbourg qui contraint les filles à porter le voile islamique et les garçons à prier à la mi-temps, clubs de football mosellans ou le repli communautaire se traduit par l’interdiction de l’accès du « club house » aux femmes, pugilat sur un terrain de Cambrai parce que les joueurs de l’équipe adverse n’avaient pas obtenu le report du match en raison de la fête de Aïd el Kébir: les policiers égrenent les exemples au point de dresser un sombre tableau. »

« L’inédit engouement que provoquent les sports de combat chez les salafistes préoccupe aussi les policiers. Dans le même temps, les policiers ont remarqué qu’un certain nombre de salafistes se sont constitués en groupe dans la région de Marseille pour faire des  footings dans les sous bois, fréquenter des salles de musculation ou de « free fight » en faisant des pauses pour les prières rituelles ou prenant des douches tout habillés. Depuis 2014 un groupuscule repéré dans le Doubs est suspecté de pratiquer des entraînements paramilitaires. Se posant volontiers en victimes du racisme et d’islamophobe aux moindres observations des arbitres et responsables fédéraux soucieux de défendre les valeurs de la laïcité, les artisans de ces dérives communautaires inquiètent d’autant plus les services spécialisés qu’ils exercent leur emprise sur des adolescents et des jeunes adultes. C’est à dire ceux là mêmes que ciblent les sergents recruteurs de l’Islam radical. »

C’est vrai que  cette stratégie des mouvements islamiques  radicaux est extrêmement inquiétantee pour plusieurs raisons: d’abord parce qu’elle attaque la laïcité qui est la base même de notre société, et de la tolérance qui y est la règle, de façon insidieuse, permanente, en jouant sur tous les ressorts, juridique, administratif, politique, et en se présentant toujours derrière le masque de la victime. Ainsi les clubs sportifs qui attirent et structurent les valeurs morales des jeunes sont détournés de leur fonction ludique  pour devenir des centres d’endoctrinement religieux et de lutte contre les valeurs de la société ou ils vivent.Après, les écoles, les crèches, les universités, les hôpitaux, les unes après les autres, ce sont toutes les institutions  qui fondent la liberté des français qui sont l’objet d’une tentative  de détournement et qui sont transformées en champ de bataille par les Fous de Dieu. D’abord par les marges, en s’appuyant sur les  franges de la population les plus vulnérables à leur logomachie, c’est toute la société qui est peu à peu  atteinte par cette épidémie. La contre société dont ils rêvent, première marche dans leur esprit pour l’imposition de leur loi à la population toute entière se développe  par un travail de sape multidirectionnel et qui n’arrête jamais.

Mais ce qui est encore plus inquiétant, c’est le virage pris en direction de la militarisation des groupes qu’ilc contrôlent.Le fait qu’ils développent les sports de combat signifie que , par cercles de plus en plus larges, ils se préparent à des actions de force, que ce soit en France ou à l’étranger. On a l’impression d’assister à la répétition de la technique utilisée par les nazis pour capter la jeunesse et la militariser  par les organisations de jeunesse qui l’encadraient de plus en plus étroitement et la dressaient pour promouvoir les valeurs  d’obeissance et de sacrifice auxquelles la jeunesse se rallie volontiers, aimant l’action, le risque, et les idéaux donnant une direction à sa vie. Au minimum, les jeunes entraînés au combat seront une force dans les manifestations ou on les enverra, casser du laïque ou du juif, au pire, ils seront de la chair à canon  pour les prochains combats qui vont se livrer au moyen Orient ou pire encore en Europe dans les pays qui les accueillent si naïvement.Mais la politique de force sera de plus en plus une tentation quand ils disposeront de troupes pour cela. Il leur reste encore du chemin à parcourir pour arriver à contrôler d’autres institutions: les syndicats et les partis: l’échec du parti Musulman démocrate a montré que les temps ne sont pas encore mûrs, même si certaines têtes de pont  établies avec l’extrême gauche sont déjà bien avancées. La gauche continue à brouiller les pistes en validant le concept d’islamophobie, qui est le plus grand paravent existant pour toutes ces  attaques contre laïcité , démocratie et droit des femmes. Une milice est en train d’être créée, qui pourra éventuellement faire régner la peur par la menace de la violence, comme c’est déjà le cas dans les territoires abandonnés par la République. Il suffit de voir comment fonctionne la  terreur organisée par le Hamas ou les Gardiens de la révolution en Iran, comme elle l’a été par le GIA en Algérie, et avant lui par le FLN pour savoir ce qui se prépare.

La détermination des chefs de cette Armée du Mal est au moins égale à celle des nazis en Allemagne, leur fanatisme et leur haine équivalente à celle  des hitlériens, leur  désir de conquérir le monde et d’y occuper des places de pouvoir  aussi forte . Il faut mobiliser toutes les forces de la démocratie  et de la liberté pour leur barrer la route, sinon la vie qu’ils nous laisseront peut être ne vaudra pas la peine d(être vécue.

2084, une fable très ironique et magnifiquement écrite de Boualem Sansal sur une société imaginaire entièrement contrôlée par un big brother totalitariste islamiste

Publié octobre 10, 2015 par gb
Catégories : actualité au proche orient, crise d'identité et islamisme, islamisme, Nation et nationalisme, questions d'identité

Tags: , , , , , , ,

Comme il le dit  dans la présentation du livre, ce monde n’existe pas, tout est parfaitement faux et le reste est sous contrôle: ça promet déjà! Tout est en effet parfaitement sous contrôle, dans ce qui est un mélange de Corée du Nord et d’Iran. L’Abistan,pays imaginaire dont le nom est dérivé de Abi, « délégué » de Yollah et non Allah, et est une contractionde Arabistan,

« Après la grande  guerre sainte qui avait  fait des centaines de millions de morts, selon l’enseignement officiel la victoire fut « totale, définitive et irrévocable »
« 2084 fut la date choisie en référence à la fondation de la « Juste Fraternité, la congr&gation des quarante dignitaires choisis parmi les croyants les plus sûrs par Abi en personne, après que lui même ait été élu par Dieu pour l’assister dans la tâche colossale de gouverner le peuple des croyants et de l’amener en entier dans l’autre vie, ou chacun se verra interroger par l’Ange de justice sur ses oeuvres ». « C’est au cours de ces cataclysmes qui se succédaient en réplique l’un de l’autre qu’à Dieu on donna un nouveau nom Yollah. Les temps avaient changé, selon la Promesse Primordiale, un autre monde était né, dans une terre purifiée, consacrée à la vérité, sous le regard de Dieu et d’Abi, il fallait tout renommer, tout réécrire, de sorte que la vie nouvelle ne soit d’aucune manière entachée par l’Histoire passée désormais caduque,effacée comme n’ayant jamais existé. L’Histoire a été réécrite et scellée de la main d’Abi.
Ce court extrait donne une idée de la logomachie qui a été imposée à la population.La langue de bois qui règle désormais les pensées et la vie de chaque habitant est proche de celle qui a cours dans les écoles religieuses ou dans celles du Parti. On voit s’y inscrire en palimpseste la réalité qu’elle est chargée de masquer derrière des mots grandiloquents: la Juste Fraternité est composée de clans qui se disputent férocement les morceaux du pouvoir dont ils se sont emparés et qui leur permet de mener une vie luxueuse et abritée des regards des masses misérables qu’elles s’entendent à contrôler complètement à travers une cascade d’organisations de surveillance, et d’encadrement.
Le portrait de Abi trône ainsi sur tous les murs du pays. »On savait bien qu’il était un homme, et des plus humbles, mais il n’était pas un homme comme les autres:il était le Délégué de Yollah, le père des croyants, le chef suprême du monde, enfin il était immortel par la grâce de Dieu et l’amour de l’humanité; et si personne ne l’avait jamais vu, c’était simplement que sa lumière était aveuglante. Non, véritablement il était trop précieux, l’exposer au regard du commun était impensable. Son palais, au centre de la cité interdite, était protégé par des centaines d’ommes surarmés, sélectionnés à la naissance et qu’on avait surnommés « les fous d’Abi ».
L’appareil de surveillance fonctionne de façon parfaite, sachant qu’un défaut de foi mène directement à la mort. Les formules consacrées d’adoration deviennent les lieux de passage obligés de la prise de contact et de l’échange, des appareils ultra efficaces sondent les coeurs et les consciences, à la recherche de la moindre déviation à peine esquissée dont les conséquences sur le plan social sont immédiates. Des groupes de fanatiques fonctionnent, comme les Gardiens de la Révolution ou les membres de la police des moeurs en Iran, comme des supplétifs de la police officielle, quadrillant les quartiers, dénonçant ceux qui laissent paraître des signes d’indépendance de pensée ou même d’habillement, quand ils n’exigent pas la mise à mort publique, occasion de déchaînements de haine organisée pour le plus grand plaisir et la plus grande distraction des foules « conformes ».
L’existence d’un autre monde que celui de l’Abistan est niée, car l’Abistan est tout, mais l’existence d’une frontière amène certains à douter de l’universalité du pays, d’autant que des échanges semblent exister avec cet autre monde.Des mesures sont évidemment prises pour détruire ce début d’hérésie: mutations, arrestations, disparitions, etc.. De toute façon , comme le dit le Gkabul (= le Coran nouveau) « Il n’est pas donné à l’homme de savoir ce qu’est le Mal et ce qu’est le Bien,il a à savoir que Yollah et Abi oeuvrent à son bonheur » et  » Dieu est grand, il a besoin de fidèles parfaitement soumis, il hait le prétentieux et le calculateur »: la menace est claire.
ce qu’on apercoit de plus en plus au fil du livre, c’est l’extraordinaire pouvoir de contrôle sur les esprits que donne la religion quand elle est utilisée froidement dans ce but.L’amour du dirigeant, encensé incessamment,et présenté comme omniscient et presque divin lui même, répond à la glorification incessante du personnage, doté de toutes les qualités ,même celles qui sont contradictoires. Comment ne pas aimer une personnalité aussi généreuse et intelligente. Le pas vers la soumission est franchi très rapidement, d’autant qu’il est très dangereux de laisser transparaître le moindre doute.Le douteur et toute sa famille le payent du plus haut prix. On voit comment la réécriture d’une « Bible » donne des moyens idéologiques énormes à celui qui s’empare de ce pouvoir de rédaction. Toute la pensée d’un peuple et réorientée dans le sens qui permet la désapprobation d’une pensée personnelle et qui justifie le décervelage à grande échelle. « Les esprits sont strictement réglés sur le canon officiel et régulièrement ajustés ».
Sansal va même encore plus loin dans sa critique ravageuse: il affirme, par la voix de son héros, que le système ne cherche pas à promouvoir la Foi, parce que celui qui croit en quelque chose peut un jour croire en autre chose. Il suffit qu’il ne « mécroît pas, c’est à dire que ce qui lui convient le mieux c’est l’hypocrisie: qu’il ne croit en rien, mais ne se permette pas de douter.Pas de croyance, mais l’obéissance. Comme le dit le livre d’Abi,  » la Révélation n’apporte pas plus la foi, l’amour ou la critique. Seulement l’Acceptation et la Soumission. Yollah est tout puissant, il punit sévèrement l’arrogant. »
Sansal réfléchit évidemment sur le rôle de la langue dans la soumission et même la désintégration des esprits.un de ses personnages travaille dans une « école de la langue sacrée ou il voit les effets impressionnants de la langue sur les locuteurs.travaillant avec un groupe d’élèves deshérités il voit les changements rapides induits par la langue sur l’esprit et le corps de ses élèves En un trimestre, ils se muent en croyants ardents, rompus à la dialectique et déjà juges unanimes de la société. Et la couvée, criarde et vindicative, se proclamait prête à prendre les armes et à partir à l’assaut du monde. Et de fait, physiquement aussi, ils n’étaient plus les mêmes, ils ressemblaient déjà à ce qu’ils seraient après deux ou trois terrifiantes Guerres Saintes, trapus, bossus, couturés. Beaucoup estimaient qu’ils en savaient assez et n’avaient pas besoin de plus de leçons. Au dernier jour de l’année scolaire, le pauvre K. rendit son tablier comme s’il craignait pour sa vie parmi ses élèves. Il ne connaissait pas le secret de la langue,ne le connaîtrait jamais, mais il savait son pouvoir immense.
Passons sur les détails de l’organisation de ce monde de mort que démonte minutieusement Sansal, et que son personnage perce progressivement. On y rencontre,à peine grossies, toutes les tares des régimes islamiques, frottés du totalitarisme des dernières dictatures communistes. L’avenir est sombre, même si celui qu’il nous décrit n’est pas automatique. Pour le moment, il n’est pas sous contrôle.

Pour une fois qu’un intellectuel arabe prend position dans le combat contre la violence et la déculturation qui accompagnent l’islamisme meurtrier,il faut soutenir de toutes nos forces ce combat risqué et courageux.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.